//img.uscri.be/pth/23074e4db0d1dd54b13622ad0c36e90ecb2a4a70
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,49 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le livre politique au prisme des médias

De
104 pages
Pourquoi les responsables politiques s'échinent-ils à écrire des livres, quand, à de rares exceptions près, ils sont si peu lus ? Mêmes les journalistes politiques reconnaissent qu'ils ont baissé les bras face à la floraison de ces ouvrages trop vite écrits, souvent médiocres, en un mot périssables. Cet essai se propose toutefois de prendre au sérieux cet objet paradoxal qu'est le livre politique, en passant au crible une cinquantaine d'entre eux signés Ségolène Royal, Bruno Le Maire ou Roselyne Bachelot.
Voir plus Voir moins
qu’ils ont baissé les bras face à la floraison de ces ouvrages trop
cinquantaine d’entre eux signés Ségolène Royal, Bruno Le Maire ou Roselyne Bachelot. Livres de programme, de coulisses, mémoires de courtisans
de Gaulle à François Mitterrand. Comme si cette figure du let-
Adrien deCALAN
»
tudes
Le livre politique au prisme des médias
Publier pour exister ?
Série « E
SOCIO-ÉCONOMIEDE LA CHAÎNE DU LIVRE
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10913-8 EAN : 9782343109138
Le livre politique au prisme des médias
ÉTUDES&ESSAISCollection fondée et dirigée par Julien DENIEUILSérie « ÉTUDES» Partant du constat d’un manque évident de documents et de publications en la matière, la collection « Socio-économie de la chaîne du livre » s’est donné pour objectif d’exposer et de rendre accessibles, au plus large public, des textes s’intéressant à la socio-économie contemporaine de l’édition française et francophone. Dans son acception strictement socio-économique, la collection regroupe des travaux qui portent sur les problématiques des différents maillons de la chaîne (processus de production et de commercialisation du livre, de l’auteur au prescripteur), et qui prennent en compte les évolutions du secteur éditorial (innovations numériques, notamment). Selon une acception plus symbolique, plus militante, la collection propose également des écrits qui abordent, d’une manière ou d’une autre, les notions d’indépendance éditoriale et de diversité culturelle, de même que la singularité du vecteur livre au sein de l’espace public, dans un contexte capitalistique marqué entre autres, ces dernières décennies, par une concentration et une financiarisation accrues du paysage éditorial. Série « ESSAIS» La série « Essais » accueille des écrits plus personnels d’auteurs manifestant une vision originale et singulière de l’objet-livre et de la lecture, et se détachant des lignes théoriques attendues.
Déjà parus : Julien PÉLISSIER,Lectures à vivre suivi de Vies à écrire, 2016.
Thierry CHARLES,Fahrenheit 4.0. Essai sur la disparition du livre, 2016.
Jean-Luc PIOTRAUT, Sébastien EVRARD(dir.),Le droit et l’édition. Regards français et étrangers sur les mutations engagées, 2016.
4
A drien de CAL ANLe livre politique au prisme des médias Publier pour exister ?
REMERCIEMENTS
Ce texte a été réalisé dans le cadre de ma dernière année d’études au CELSA. Merci à toute l’équipe administrative et pédagogique de cette école, à Benjamin Sportouch pour ses conseils amicaux, à Christian Le Bart et Nicolas Mougin (Edistat) pour leur disponibilité, à Didier et à Louise pour leur relecture attentive.
INTRODUCTION
« Qui écrit en moi ? Qui fait de la politique ? Où commence la politique et où se termine la littérature ? Pour le moment, je suis incapable de répondre à ces questions. La politique nourrit mon écriture et elle la bride. La littérature tend son miroir à mon action politique et elle la juge. » Bruno Le Maire,Jours de pouvoir, dimanche5 juin 2011, Paris,page 247. n octobre 2013, une élection primaire a lieu à Marseille, E pour choisir le futur candidat socialiste à la mairie. Parmi les six prétendants, trois ont pris la peine, quelques semaines plus tôt, de publier un livre : la ministre Marie-Arlette Carlotti avecMarseille ma capitale,finalistes », Samia et les deux « Ghali et Patrick Mennucci, avecLa MarseillaiseetNous les Marseillais.On aura ainsi pu lire chez le député Mennucci que Marseille a « une identité qui lui est propre. Souvent irritante, parfois dure, elle est généreuse, chaleureuse. C’est un carrefour, 1 un lieu de rencontres » . « Marseille est belle », reconnaît la ministre Marie-Arlette Carlotti, « mais elle est surtout rebelle » (…) Ses habitants sont à son image, cosmopolites, rebelles et 2 passionnés » , ajoute-t-elle. C’est le « centre du monde » suren-chérit sa rivale Samia Ghali.«Marseillaise je suis, Marseillaise
1 MENNUCCI Patrick,Nous les Marseillais, Pygmalion, septembre 2013. 2 CARLOTTI Marie-Arlette,Marseille, ma capitale,Le Cherche Midi, mars 2013.