Le coup de lance du Gymnase ou La décadence du Vaudeville , revue critique... pot-pourri, par un vieil habitué

Publié par

Martinet (Paris). 1821. 15-[1] p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1821
Lecture(s) : 19
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE COUP DE LANCE
DU GYMNASE.
LE COUP DE LANCE
DU GYMNASE,
ou
LA DÉCADENCE DU VAUDEVILLE,
REVUE CRITIQUE DES ACTEURS ET ACTRICES
DE CE THEATRE.
Pot-Pourri,
PAR UN VIEIL HABITUÉ.
Si l'on vous habille mal,
Le matin dans un journal,
Tout en sortant de le lire
Il faut rire.
PARIS,
CHEZ L'ÉDITEUR, RUE CHRISTINE, N° 8;
MARTINET, LIBRAIRE, RUE DU Coq, N° 15.
1821.
LE COUP DE LANCE
DU GYMNASE.
AIR du major Paimer.
Un jour, dans mon domicile,
Tour-à-tour je regardais
Les acteurs du Vaudeville,
Dont j'ai les rares portraits,
Lorsque ma muse insensée
Voulut présenter aux yeux
Un couplet, une pensée,
Pour les reconnaître mieux;
Mais, malgré moi} la critique
Dans mes vers vint se mêler,
Et d'une franchise unique
Elle se mit à parler.
Je voulais tracer leur grdce,
Leurs talens et leur esprit ;
Mais mettez-vous à ma place,
Dites-moi, qu'auriez-vous dit ?
AIR du vaudeville de la partie carrée.
Toi qui charmais, innocent Vaudeville,
Mes doux loisirs aux jours de mon printemps,
mites-tu ma vieillesse débile :
Deviens-tu froid sur l'hiver de tes ans.
(6)
Enfant gâté dont j'étais idolâtre.
En grandissant t'es-tu donc amolli?
Tous tes acteurs , et ton triste théâtre,
N'ont plus rien de Joli.
AIR : Nous sommes sans cesse occupés.
Qui remplacera ce Joli
Dont nous déplorons tous l'absence ?
Est-ce Philippe, le hardi,
Dont le jeu tient de la licence ?
Public , il te brave par fois,
Se montrant trop souvent sans-gène,
Et les inflexions de sa voix
Iraient mieux sur une autre scène (seine).
AIR : Un Cordelier d'une riche encolure.
Gros Saint-Léger,
Que ton poids est énorme;
Quelle masse informe !
Ah ! chez notre enfant,
Tu parais un géant ;
Et d'un Stentor, ta voix retentissante,
Porte l'épouvante
Jusqu'au Paradis;
Tous en sont étourdis.
Eh quoi ! Gontier,
Tu nous fais la grimace ;
Morbleu quelle audace !
( 7 )
Ah ! modère un peu
Tes excès dans ton jeu;
Laisse Guénée crier , suer, tout Lattre
Comme un diable à quatre,
Sans en faire plus ,
Ses cris sont superflus.
AIR : Va, ne te mets point à la gène.
, (Vaud. du Nécessaire et le Superflus.)
Guillemin vient de sa province
Figurer parmi nos acteurs ,
Il n'en sera pas le plus mince,
Se disent tous les connaisseurs ;
Il veut rappeler la mémoire
D'un acteur jadis à mon gré;
Mais Guillemin, l'on doit m'en croire,
Dans les chants n'est pas un Vertpré.
AIR : Monsieur d'ia Palisse est mort.
Ah ! voici ce gros acteur
Qu'on nomme Hypolite,
Dans les rôles de buveur
Il n'est pas sans mérite..
Son jeu, par foi dégoûtant,
Est cependant utile ;
Au théâtre il boit vraiment
Aussi bien qu'à la ville.
Ali! voici., etc.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.