Le royaume tome II : Héritages

De
Publié par

Ariane la guerrière a conquis une à une les étapes qui l’ont menée sur le trône du Royaume d’Élianor. Elle y a apporté une paix et un nouvel esprit d’entraide et de justice qui s’étendent bien au-delà des frontières.
Gabriel est un époux tendre, mais un roi plutôt conservateur. Lorsque la jeune reine désire faire la lumière sur les secrets de sa naissance, une crise de confiance sans précédent se dessine.
« Si jamais la vie à Élianor devenait impossible et que les choses tournaient mal entre nous, alors je quitterais tout pour toi. Nous nous retrouverons ici, dans notre refuge secret… », lui avait fait jurer Gabriel.
Publié le : jeudi 11 avril 2013
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895710622
Nombre de pages : 554
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Le Royaume Tome II Héritages
Extrait de la publication
Le Royaume Tome II Héritages
Par Nathalie D’Amours
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada D’Amours, Nathalie Le royaume Sommaire: t. 2. Héritages. ISBN 978-2-89571-060-8 (v.2) I. Titre. II. Titre: Héritages. PS8607.A545R69 2010C843’.6C2010-011511-X PS9607.A545R69 2010
Révision : Odette Pelletier, Thérèse Trudel et Claudine Charpentier Infographie : Marie-Eve Guillot Photographie de l’auteure : Gilles Duchesneau Maquillage : France Benoît Coiffure : Brigitte Dagenais
Éditeurs :
Les Éditions Véritas Québec 2555, avenue Havre-des-îles, suite 118 Laval, (QC) H7W 4R4 450-687-3826 www.leseditionsveritasquebec.com
© Copyright : Nathalie D’Amours (2013)
Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec  Bibliothèque et Archives Canada
ISBN :
978-2-89571-060-8 version imprimée 978-2-89571-061-5 version numérique E-PDF 978-2-89571-062-2 version numérique E-PUB
R e p r o d u c t i o n i n t e r d i t e s a n s l ’ a u t o r i s a t i o n d e l ’ a u t e u r e .
Extrait de la publication
Dédicace
Pour Viviane et Benjamin que j’aime tellement, gros comme jusqu’ici à la lune, incluant toutes les étoiles, aller et retour.
Parce que la lumière engendre inévitablement une part de ténèbres qui sommeille en nous et ne cherche qu’à nous consumer, il faut puiser la force de retrouver la lueur annonciatrice d’un jour nouveau, rempli de promesses et ensoleillé. Sans cesse, recommencer car il faut savoir se battre pour ce qui mérite d’être sauvé.
Chapitre 1 Prémices riane ouvrit les yeux lentement. Dans la pointe du A jour, les premières lueurs du soleil jetaient un faible éclairage sur le corps de Gabriel, étendu à côté d’elle. Un tendre sourire apparut immédiatement sur le visage de la jeune femme : elle adorait observer cet homme qui était son époux depuis maintenant six mois. Il était d’un peuple qui inspirait la peur et le ressentiment chez les siens : les Anciens. Elle, elle n’avait pas peur d’eux, pas peur de lui. Elle se savait en sécurité dans ses bras. Amoureusement, elle déposa sa main sur sa poitrine. Quelques mèches de ses cheveux noirs retombaient sur son front. Les traits de son visage hâlé, nets et bien dessinés étaient détendus et son torse, tout comme ses bras, était mince mais musclé. Alors qu’elle épiait sa respiration, grâce aux mouvements plus rapides de son thorax, Ariane réalisa qu’il était réveillé. — Vania, qu’est-ce que tu observes comme ça ? Il n’avait même pas ouvert les yeux, pas fait le moindre geste. — Toi, mon amour. J’ai encore du mal à croire que je suis mariée à l’homme le plus extraordinaire de tout le continent. Gabriel rit et l’attira contre lui, la serrant dans ses bras, et ouvrit les yeux pour l’admirer. — C’est moi qui ai de la chance. J’ai épousé la femme la plus courageuse, la meilleure combattante, la plus tendre et la plus belle qui soit. Doublée d’une rebelle légendaire. — Avoue que c’est ce côté de moi qui te plaît le plus ! Pour toute réponse, il rit de nouveau et déposa un baiser sur ses lèvres. Comme il la relâchait, Ariane s’assied dans le lit et étira son bras vers le bouquet de eurs rouges qui était posé sur une table, juste à côté d’elle. Il la regarda en saisir une et la détacher de sa tige, comme elle le faisait
