Le Fond de la question, par M. Bénaben

De
Publié par

chez tous les marchands de nouveautés (Paris). 1818. In-8° , 54 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1818
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE FOND
DE LA QUESTION.
DE L'IMP. DE Me. JEUNEHOMME-CREMIERE,
RUE HAUTEFEUILLE, N° 30.
LE FOND
DE LA QUESTION
PAR M. BÉNABEN.
A PARIS,
CHEZ TOUS LES MARCHANDS DE NOUVEAUTES.
1818.
J'AVAIS jeté quelques notes margina-
les sur le dernier livre de M. Fiévée,
selon ma coutume, qui est aussi celle de
M. Fiévée. Des personnes qui en ont
pris connaissance, ont désiré que j'en
fisse part au public. Ne voyant pas plus
de raisons pour refuser, que pour con-
sentir, j'ai consenti. Je savais pour-
tant le vieil adage : Dans le doute ,
abstiens-toi. Mais où est l'homme qui
se laisse toujours conduire par des
adages?
LE FOND
DE LA QUESTION.
CHAPITRE PREMIER.
LE fond de la question ! Tel est le titre donné
par M. Fiévée à l'un des paragraphes de son.
dernier livre. Ce paragraphe attirait naturel-
lement mon attention de, préférence à tous
les autres. Qu'ai-je à faire, du reste, me disais-
je, si je liens le noeud? On le cherche depuis
si long-temps! J'ai lu, et n'ayant pas trouvé ce
que je cherchais, j'ai trouvé ce que je ne
cherchais pas.
Ceci m'a donné l'envie de parcourir tout
l'ouvrage ; il faut que je l'avoue, une première
lecture m'a séduit. Esprit, raison, me disais-
je, rien n'y manque. L'auteur, à la vérité,
qui proclame emphatiquement une décou-
verte sur le ton de l'Euréka d'Archimède, n'a
(8)
rien découvert. Mais pourquoi serait-il plus
modeste que tant d'autres? Si les détails sont
vrais, si les réflexions accessoires sont justes,
il y a toujours beaucoup à gagner avec lui.
En relisant son livre, je me suis convaincu
qu'il ne faut pas plus juger d'un ouvrage à la
première lecture, que d'une femme à la pre-
mière entrevue. Plus on a la conscience de
quelque défaut secret, plus on met d'artifice
à le déguiser.
Mon intention n'est pas de soutenir ni de
réfuter les accusations de M. Fiévée contre
les ministres. Le rôle de champion est diffi-
cile, et celui d'accusateur est souvent odieux.
Si, parmi les actes de leur administration , j'en
vois qui pourraient être mieux, j'en vois aussi
qui pourraient être plus mal. Je n'ai pas ap-
prouvé les restrictions qui gênent la presse;
mais je n'ai pu m'empêcher d'applaudir à la
loi qui nationalise l'armée. Je sens bien qu'on
me prive d'une partie de ma liberté; mais on
me fait chérir du moins de bons défenseurs
pour ce qui m'en reste. Pour une garantie que
je perds , en voici une que je recouvre; j'avoue
que j'aurais infiniment mieux aimé les avoir
toutes, mais, n'en eussions-nous qu'une, celle-
(9)
ci pourra bien attirer à soi celles qui man-
quent.
Je n'écris que pour exposer mes doutes
sur le compte rendu de notre situation. Nous
serions , au dire de M. Fiévée, suspendus en-
tre le despotisme que l'on essaierait en vain
d'exercer contre nous , et la liberté que nous
essaierions en vain de saisir, c'est-à-dire que
ministres et citoyens seraient tons comme
Tantale au milieu des eaux. C'est là une image
brillante, sans doute; mais je confesse en toute
humilité que je ne conçois pas ce qu'elle re-
présente. Un peuple qui n'est point libre, et
qui ne saurait être esclave, ou qui n'est point
esclave, et qui ne saurait être libre! Des
mesures despotiques, et une administration
incertaine! Des tortures accumulées par une
autorité impuissante ! Explique ces énigmes
qui pourra. Je ne mets sûrement pas en doute
qu'il n'y ait dans le système actuel quelque
chose d'oblique , et que la marche de l'admi-
nistration ne doive paraître gênée ; mais à qui
la faute ? à ceux qui ont semé sa route d'épi-
nes. Car enfin , ce ministère que vos cris accu-
sent, il est bien à vous, il est bien né de
vous. C'est bien sous vos auspices qu'il a essayé
(10)
ses premiers pas. Toutes ces lois qui devaient
faire tant de bien, et qui n'ont engendré que
des défiances , c'est vous qui les avez deman-
dées , vous qui les avez aggravées. Alors il
n'en faisait jamais assez; aujourd'hui il en fait
toujours trop. En face de vous qui l'avez re-
jeté de vos rangs, et de vos adversaires qui,
à cause de vous, sont devenus les siens, quelle
voulez-vous que soit son attitude ?
