Le sans-culotte Chastel,... à tous ses frères les membres des sociétés populaires de la République, en prenant le commandement des Légionnaires montagnards. (17 brumaire an II.)

De
Publié par

impr. de J. Mossy (Marseille). 1793. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1793
Lecture(s) : 10
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A
/Marfiille, le 17 hrumaire r an fécond de la
Répubtiqiàfrançaife y une & indivisible.
Lè Sans-Culotte CHASTEL, - Chef cle
Brigade , Commandant la Légion de la Mon-
tagne, à tous ses Fi ères, les Membres des
Sociétés populaires de la République.
CITOYENS;
J'étais Capitaine des Carabiniers dans la Lé-
gion des Allobroges, lorsque j'ai été appellé
à l'honneur de commander les Légionnaires
Montagnards. J'ai accepté ce nouveau posse,
& je remplirai les devoirs qu'il m'impose ,
avec ce zèle infatiguable qu'inspire l'amour de
la Patrie à des vrais Républicains.
La Légion est fille des Sociétés populaires.
C'est donc à vous qu'elle doit le premier hom-
mage de son existence. Je vous adresse son
organifatian définitive : chacun suivant son
goût, sa vigueur & ses talens militaires peut
; y servir la cause delà Liberté dans les diffé-
rentes armes qui doivent la composer. Les
( 2 )
trois quarts des places demeureront vacan-
tes ? & il n'y fera pourvu que proportion-
nellement à la force de la Légion.
AUX ARMES FRÈRES ET AMIS.
11 est tems d'achever la guerre. Vous
avez promis tout votre fang à la République.
Partez. Il eit tems de faire connaître au$
Nations étonnées , ce dont est capable un Peu-
ple libre , quand on le pouffe à bout, quand
il se lève, & quand il frappe.
Partez. Une armée de Jacobins répan-
dra la lumière dans les Camps, & la terreur
dans les rangs ennemis ; elle déjouera les
complots des perfides ? & démasquera les
imrigans ; elle fera connaître ceux dont l'in-
capacité ou l'ambition les égare ; elle surveil-
lera ces scélerats heureux qui profitent, des
circonstances pour être quelque chose dans le
tumulte des guerres ; enfin elle dévoilera ces
guerriers qu'on n'a connus que sur des rapports
infidèles , ou qu'on n'a vus que par les yeux
prévenus de leurs partisans, ou par le canal
fangeux de leurs flagorneurs.
Arrivez Sans-Culottes. Arrivez zélateurs
des bons principes. Arrivez, 6 vous qui
(3)
fûtes toujours l'effroi des ty-rans, des moderés
& des fédéralistes. Arrivez Jacobins. !
Nous vous attendons. ! Vous êces seuls
çotre espoir. Point de muscadins, point dp
ci-devanr, point de riches. Dans les terres
où croit l'or, il ne vient ni herbe, ni plante:
de même le riche est stérile, ou ne fait enfanter
que des crinpes. -
Des Sans-Culottes, des Sans-Culottes : voilà
les vrais défenseurs de l'Égalité ; voilà ceux
qui sauveront la République.
SALUT ET FRATERNITÉ ,
CHASTEL,
demeurant rue Libertas, n°. 6.
Nota. Quoique l'article IX. du procès-verbal des
soixante-onze Sociétés populaires , rénuies à Valen-
ce, les 7 et -8 - septembre derniers, porte qu'elles
enverront leurs membres armés et équipés; cepen-
dant ti quelques-unes ne peuvent faire cette' dé-
perue , l'administration de la Légion se charge de
les armer et équiper.
Ceux qui se destineront au service des Dragons.
Légers, ayant 5 pieds 3 pouces, ou - ayant déjà
servi dans la Cavalerie, sont invités à se mqnter.
(4 )
TENEUR
DE L'AUTORISATION
DU REPRÉSENTANT DU PEUPLE
BOISSET,
POUR la formation de la Légion des
Volontaires Montagnards*
~N ous Joseph Boisset, Représentant du
Peuple, délégué, par la Convention nationale,
dans le Département de la Drôme, & autres
environnons , après avoir entendu la lecture
du Procès-verbal des soixante-onze Sociétés
populaires, réunies à celle de Valence , des
moyens de Salut public que ces Sociétés pro-
posent à la Convention, &: que l'article IX
de leur Délibération des 7 & 8 septembre de
la présente année , qui contient la formation
d'une Légion ds Montagnards ; que ces fora*
yes Citoyens , ces aredens apôtres de la Liber-
té , n'ont, sur cette mesure sublime , rien
voulu arrêter sans l'autorisation du Rçpréfen-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.