//img.uscri.be/pth/f22dfb924d770a3607e8457399b7347776b1a185
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le bonheur au féminin

De
186 pages
Les romancières du siècle des Lumières ont été les premières à poser la question du bonheur au féminin de façon aussi stratégique. Les passages obligés de la féminité, tels que le mariage, la maternité et la vertu, sont-ils garants de bonheur ? Les femmes mises en scène peuvent-elles s'affranchir de l'idéal féminin façonné par l'ordre établi ? Peuvent-elles échapper à la culpabilité qui les presse de suivre fidèlement le chemin tracé pour elles ? Quels recours sont à leur disposition pour être heureuses ?
C'est autour de ces questions, d'une troublante actualité, que les auteurs du XVIIIe siècle tracent le parcours de la destinée féminine, avec tous les détours, les obstacles et les enjeux qu'il peut comporter. Leur discours laisse surtout entendre que le bonheur n'est pas possible sans une remise en question des rôles et de la place des femmes dans la société.
Voir plus Voir moins
l e b o n h e u r au f é m i n i n Stratégies narratives des romancières des Lumières
le bonheur au féminin Stratégies narratives des romancières des Lumières
Isabelle Tremblay
Les Presses de l’Université de Montréal
Crédit photo de la couverture : bpk, erlin / Gemaeldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen / Hans-eter Klut / Art Resource, Y o Jeune femme lisant une lettre, la tête appuyée: Mo 09, huile sur toile, n ietro Rotari (10-1) Gemaeldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen, Dresde, Allemagne
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Tremblay, Isabelle, 1981- Le bonheur au féminin : stratégies narratives des romancières des Lumières  (Espace littéraire)  résenté à l’origine par l’auteur comme thèse (de doctorat--Université d’Ottawa), 008 sous le titre: La problématique du bonheur féminin dans l’écriture romanesque des femmes écrivains du siècle des Lumières.  Comprend des réf. bibliogr.  ïŚBN 98--0-9-1  1. onheur dans la littérature. . Femmes dans la littérature. . Roman français -e e 18 siècle - Histoire et critique. . Romancières françaises - 18 siècle. . Siècle des Lumières - France. ï. Titre. ïï. Collection : Espace littéraire. PQ. 01 8’.09 Ç01-901-
er Dépôt légal : 1 trimestre 01 ibliothèque et Archives nationales du uébec © Les resses de l’Université de Montréal, 01
îŝ (papier) 98--0-9-1 îŝ (pdf ) 98--0-- îŝ (eub) 98--0--
Les resses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide nancière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition. Les resses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien nancier le Conseil des arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du uébec (SODEC).
îîÉ âû âââ È âŝ 01
À John et à éodore
introduction
Si un fond féminocentrique sous-tend l’écriture romanesque du Grand Siècle, celle des Lumières prolonge ce mouvement tout en le faisant évoluer vers des horizons nouveaux. Le roman, lieu d’une formulation des réactions relativement aux recommandations que prescrit l’apparte-nance à un sexe, se présente comme le moyen le plus courant pour les femmes auteurs de témoigner de leurs idées. Après l’avènement de la sphère privée, les romancières qui, en raison du mécanisme de sociali-sation codé où la diérenciation sexuelle joue un grand rôle, sont con-nées à cet espace du particulier régi par le mariage et la famille se tournent vers ce qu’elles connaissent le mieux : leur vécu. Comme l’ap-parat historique devient secondaire au sein du genre romanesque, la rupture avec l’Histoire autorise un plus grand apport personnel qui leur permet de brosser un portrait vraisemblable du bonheur, un thème qui préoccupe philosophes, moralistes, poètes, dramaturges, romancières et romanciers, dont la quête est le sujet de nombreux traités de morale et de plusieurs essais et romans. Le genre romanesque, qui est le lieu de l’émergence d’une réexion nouvelle sur la condition féminine, cons-titue pour les femmes auteurs un espace privilégié où acher leurs positions quant aux dénitions du bonheur et aux moyens d’y accéder. En traçant le parcours de la destinée féminine, avec tous les détours, les obstacles et les enjeux qu’il peut comporter, les r omancières des Lumières s’interrogent sur les conditions de réalisation du bonheur au féminin. Une étude thématique de la quête du bonheur montre que les institutions de l’époque – telles que le mariage et la famille –, qui ren-forcent les règles et les codes de la société patriarcale, conditionnent la
10bon h eur l e mi n i nau fé
trajectoire des hérones. La morale chrétienne, canalisée dans le concept de vertu, est l’objet d’une réexion préromantique qui place l’estime de soi au-dessus des principes émis par l’ordre moral et social. La sensibilité ouvre sur un espace de conciliation où l’amour et l’amitié créent une forme d’indépendance aective qui évacue le rapport de force inhérent à la passion. Le présent ouvrage porte d’abord sur la représentation du bonheur en fonction des passages obligés de la féminité – le mariage, la maternité et la vertu – pour ensuite se concentrer sur ce qui, dans leur quête du bonheur, fait la force des gures de femmes mises en scène dans la ction des romancières : l’étude, l’amitié et l’amour. Chefs de le de l’étude sur le genre à l’époque des Lumières, Isabelle rouard-Arends, Colette Cazenobe, Olga . Cragg, Joan DeJean, Suellen Diacono, Suzan van Dijk, Jeanette Geriaud Rosso, Marie-Laure Girou Swiderski, Joan Hinde Stewart, Kathleen Jaeger, Katherine Jensen, ancy Miller, Colette iau-Gillot, Mary Trouille et lizabeth Zawisza ont fait ressortir l’originalité de nombreux romans e féminins du XVîîî siècle et ont mis en évidence l’intérêt d’étudier ces œuvres souvent méconnues. Toutefois, aucune étude n’a encore dressé un tableau précis de la représentation du bonheur dans l’écriture des femmes au Siècle des Lumières, pan manquant à l’analyse du dévelop-pement du roman moderne. L’étude de la quête du bonheur dans les romans des femmes auteurs, longtemps négligée par la critique, révèle les prises de position de l’écriture féminine et montre à quel point les romancières des Lumières transforment le genre du roman. Si les Lumières connaissent un nombre de femmes écrivains supé-rieur à tout autre siècle, comme l’a observé Fortunée riquet dans son Dictionnaire historique littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France(180), les conditions d’écriture leur demeurent peu favorables. Certes, les femmes sont moins nombreuses à se cacher derrière l’anonymat, mais plusieurs hésitent à signer leurs romans ou ne signent que de leurs initiales pour minimiser ce que Sophie Cottin appelle le « tort d’écrire ». Alors que la voix féminine façonnée par une plume masculine obtient un certain succès, celle que font entendre les femmes auteurs est plus précaire. Les préjugés sociaux,
1. Mme de Clauzade,Madame Cottin d’après sa correspondance, aris, lon-ourrit, 191, p. 8.