Ne croyez pas cependant que je désespère
de la France; elle est forte de sa nature; et
puisqu'elle n'a pas succombé à tant de désas-
tres, il faut espérer que des intrigues ne la
tueront pas. Laissez-la sortir de l'abyme, et
soyez certains qu'elle en sortira, sans vous de-
mander la main pour l'y aider. Avec son
crédit, son armée, sa glorieuse réserve, avec
la liberté de conscience qu'il n'est plus au pou-
voir des cabinets de lui ôter, avec la liberté
de parler hautement, dont on voit bien, ne
fût-ce que par votre exemple, qu'elle n'est pas
entièrement privée , toute meurtrie , toute
abaissée qu'elle est encore, il n'est rien qu'on
ne puisse attendre d'elle.
( 11 )
CHAPITRE II.
En continuation.
« Il y a trois ans, beaucoup de choses
« étaient possibles , qui ne le sont plus aujour-
« d'hui. » (1) Est-ce le fond de la question?
je ne crois pas même que ce soit tout le fond
de votre pensée. Le fond de la question, le
voici :
Il règne en Europe deux puissances en
conspiration permanente l'une contre l'autre.
La première, qui a bien pour elle au moins la
majorité numérique, tend à la stabilité par la
liberté; et ce qui est pis encore, ne conçoit pas
la stabilité hors la liberté. Ceux qui douteront
de son existence n'ont qu'à faire un petit
voyage en Allemagne, ou même en Espagne.
(1) Neuvième partie de la Corresp, de M. Fiévée.
page 74.
(12)
L'autre voudrait de l'immobilité, mais
comme elle commence à apercevoir que le
mouvement universel l'emporte en dépit d'elle,
son industrie s'est réduite à fausser ce mouve-
ment, pour l'exploiter à son profit; ses calculs
ne sont pas heureux.
D'abord elle a beaucoup tonné contre les
novateurs; ce n'étaient que des impies, des
rebelles; on invoquait le pouvoir absolu
comme un sauveur. De graves publicistes s'é-
vertuaient à prouver que, hors ce pouvoir, il
n'est point de salut, on vantail les charmes de
la féodalité. On offrait le moyen âge comme le
type du beau. Toutes ces lugubres ou bizarres
déclamations effrayèrent un moment et dé-
goûtèrent ensuite; il fallut changer de ton.
Dans la seconde période, on reconnut enfin
cette puissance qu'on avait niée constamment.
C'était quelque chose ; Venezuela et Buenos-
Ayres n'en sont pas encore là : mais on la re-
connut pour se moquer d'elle. Tout ce que tu
as acquis , lui dit on , est bien à loi ; mais tes
titres sont nuls , et les droits usurpés. C'était
déclarer un homme faussaire, et lui conserver
le prix du faux. Voilà pourtant comme on doit
( 13 )
traduire la fameuse distinction entre les inté-
rêts moraux et les intérêts matériels.
Comme on ne peut cependant point fermer
toujours les yeux à la lumière, il fallut bien
enfin convenir que celle magnanime conces-
sion n'était rien sans la sanction des titres.
Alors , rapprochement fraternel et douces
étreintes : Romain et Barbare n'eurent plus
qu'une même langue, on balbutia d'abord
d'assez mauvaise grâce ces vilains mots de
charte, de liberté , de droit public; et à force
de les redire, on parvint à les prononcer
comme si l'on n'avait fait autre chose en sa vie;
et l'on crut avoir en tout point satisfait au pré-
cepte du sage : Si la peau du lion ne suffit pas
pour te couvrir, il y faut coudre celle du re-
nard.
On la cousit, mais maladroitement; il per-
çait toujours quelque chose dans les vides.
par exemple, on défendait de tout son coeur
la liberté de la presse, mais en lui donnant
pour compagne l'inquisition religieuse; on
proclamait hautement l'utilité du jury pour
les délits de la presse, mais avec des élémens
et des conditions qui le fesaient ressembler au
vénérable corps des éphores. Ces auxiliaires
( 14 )
des tribuns, ces nouveaux tuteurs de nos li-
bertés n'aperçoivent pas plutôt un léger in-
dice de liberté, qu'aussitôt les voilà qui s'é-
chauffent à lui courir sus, laissant, dans leur
ardeur, tomber le masque comme s'il était en
leur pouvoir de le reprendre au besoin.
Une sage prévoyance rassure - t - elle la
bravoure et le mérite contre l'intrigue et
la faveur? le roi veut-il constituer son armée
sur des bases plus larges et plus nobles, et
plus solides, élever le code militaire jusqu'à
nos institutions politiques , éteindre enfin à
jamais cette différence du citoyen et du sol-
dat qui fut, il y a quinze siècles, l'origine de
la féodalilé; veut-il qu'un Général, en prenant
congé de lui pour rejoindre son armée, ne
puisse pas lui dire: Sire, je vais combattre
vos ennemis ; mais je vous laisse parmi les
miens? Sur-le-champ, toutes ces voix qui
chantaient les merveilles de l'égalité , s'é-
lèvent de concert pour crier au scandale. La
prérogative est perdue, le trône est avili,
disent-ils. Je voudrais bien savoir si la gloire
du trône parlait aussi fortement à leurs coeurs,
dans ces jours de lutte vigoureuse où ils
s'efforçaient d'éluder l'initiative en l'étouffant
sous les amendemens.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.