Les Amis de Milosz

De
Publié par

Ce numéro offre quelques approches nouvelles de l'oeuvre d'Oscar Milosz :
Milosz le poète, vivant jusqu'au bout un "mysticisme esthétique" prélude à son illumination. Milosz le romancier, auteur de cette oeuvre hybride et inclassable : L'Amoureuse Initiation. Milosz le métaphysicien, familier de Swedenborg et de ses mondes. Milosz le "Sémite spirituel", troublé et profondément enrichi par ses origines mêlées.
Publié le : dimanche 1 novembre 2009
Lecture(s) : 54
Tags :
EAN13 : 9782296244665
Nombre de pages : 142
Prix de location à la page : 0,0084€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

CAHIERS

DE

L’ASSOCIATION

LESAMIS DE MILOSZ

48

CAHIERS DE

L’ASSOCIATION

48

L’Harmattan

LES AMIS DE MILOSZ

Sigesocial
C/oJ.Kohler,14,rue Lagille75018 PARIS
Tèl. (33) 142 63 94 41
rodolphe.kohler@orange.fr
CCP(Amisde Milosz)Paris 7281-28 Z

Site Internet: http://amisdemilosz.org

PRÉSIDENT D’HONNEUR

CzeslawMILOSZ>
PrixNobeldelittèrature

COMITÉ D’HONNEUR

Pierre BRUNEL, FranÇoisCHAPON, Renè de OBALDIA,de
l’Académie française, AngeloRINALDI,de l’Académie française,
LaurentTERZIEFF.

COMITÉ DIRECTEUR

Richard BAČKIS, JeanBELLEMIN-NOËL, Luc
COSTESARGUET, JeanDOUVILLE,Trésorier, Pierre GARNIER, Jan
IWANIEC, Janine KOHLER,Présidente,
JacquesNIZART,VicePrésident, OlivierPIVETAU, Renèe WATHIER.

Éditorial

SOMMAIRE

DES ÉTUDES SURMILOSZ

Miloszchez lesAmèricains, David Palmieri
Miloszet lesymbolisme, MortimerGuiney
Traduction: David Palmieri
L’Amoureuse Initiation: Poèsie et parodie, DenisBertrand
L’espace :la frontire finale, MiloszetSwedenborg, Gary
Lachman.Traduction: M.Wolkowski
L’ambigutè ethnique de Milosz,parfaitjudèo-chrètien,
FrancisLaget

LALITUANIE

Maurice Prozor le Lituanien, CzeslawMilosz
MiloszenLituanie avec LaimonasTapinas
M.Prozor, O.Miloszet lepays natal
Folklorelituaniende FrancisLaget
Miloszet son«rêvelituanien»,la Comtesse de Gramont
Échanges littèrairesfranco-lituaniensde ierryLaurent
EnLituanie,voyage desAmisde Milosz

CHRONIQUES

Milosz traduit parMassimoRizzante, Elettra Bordino
Miloszcomme «un soleil noir» de Rose Celli
Hommage Ā Henri Tomasi
Deux membresdenotre comitè d’honneur
Unelecture deL’Amoureuse Initiation, DenisBertrand
MiloszĀla crypte duMartyriumSaint-Denis,
Josèphine Ferrari
Laparole auxAmisde Milosz

7

9

11

15
27

41

55

61
65
73
79
89
91
95

99
101
103
105
107

109
111

NOTES ET INFORMATIONS

Universitè
Manifestations
En librairie
SurInternet
Revuesamies
Amisde Milosz
Assemblèe gènèrale2008
Œuvrescompltesde Milosz
Liste denosCahiers
Vente exceptionnelle d’ouvragesde Milosz
Bulletind’adhèsion
L’associationLes Amis de Milosz

ILLUSTRATIONS

- Premirepage desDaïnos,avecunenvoi autographe
-Croixlithaniennes,premire de couverture
-Ibid.,planche 42
-Ibid.,planche66
- Ibid.,planche63
- Ibid.,planche32
-Ibid.,dernire illustration (sans numèro)

113
113
118
119
121
122
123
127
129
135
137
139

83
84
85
86
86
87
88

En couverture, dessin rèalisè Āpartird’unephotographie de Milosz
Ā Fontainebleau, Bibliothquelittèraire JacquesDoucet.

