Lauve le pur

De
Publié par

Il est professeur dans une banlieue difficile de Paris. Mais ses racines plongent au cœur de la province française : le Limousin, cette Corrèze des Piale, des Pythre, de tous ceux qui se débattent contre la maudissure. Dans ses classes les enfants sont durs et violents, peut-être le sont-ils d'autant plus qu'il est, lui, resté un enfant, l'enfant soumis d'un père tyrannique qui n'aime rien tant que contempler ses propres excréments tout en rêvant de forêts légendaires, l'enfant abandonné d'une mère trop tôt enfuie et qu'il recherche dans chaque femme. Lauve, Lauve le pur, est à jamais du côté de ceux qui ont tout perdu, qui ont toujours tort, ni là ni ailleurs, sans cesse autre part : intellectuel chez les paysans, provincial chez les parisiens, faible parmi les forts, innocent avec les innocents.
Publié le : vendredi 25 novembre 2011
Lecture(s) : 104
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818008805
Nombre de pages : 301
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lauve le pur
DU MÊME AUTEUR
aux éditions P.O.L
L’INVENTION DU CORPS DE SAINTMARC, 1983 L’INNOCENCE, 1984 SEPT PASSIONS SINGULIÈRES, 1985 L’ANGÉLUS, 1988 LACHAMBRE DIVOIRE, 1989 LAURAMENDOZA, 1991 ACCOMPAGNEMENT, 1991 L’ÉCRIVAINSIRIEIX, 1992 LECHANT DES ADOLESCENTES, 1993 CŒUR BLANC, 1994 LAGLOIRE DESPYTHRE, 1995 L’AMOUR MENDIANT, 1996 L’AMOUR DES TROIS SŒURSPIALE, 1997
chez d’autres éditeurs
LESENTIMENT DE LA LANGUE, Champ Vallon, 1986 LEPLUSHAUTMIROIR, Fata Morgana, 1986 BEYROUTH, Champ Vallon, 1987 LESENTIMENT DE LA LANGUEII, Champs Vallon, 1990 LESENTIMENT DE LA LANGUEI, II, III, La Table ronde, 1993, prix de l’Essai de l’Académie française UN BALCON ÀBEYROUTH, La Table ronde, 1994 CITÉ PERDUE, Fata Morgana, 1998 AUTRES JEUNES FILLES, avec des illustrations d’Ernest Pignon-Ernest, Éditions François Janaud, 1999 LECAVALIER SIOMOIS, Éditions François Janaud, 1999
Richard Millet
Lauve le pur
Roman
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2000 ISBN : 2-86744-712-7
À celles qui se sont enfuies
Ayez pitié de moi, Seigneur ; voyez l’état d’humiliation où mes ennemis m’ont réduit, vous qui me relevez et me retirez des portes de la mort, afin que j’annonce toutes vos louanges aux portes de la ville de Sion.
PsaumeIX
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant