//img.uscri.be/pth/38367c390ef0dca15c85c1f9d2687d61046c136c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le verre de vin

De
220 pages
28 octobre 1945, Solange a dix-sept ans : elle veut fêter son anniversaire, profiter des manèges de la foire de la Rochelle. Son copain n'est pas là. Elle n'a de lui qu'une photo qu'elle garde précieusement en ce jour qu'elle aurait tant aimé partager avec lui. Mais elle se perd dans l'ambiance, dans l'ivresse, accepte les verres de vin que lui offre André, le soldat qui se joint à son groupe d'amis et ne la quittera plus jusqu'au petit matin. Son destin vient-il de basculer ou de s'accomplir ?
Voir plus Voir moins
Michel Chaigneau
Le verre de 1945, Romanvin jour de fête
LE VERRE DE VIN
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03225-2 EAN : 9782343032252
Michel CHAIGNEAU LE VERRE DE VIN 1945, jour de fête Roman
Àmes parents disparus
 -I-
Lady Macduff :« Il a un père et pourtant il n'a pas de père. »
 « Macbeth – Acte IV – Scène II »
William Shakespeare (1564-1616)
NOËL 1997
À peine ai-je des souvenirs. En ce moment, je n’en ai pas de gestes tendres, de mots attentionnés. Même à creuser, même à fouiller dans ma mémoire, ils se refusent à prendre forme ; s’ils revenaient, je pourrais m'en saisir, faire revivre des images heureuses peut-être ! Mais me voici avec mon panier vide tel un pêcheur bredouille. Un sentiment étrange. Guère plus de regards radieux, complices, compagnons joyeux d'élans irrépressibles que le havre de ses bras aurait accueillis. Pas de grands mouvements. Pas d'impression restée indélébile de caresses si douces que, d'être touchée, ma peau se fût faite velours. Celle-ci est amnésique quand ma chair est marquée. Ai-je un jour, une fois avec elle ri aux éclats, les yeux plongés dans l'eau transparente de nos regards ? La question posée reste en suspens, s'estompe puis s'efface... Mes yeux reviennent à la route. La voiture progresse dans l’indéfinissable. Une brume s'installe sur la mer indécise de mes pensées flottantes et gomme l'horizon. Mes fibres, comme sparte de cordages, semblent s'être asséchées depuis longtemps. Et malgré tout je veux la voir.
Mais pour retrouver des instants de bonheur fugace endormis en quelque lieu profond de ma mémoire, retrouver des images oubliées, leurs vertus préservées, il
9