Le missionnaire . Ode par M. le Comte de Coëtlogon

De
Publié par

Petit (Paris). 1819. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1819
Lecture(s) : 8
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE
MISSIONNAIRE.
LE
*
MISSIONNAIRE.
ODE
PAR M. LE COMTE DE COETLOGON
A PARIS,
CHEZ PETIT, Libraire, Palais Royal, Galerie de Bois.
1819.
LE
MISSIONNAIRE.
ODE.
ATHLÈTE de la Foi, vétéran du Martyre,
Quoi? tu viens de l'exil à ce. peuplé en délire
Porter la vérité?
Une croix à la main, le pardon à la bouche,
Quoi? tu reviens encor d'une secte farouche
Braver l'impiété?
Arrête ! ton aspect, tes nobles cicatrices,
Tes vêtemens sacrés, vénérables indices
D'un envoyé du ciel;
Ta voix, source d'amour, ta céleste indulgence,
Tout deviendra l'objet d'une lâche vengeance,
Ou d'un mépris cruel.
As-tu donc oublié leurs discours et leurs oeuvres?
Dans l'ombre et le secret, dangereuses couleuvres,
Ils propagent leurs lois.
Puis, Lucifers nouveaux, ils saisissent la foudre,
Et, parcourant la terre, ils réduisent en poudre
Les peuples et les Rois.
( 6)
Non! Dieu n'existe pas, a dit leur bouche impie (i)!
Et le crime a tissu la trame de leur vie
De bassesse et d'orsueil :
L'Eternité pour eux n'est qu'un mot, un vain songe;
Et leurs mains ont forgé l'erreur et le mensonge,
Et la fraude et le deuil.
Leur langue est l'instrument d'une astuce profonde,
Le venin de l'aspic est sur leur lèvre immonde
Et flétrit la vertu :
D'un pied léger et prompt ils atteignent le juste,
Qui tombe et disparaît, tel que le faible arbuste
Sous le fer abattu.
Et tu veux leur porter les lois et les mystères,
La parole et l'amour de ce Dieu que naguères
A proscrit leur transport ?
Ils se riront entre eux du prêtre et du message :
Et le prix assuré que te garde leur rage
Est l'opprobre et la mort.
*
Fuis loin d'eux ! leur audace a défié Dieu même :
Bàbel a de nouveau répété le blasphème
Qu'a. vomi leur fureur:
EM qu'espérer, dis-moi, du sophiste implacable?
Il a fait de son ame un fort inexpugnable
Aux efforts du Seigneur.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.