7 Extrait de la publication
Le Royaume Tome II
chaque matin, soudain contrarié. Alors que sa main se dirigeait vers sa bouche, il se décida înalement et attrapa son bras d’un geste vif pour l’arrêter, tout en prenant soin de ne pas lui faire de mal. — Attends une minute, s’il te plaît. J’aimerais que l’on discute de quelque chose. Elle le regarda, surprise, mais ît signe qu’elle était d’accord. Gabriel la relâcha. — Que se passe-t-il, mon amour ? — Ces eurs, je sais qu’Asalyah et Melahel t’en ont indiqué l’usage avant notre mariage pour d’excellentes raisons. Je sais aussi que ta vie a été un véritable enfer au cours des dernières années, et que dans ces circonstances, avoir un enfant était inconcevable. Cependant, les choses se sont calmées; la reconstruction d’après-guerre va bon train et nous avons un peu plus de temps pour nous. Est-ce que tu crois qu’un jour, nous aurons des enfants ? Pendant combien de temps encore envisages-tu d’avaler ces eurs ? — Tu aimerais avoir un bébé ? s’étonna-t-elle. — Pas toi ? ît-il tout aussi surpris. — Eh bien ! je ne sais pas trop. Je n’y ai jamais songé, pour être honnête. Jusqu’à nos îançailles, je ne pensais pas que j’épouserais véritablement un homme que j’aime. Partager sa couche ne faisait pas partie de mes projets, alors tu peux t’imaginer qu’avoir un bébé… — Bon, ça va. Ce n’est pas grave. Oublions tout ça, veux-tu ? Déjà, il se retournait pour sortir du lit, tentant de cacher sa déception. Ariane le retint à son tour, posant sa main sur son bras. — Gabriel, attends : laisse-moi au moins un peu de temps pour y rééchir. Il s’agit tout de même d’une décision importante ! Il s’assied à côté d’elle, en silence, et la regarda jouer avec la petite eur entre ses doigts. Ce manège dura une minute ou deux. Comme Ariane était songeuse, il respecta son silence. Puis, stupéfait, il la vit lancer la eur par-
8 Extrait de la publication
Héritages
dessus son épaule et jeter le bouquet sur le sol. Elle se retourna ensuite vers lui avec un sourire ravageur. — Tu te sens d’attaque pour commencer à y travailler dès maintenant ? — Je suis votre humble serviteur, Votre Majesté, sourit-il également tout en l’attirant contre lui... Si la journée avait bien commencé, malgré un certain retard sur l’horaire, elle se révéla longue et ardue pour Ariane. Elle rencontrait pour la énième fois les représentants ofîciels du Royaume des Mercators, aîn de discuter des mesures de sécurité à mettre en place aux abords de leur frontière commune. Si au départ le sujet ne semblait pas si complexe, leur voisin se révélait peu coopératif et chaque détail de l’entente était âprement négocié. Haziel était à ses côtés dans la gestion de ce dossier, comme dans la plupart de ceux dont elle prenait la charge. Gabriel travaillait avec François. Aîn d’apaiser les craintes du peuple et de s’assurer d’avoir un représentant de chaque origine lors des prises de décision habituelles, ils avaient convenu de ce fonctionnement. Au début, Ariane avait craint de travailler avec le second de Gabriel, qui agissait avec une froideur déconcertante envers elle depuis leur première rencontre. Cependant, une routine étrange s’installa. Elle regardait Haziel, assis à sa droite, discuter avec leurs interlocuteurs. Il l’appuyait dans chacune de ses décisions, faisait toujours front commun avec elle. N’importe qui aurait juré qu’ils étaient de bons amis hors du cadre de leur relation de travail. Mais tout cela n’était qu’une façade. Convaincante, certes, mais bel et bien illusoire. Dès que le travail était accompli et qu’ils étaient seuls, il redevenait froid et distant, ne lui adressant la parole du bout des lèvres que lorsqu’il en était contraint. Parfois, alors qu’ils travaillaient en silence dans la même pièce, ou pendant les repas qu’il prenait régulièrement au palais, elle surprenait son regard posé sur elle et devenait immédiatement extrêmement mal à l’aise, ayant l’impression d’être prise en défaut. L’Ancien réexpliquait à leurs invités, avec patience et précision, les raisons stratégiques de l’emplacement
9 Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant