Le corps du cinéma

De
Publié par

«Ce livre cherche à mieux comprendre ce qu'est un spectateur de cinéma, un corps de spectateur pris dans le corps du cinéma. On y mène d'abord une comparaison, classique mais jamais éclairée, entre le cinéma et l'hypnose – cet état énigmatique, intermédiaire entre la veille, le rêve et le sommeil. Ressaisie dans l'histoire des dispositifs de vision dont l'hypnose participe, depuis la fin du XVIIIe siècle, cette vue du cinéma comme hypnose s'engage dans trois directions : une analogie de dispositifs ; une interprétation métapsychologique ; la réévaluation contemporaine de l'hypnose stimulée par la recherche neurobiologique. Le parti pris essentiel de ce livre suppose une équivalence entre l'état de cinéma compris comme hypnose légère et la masse des émotions éprouvées au cours de la projection d'un film. Mais plutôt que des émotions conventionnelles, de nature psychologique, il s'agit des émotions premières que Daniel Stern a nommées des affects de vitalité : les réactions sensibles induites chez le tout petit enfant par la construction corporelle et psychique de son expérience, qui sont autant de signes précurseurs du style dans l'art. De ces émotions sans nom, aussi variables que toujours recommencées, le cinéma semble par excellence être le lieu, lui qui se donne, dans ses films authentiques, pour la réalité faite art. Enfin, ce corps d'hypnose et d'émotion est aussi un corps animal. Part d'animalité de l'homme, tenant au mouvement, au plus élémentaire du corps affecté. Dès sa conception et sans cesse au fil de son histoire le cinéma s'est voué à la figuration animale. On la cerne ici à travers le cinéma américain où l'animal, entre pastoralisme et «wilderness», occupe une fonction anthropologique première ; et dans des œuvres du cinéma moderne européen, d'où ressort une vision plus ontologique. Ce livre est largement conçu à partir d'analyses de films. On cherche à ressaisir le film dans son détail le plus intime, là où, de micro-émotions en émotions plus vastes, sans cesse il se construit. Le choix des films a été aussi divers que possible, dans l'histoire comme dans la géographie du cinéma : des films Lumière aux œuvres du cinéma moderne et contemporain, en passant par le cinéma classique et le cinéma expérimental ou d'avant-garde. On aimerait avoir ainsi touché le cœur du cinéma. Quelques auteurs surtout ont inspiré cette approche : pour l'hypnose, Lawrence Kubie, Sigmund Freud, Léon Chertok et François Roustang ; pour le développement de l'enfant et la neurobiologie, Daniel Stern et Antonio Damasio ; pour la pensée et la critique du cinéma, Gilles Deleuze et Serge Danay.» Raymond Bellour.
Publié le : lundi 14 mars 2011
Lecture(s) : 126
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818012604
Nombre de pages : 638
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le Corps du cinéma
DU MÊME AUTEUR
Alexandre Astruc, Seghers, 1963 Henri Michaux ou une mesure de l’être, Gallimard, 1965 (édition augmentée,Henri Michaux, « Folio Essais », 1986) Les Rendez-vous de Copenhague, roman, Gallimard, 1966 Le Livre des autres, essais et entretiens, L’Herne, 1971 Le Livre des autres, entretiens, 10/18, UGE, 1978 L’Analyse du film, Albatros, 1979 ; rééd. Calmann-Lévy, 1995 Mademoiselle Guillotine, La Différence, 1989 L’Entre-Images, Photo. Cinéma. Vidéo, La Différence, 1990 Oubli, textes, La Différence, 1992 L’Entre-Images 2, Mots, Images, P.O.L, 1999 Partages de l’ombre, textes, La Différence, 2002
DIRECTION DOUVRAGES COLLECTIFS Le Western, 10/18, UGE, 1966 (édition augmentée, Gallimard, « Tel », 1993) Henri Michaux, L’Herne, n° 8, 1966 (édition augmentée, 1983) Dictionnaire du cinéma, Éditions universitaires, 1966 (avec Jean-Jacques Brochier) Psychanalyse et cinéma, Communications, n° 23, 1975 (avec Thierry Kuntzel et Christian Metz) Lévi-Strauss, Gallimard, 1979 (avec Catherine Clément) Le Cinéma américain, analyses de films, 2 volumes, Flammarion, 1980 Vidéo, Communications, n° 48, 1988 (avec Anne-Marie Duguet) Cinéma et Peinture, approches, Coliartco-PUF, 1990 Passages de l’image, Centre Georges-Pompidou, 1990 (avec Catherine David et Christine van Assche) Unspeakable Images, Camera Obscura, n° 24, 1991 (avec Elisabeth Lyon) Jean-Luc Godard : Son + Image, MoMA, New York, 1992 (avec Mary Lea Bandy)
ÉDITIONS CRITIQUES
Charlotte Brontë, Patrick Branwell Brontë,Écrits de jeunesse(choix), Pauvert, 1972 (rééd., Laffont, « Bouquins », 1992) Emily Brontë,Wuthering Heights, Pauvert, 1972 ;Hurlevent, Gallimard, « Folio », 1992 Alice James,Journal et choix de lettres, Café-Clima, 1984 Henri Michaux,Œuvres complètes, tome I, 1998, tome II, 2001, tome III, 2004, Galli-mard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1998 (avec Ysé Tran)
Raymond Bellour
Le Corps du cinéma
hypnoses, émotions, animalités
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2009 ISBN : 978-2-84682-279-4 www.pol-editeur.fr
Aux disparus, dans leur amour du cinéma, Christian Metz, Serge Daney, Jean-Claude Biette, Thierry Kuntzel
À Christa, pour la compagnie des films
« Dans la fascination qui descend d’un gros plan et pèse sur mille visages noués dans le même saisissement, sur mille âmes aimantées par la même émotion ; […] dans des images que l’œil ne sait former ni si grandes, ni si précises, ni si durables, ni si fugaces, on découvre l’essence du mystère cinématographique, le secret de la machine à hypnose : une nouvelle connaissance, un nouvel amour, une nouvelle pos-session du monde par les yeux. » Jean Epstein
« Entre la culture et la croyance en une vérité, il faut choisir. » Paul Veyne
« L e d é p l i s e u l e s t i m p o r t a n t . L e r e s t e n ’ e s t qu’épiphénomène. » Henri Michaux
Experimentum mirabile. De imaginatione gallinae, Athanasius Kircher
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Pour un cinéma contemporain soustractif

de presses-universitaires-de-vincennes

Pour un cinéma contemporain soustractif

de presses-universitaires-de-vincennes

suivant