8

ÉDITORIAL

CenumèrodesCahiersoffreunesèrie d’ètudes surMilosz
dont l’œuvres’enrichitainsi d’approchesinattendueset stimulantes,
ouvrantdes pistesderèflexiondansdesdomaines trsdiffèrents.

MortimerGuiney replace Miloszdans le courant symboliste
desonèpoque.Ilaffirmeque,par sapoèsie,longtemps« ilchercha
cequ’il rèussitfinalementĀvivre dans une brverèvèlation».Ilfut
celuiqui connut«une forme achevèe du symbolisme »,mouvement
que M.Guineyavait prèalablementdèfini comme «unesorte de
mysticisme esthètique ».
DenisBertrand abordeL’Amoureuse Initiationen posant la
questiondifficile dugenre.Eneffet, cettequestionengagenon
seulement la forme del’œuvre,maisaussisoncontenu, avecsescodes
et sesfiguresimposèes, doncson sens.Commentclassercerècit tout
Āla fois lyrique,poètique, ironique, bref ce «texte hybride »queson
auteur nommeroman ?Quelles lecturesenfaire?DenisBertrand
suggreunepiste detravail peuexplorèe jusqu’Āprèsent:lapartet le
rôle del’autoparodie contenue danscertains textesde Milosz.
GaryLachman, dans une confèrenceprononcèe, Ā Londres,lors
d’uncolloque consacrè Ā Swedenborg,s’ètonne delaproximitè de
cesdeuxchercheursde Dieu que furentMiloszetSwedenborg.Leur
vie commeleur œuvreseressemblent,tèmoignantdes mêmesefforts
pour rèpondre aux questions philosophiques posèes par l’espace et
letemps.L’ètudemontre comment les motset lesconceptionsde

Swedenborgsont utilisèsdans les textesde Milosz pour mettre en
placesamètaphysique.
QuantĀnotre ami FrancisLaget, ilentrouvrelaporte d’un
domainesensible et secret pourMilosz, celui desa judatè.Il voiten
luiun« Sèmitespirituel»quesa judatè aprodigieusementenrichi
sur les plansintellectuelet spirituel, alors mêmequesur leplan
personnel, ellelui apportait uncertain trouble.

Nous remercions tout particulirement nos traducteurs, M.
Wolkowski etDavid Palmieri grâce auxquels nousbènèficionsdes
recherchesfaitesĀl’ètranger.Passeur prècieuxet savantdela culture
anglo-saxonne, David Palmierinous permet uneouverturesur les
États-Unis oùMilosza,semble-t-il,son public et sesconnaisseurs.
EnItalie,nous nous rèjouissonsdelaparution rècente depomes
de Milosz,traduits parMassimoRizzante, dans un trsbel
ouvrage,prèfacèparMilanKundera.Elettra Bordino nousenfait la
prèsentation.

Enfin, comment nepas parlerdela Lituanie,où nous sommes
allès l’ètè dernier ?Vous trouverezdesèchosdenotre itinèraire, de
nos rencontres, et vousdevinerez l’accueilinoubliablequinousfut
rèservè.Vous trouverezègalementdesinformationsintèressantes
surMiloszet son pays,surces passeursentrenosdeuxcultures que
furentLaimonasTapinas, avecsa biographieromancèe d’Oscar
Milosz ouencore JeanMauclrequi, entrelesdeuxguerres, fut un
observateurattentif denos littèratures respectives,travaillantĀles
rendre familires l’une Āl’autre.

LesèditionsduRocher, dans unelettre du 6 mars 2009,nous
ontfait partdeleur regretdeneplus pouvoirassurer lapublication
denosCahiers« dansde bonnesconditions».Aucuncontratècrit
neliait notre associationĀ cetèditeur qui a cependant offertĀnos
Cahiersunepublication règulire etdequalitè, depuis 2003.Nous
avonsalors recherchè d’autres pistes pourfaireparaïtrenotrerevue.
Lesèditionsde L’Harmattan ontacceptè deprendrelerelaiset nous
lesen remercions vivement.Vousavezentreles mains lerèsultatde
cettenouvelle collaboration.
Mais qui, dèsormais, èditera OscarMilosz ?

