//img.uscri.be/pth/51bfeeca470ff5f7de5011e41f64aa2150e0a2ef
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le roman argentin des années 1970 à nos jours

De
280 pages
En Argentine, dans la deuxième moitié du XX e siècle, les régimes militaires sévissent. Cette étude se concentre sur les formes de témoignages que le roman argentin contemporain adopte afin de préserver la mémoire collective, pendant les faits et ultérieurement. La littérature apparaît également comme un espace de préservation de l'identité nationale, face à l'instrumentalisation de l'histoire par le pouvoir ou sa réécriture en Europe.
Voir plus Voir moins
Geneviève ORSSAUD
Le roman argentin des années 1970 à nos jours Les ombres portées de l’état d’exception
Le roman argentin de 1970à nos jours Les ombres portées de l’état d’exception
Critiques littéraires Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions Joséphine MULUMBA,Entre les rives du Congo et de la Meuse, 2013. Alina-Daniela MARINESCU,Spécularité déformante. Sur les traces d’un paradigme anti-mimétique de l’art, 2013. Amélie ADDE,La versification du théâtre espagnol du siècle d’or, 2013. Maurice ABITEBOUL,L’Esprit de la comédie shakespearienne, 2013. Christian AHIHOU,Ken Bugul. La langue littéraire, 2013.Olfa ABROUGUI,Du Bellay et la poésie de la ville, 2013. Anne SCHNEIDER,La littérature de jeunesse migrante, Récits d’immigration de l’Algérie à la France, 2013. Eleonora HOTINEANU,la poésie en héritageBessarabie :, 2013. Brigitte FOULON (dir.),L’écriture de la nostalgie dans la littérature arabe, 2013. Roger TRO DEHO, Adama COULIBALY et Philip Amangoua ATCHA (dir.),Je(ux) narratif(s) dans le roman africain, 2013. Diané Véronique ASSI,Intertextualité et transculturalité dans les récits d’Amadou Hampâté Bâ, 2013. Gasser KHALIFA,L’autobiographie au féminin dansL’Amant de Marguerite Duras etPerquisitionde Latifa Al-Zayyat, 2013. Nicolas GELAS,Romain Gary ou l’humanisme en fiction. S’affranchir des limites, se construire dans les marges, 2012. Kahiudi Claver MABANA,Du mythe à la littérature – Une lecture de textes africains et caribéens, 2012.Gérard DUPUY,Xie Lingyun,Poèmes de montagnes et d'eaux. e V L'expérience poétique du paysage dans la Chine dusiècle, 2012.ZHAO Jia,L’ironie dans le roman français depuis 1980. Echenoz, Chevillard, Toussaint, Gailly, 2012. Gilles GUIGUES,Rilke, l’existence en figures. Étude philoso-phique du poétique, 2012.
Geneviève Orssaud Le roman argentin de 1970à nos jours
Les ombres portées de l’état d’exception
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01408-1 EAN : 9782343014081
Un cuerpo en sangre yace en el suelo. El diario que sirvió para taparle la cara ha volado unos metros.
Luis Gusmán
Introduction 1 On se demande souvent comment narrer l’horreur. C’est depuis quelques années le thème central de nombreux colloques, congrès et autres journées d’études – comment raconter l’indicible, comment survivre dans la parole à ce qui nous en prive… Il me semble nécessaire avant de répondre à cette question de se convaincre de la nécessité de dire: est-il pensable qu’un artiste, un écrivain, un conteur enfin, qui a été confronté à la violence, n’en imprègne pas ses pensées, ses mots ? Il est difficile d’envisager qu’un homme puisse s’extraire de son histoire, faire esprit net, imagination vierge, et n’écrire que des lignes sans aucun lien avec ce qui l’entoure… Peut-ontoutraconter ?La littérature offre plus d’une manière pour traiter l’intraitable. Il y est même possible de ne pas dire et d’ainsi désigner. D’ailleurs, elle ne dit pas l’Histoire, ne discourt pas sur l’Histoire. Pourtant, elle la transcrit, en passant par diverses formes, en la re-présentant, en l’évoquant, ou en l’illustrant. Et la littérature raconte, en plus de ce qu’elle transmet d’une situation historique, des réactions possibles à ces situations et contextes. Réactions possibles… réactions qui ont eu lieu ou qui auraient pu avoir lieu, cela ne change rien dans une fiction. Réactions de « personne », d’un non-être, non-individualisable. Ce sont des faits et gestes racontés, avec des mots qui remplacent la chose qu’ils décrivent. Les mots écrits de la fiction désignent tout le monde et personne, à l’image du pronom «je »que j’emploie et que vous employez. Les récits littéraires sont inventés, mais leur invention ne peut se défaire du réel dans lequel les écrivains vivent. En outre, en se caractérisant (en étant écriture, donc langue d’un lieu), le roman se fait le reflet d’une communauté et des lignes philosophiques et politiques qui la traversent.
9