Le Chant du laboureur. (Signé : N.-P., membre de la société d'agriculture. [1er septembre 1860.])

Publié par

Impr. de Sauzon (Roanne). 1864. France (1852-1870, Second Empire). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1864
Lecture(s) : 9
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE
CHANT DU LABOUREUR
LE
CHANT DU LABOUREUR
En ces temps derniers , j'ai vu l'Aigle re-
lever et porter haut le drapeau de la
France
L'Oiseau du laboureur suivait, et, montant,
montant, disait un chant d'allégresse.
ROANNE
IMPRIMERIE SAUZON, RUE IMPÉRIALE, 70
1864
Dédié, le 8 mai 1864, à Son Excellence le
duc de Persigny, venu à Roanne pour présider le
Concours Régional des huit départements suivants :
Loire, Saône-et-Loire, Allier, Rhône, Ain, Jura,
Savoie et Haute-Savoie,
Et le Concours International de labourage à
vapeur.
EXCELLENCE ,
Dieu protége la France!....
— Car c'est lui qui, à la face des nations, fait
briller de nouveau sur le trône, d'un si vif éclat, le
plus grand nom des temps modernes !
Napoléon III, comme son Oncle , peut voir au ciel
son étoile,....
— Et l'Italie, qui nous le rendait, il y a bientôt
cinq ans, le teint bruni par son soleil, avec le sur-
nom de Magnanime, l'appeler, cette étoile, — l'étoile
du Berger, l'étoile du Matin.
Continuant sa route, qu'elle ne la quitte point
des yeux et suive, pour son salut, la voie qu'elle lui
tracera.
Avant qu'elle luise pour nous, — qui a perdu

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.