10

DES ÉTUDES SURMILOSZ

MILOSZ CHEZ LESAMÉRICAINS

Lapremiretraductionamèricaine de Miloszestd’Ezra Pound.
Lepote de Philadelphies’installe Ā Paris, fin 1920, aprsavoir passè
plusd’une dècennie Ā Londres.Ilcommence Ātraduire Miloszds
sonarrivèe enFranceoùil vècutdurant troisans ;Ā cette èpoque,
toutcomme Milosz, Pound ètait un visiteur occasionneldu salonde
Natalie Barney.Publiè dans l’importanterevuelittèrairee Dial
en novembre1921,lepome intitulè « Strophes» est une adaptation
tronquèe dela « Symphonie denovembre ».Latraduction poundienne
du pomes’arrête au milieududernier versdelaquatrimestrophe.
Les trois strophes suivantes, ainsiquelepremier versdela huitime,
sont par lasuitemèlangèsetcombinès librement par letraducteur
dans unestrophe deseizevers ; le dernier tiersdu pome est
1
entirement supprimè.Encequi concerne « Strophes»,titre de
laversion poundienne dela « Symphonie denovembre »,peut-être
serait-il plusjuste deparlerd’interprètation plutôt que detraduction.

En 1949,unautrepote amèricain,Kenneth Rexroth,visitela
France.Àson retourauxÉtats-Unis, Rexroth et sa femmeprennent
1Pound, Ezra,trad., « StrophesbyO.W.de Lubicz-Milosz»,e Dial71 (novembre
1921),pp.581-582.ReprisdansEzra Pound,Translations, NewYork, NewDirections,
1963,pp.439-440 ;etenfindansPoems and Translations, NewYork, Library of America,
2003,p. 1133.

uncargoet,pendantdix-huitjours,traduisentensembleFourteen
Poems byO. V. de L. Milosz,livrepubliè en 1952Ā SanFranciscodans
2
une èditionde129 pages .Vingtans plus tard, Rexrothreprendra
quatre des pomesde cetteplaquette(« e Scale », « VacantLot»,
« e Bridge », « Nihumïm»)dans sonOne Hundred Poems From the
French, collection qui fait un triptyque avecsesOne Hundred Poems
3
from the JapaneseetOne Hundred Poems from the Chinese.

EnAngleterrependant lesannèes soixante,Anthony Hartley
publie desadaptations– dans uneproserudimentaire – de « La
Charrette », d’« Insomnie », etdu« Vieuxjour», dans lequatrime
4
volume desonanthologiee Penguin Book of French Poetry.Àla
même èpoque,leprochainAmèricainĀtraduire Miloszenanglais
seraJohn Peck,pote associè habituellementĀ RobertPinskyet
RobertHaas,tous les troisètudiantsducritiquelègendaire Yvor
5
Winters pendant lesannèes soixante Ā Stanford.En 1972,l’annèe
6
même desapremire collectionShagbark, Peck apubliè, danse
QuarterlyReviewof Literature,ses versionsdu« Roi DonLuis… », de
« Quand elleviendra… » etde « L’Étrangre »,pomes tirèsdesSept
Solitudes, ainsique desextraitsdu« Cantique dela Connaissance ».
Dans sonintroduction, Peck cite Rexroth et mentionne «leportrait
remarquable » de Milosz, fait par soncousinCzeslaw, dans la
traductionanglaise d’Une Autre Europe;ilcompare d’ailleurs le
« Cantique » Ālatrilogie dela guerre del’imagiste Hilda Doolittle,
pomes quiseproposentègalementd’êtreune initiationau sens vrai
7
de.s mots

