Le philanthrope dévoilé, ou Réponse aux observations de l'abbé Grégoire sur la constitution de 1814

De
Publié par

[s.n.] (Paris). 1814. France (1814-1815). 18 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1814
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE PHILANTROPE
DE VOILÉ,
OU
REPONSE AUX OBSERVATIONS
DE L'ABBÉ GRÉGOIRE,
SUR LA CONSTITUTION DE 1814.
PARIS,
1814.
LE
PHILANTROPE
DÉVOILÉ.
PARMI les nouveaux écrite que l'on publie
pour et contre la Constitution impromptu
présentée par le Sénat à l'acceptation de notre
bien aimé Souverain, on distingue celui de
l'abbé Grégoire, ce frondeur de tous les gou-
vernemens, et qui n'en a jamais aimé d'autre
que la république de 1793 , à laquelle il a
donné tant de preuves d'attachement lors-
qu'elle existait, et qu'il a défendue avec tant
de courage lorsqu'on a voulu la détruire. La
( 4 )
causticité de cet abbé et sa mauvaise humeur
percent à chaque page , à chaque phrase , à
chaque ligne de son écrit. S'il voulait nous dire
toute sa pensée, nous verrions en lui le plus fou-
gueux républicain qui fût jamais ; et s'il feint
d'entrer dans un sens raisonnable , c'est pour
faire naître des méfiances sur les intentions de
cette excellente dynastie appelée au trône
pour faire le bonheur des Français. Il s'in-
digne du nom de maître , quoiqu'il connaisse
le véritable sens que les Français attachent à
ce mot, qui dans leur bouche est synonyme
de celui de père. Il voit partout les chaînes
de l'esclavage : selon lui, on trame une cons-
piration contre nos libertés. On retrouve enfin
dans son écrit les mêmes idées , les mêmes
expressions que dans les innombrables bro-
chures de 1789. Les peuples , nous dit-il, ne
sont pas des troupeaux créés pour le plaisir de
leur chef. Cette idée qui a toujours précédé les
déclamations des démagogues,prouverait seule
les mauvaises intentions de cet abbé, car per-
sonne n'en conteste la vérité; il est bien inutile
de les reproduire , et s'il le fait, c'est évidem-
ment pour semer les méfiances
L'enthousiasme public ne lui paraît qu'une
(5)
folie ; il se perd dans les abstractions des pu-
blicistes , il veut une Constitution libre :
l'expérience du passé ne l'a pas guéri de la
manie des euthopies. Il rêve constitution,
équilibre de pouvoirs Sans doute que la
France serait heureuse, si elle le chargeait de
faire la charte constitutionnelle ; il détruirait
tous les abus, la séduction n'aurait plus aucun
accès auprès du coeur des hommes , les ri-
chesses , les honneurs, la puissance ne les
tenteraient plus, et la balance sociale serait
si bien équilibrée qu'on n'aurait plus à craindre
les révolutions occasionnées par la faiblesse
ou par le despotisme des Souverains C'est
ainsi que parlaient les auteurs de la fameuse
Constitution de 1795. Ils avaient bien pré-
tendu avoir atteint le but ; et tout était si bien
calculé selon eux dans ce chef-d'oeuvre, poli-
tique, que la France ne pouvait manquer
d'être heureuse. Qu'arriva-t-il cependant ?
C'est que ces esclaves qui étaient heureux
sous le despotisme de leurs anciens maîtres,
n'eurent pas plutôt joui de ce bien précieux,
de cette Constitution réfléchie et combinée si
parfaitement, qu'ils devinrent le peuple le
plus misérable de la terre, en butte à toutes
(6)
les factions, victime de mille scélérats : l'his-
toire aura peine à nombrer et encore moins à
faire connaître tous les crimes qu'elle enfanta ;
et c'est cependant là où notre abbé voudrait
nous ramener.
Oui, M. Grégoire, vous fûtes le collabo-
rateur de ce grand oeuvre ! vous fîtes plus ;
révolté de l'esclavage des noirs, vous leur fîtes
accorder spontanément la liberté. Les agens
de vos projets philantropiques furent envoyés
dans les Colonies , et ces terres fertiles et
éloignées furent bientôt arrosées du sang de
tous les blancs.
J'aime à penser que lorsque vous enfantiez
ces beaux projets pour le bonheur des hom-
mes, vous n'en prévoyiez pas les funestes con-
séquences ; mais après de tels essais ne devriez-
vous pas vous méfier de vous-même, ne de-
vriez-vous pas vous condamner à un éternel
silence, et reconnaître que vous n'êtes nulle-
ment propre à indiquer aux hommes les vé-
ritables routes qui peuvent les conduire au
bonheur ?
Je ne parlé pas ici du grand forfait en mo-
rale, en religion et en politique auquel vous
donnâtes si franchement, on peut même dire
(7)
si stupidement, votre consentement; je dis
stupidement, puisqu'absent par congé et re-
vêtu d'un caractère sacré, vous pouviez vous
dispenser de le faire. Fut-ce la morale et la re-
ligion dont vous osez appuyer vos discours
qui vous prescrivirent alors d'immoler le plus
juste comme le meilleur des rois qu'ait eu la
France ? le caractère sacré dont vous vous
prétendiez revêtu ne vous parut-il pas une
raison suffisante pour refuser de coopérer à
l'oeuvre d'iniquité la plus atroce comme la
plus irréfléchie et la plus inutile qui ait jamais
été consommée ?
Certainement l'homme qui a montré un pa-
reil jugement, et qui choisit si bien son mo-
ment pour donner des avis aux Français , est
bien fait pour être écouté et pour être cru par
eux ; cependant, comme ces considérations
ne suffiraient pas pour les convaincre, es-
sayons d'analyser les principales idées que.
vous avez jetées succinctement et à la hâte sur
votre papier.
Les distinctions héréditaires vous révoltent :
mais sur quel fondement appuierez-vous vos
opinions contre l'utilité de ces distinctions ?
Vous nous citez le sénat romain : c'était, au.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.