2Kenneth Rexroth,Fourteen Poems byO. V. de L. Milosz, SanFrancisco, Peregrine
Press,1952.« Marthe and Iread all of Milosz poems toeachother,onereading French,the
other sayingthe English,turnandturnabout, during aneighteendays winter voyage back
fromFrance by thewarmAzores route,onapeaceful, dirty, French Line
freighter»(Introduction).Livrerèèditè en 1983 parCopperCanyonPress, PortTownsend, Washington.
3Kenneth Rexroth,One Hundred Poems From the French, Cambridge,
Pym-Randall,1972,pp. 70-78;One Hundred Poems From the Japanese, NewYork, NewDirections,
1955;One Hundred Poems From the Chinese, NewYork, NewDirections,1956.
4 Hartley, Anthony, èd.,e Penguin Book of French Verse 4, e Twentieth Century,
London, Penguin,1966,pp. 103-114.
5 Voir:Five American Poets, Robert Haas, John Matthias, James McMichael, John
Peck, Robert Pinsky, intro.MichaelSchmidt, Manchester, Carcanet,1979.
6JohnPeck,Shagbark, NewYork, Bobbs-Merrill,1972.
7JohnPeck, « OscarV.de Lubicz-Milosz»,QuarterlyReviewof Literature18.1-2,

12

En 1984,Paul Austerutiliseles traductionsde Peck desSept
Solitudesainsiqueles« Strophes» de Pound dans sonanthologie
8
e Random House Book of Twentieth CenturyFrench Poetry.La
même annèe, Peck entameune formationen psychanalyse jungienne
Ā Zürich.En 1985,lemagazinelittèrairenew-yorkaisPequodpublie
« PilgrimagetoLuzern»,rèflexionsde Peck Āpartird’unemarche
solitaire, enSuisse,sur le cheminempruntèparMiloszet son
9
compagnonLèonVogt, en 1905.

C’estalors qu’en 1985,lesPressesLindisfarne, dans l’ouestdes
Massachusetts,publiente Noble Traveller : e Life and Writings
of O. V. de L. Milosz.L’âme de ceprojetestChristopher Bamford,
directeurdesPressesainsique de SteinerBooks,maisond’èdition
dela Sociètè anthroposophique amèricaine, etauteur prolifique
delivres sur les traditionsèsotèriques occidentales.C’est un projet
longuement mûri.En 1982, Bamford avait publièune introduction
Ālavie etĀl’œuvre de MiloszdansTenemos,revue anglaise èditèe Ā
10
l’èpoquepar lepote KathleenRaine.Cetarticle ètaitaccompagnè
des traductionsdeplusieurs pomesclassiques parBamford, Édouard
Roditi et lepote anglaisDavid Gascoyne, ainsiqueles versetset les
11
notes 38 Ā 48 desArcanes,rendusenanglais parCzeslawMilosz .
Pour un livrevisant un largepublic,e Noble Travellerpossde
unènorme appareillage critique : introductionde CzeslawMilosz,
avant-proposde Bamford,notes pourArs MagnaetLes Arcanes;en
appendice,l’essai de Milosz« Quelques mots sur lapoèsie »traduit
parPeck,unessaisavant« Miloszand Symbolism» du professeur

1972,pp. 136-144.
8 PaulAuster, èd.,e Random House Book of French Poetry, NewYork, Vintage,1984.
9JohnPeck, «Pilgrimage to Luzerne», Pequod19-21,1985,pp. 264-271.
10ChristopherBamford, « e Noble Traveller: AnIntroduction to the Life and
Works of O.V.de L.Milosz», Tenemos 3,1982,pp. 39-90.
11« Jeune homme encore, jemeposais laquestion: ètait-il possible detraduire ces
ouvrages[Ars MagnaetLes Arcanes] en polonais, enadmettantbien sûr queletraducteur
potentiel que j’ètais leseûtd’abord compris lui-même, cequi ètait loind’êtrele casĀ
l’èpoque.Aprs quelques tentatives pour rendretelleou tellephrase en polonais, j’en vins
Āla conclusion que c’ètait peineperdue, carcetexte, dèjĀ difficilepar
lui-même,seraitdevenucarrèmentillisibleune fois traduit[…] Maisceprojetdetraduction s’avèraplus tenace
queprèvu,puisqu’il s’est rèalisè, assez tardivementilest vrai, il yaquelquesannèes.J’ai
traduit lesdeux ouvrages, eneffet,maisenanglaiset nonen polonais».CzeslawMilosz,La
Terre d’Ulro, AlbinMichel, Paris,1985,p. 214,publiè en polonaisen 1977.

1

3

MortimerGuiney, des souvenirsd’Édouard Roditi,une chronologie
biographique dequarante-huit pagesetdes photos.Aux traductions
de Rexroth etde Peck, Bamford ajoute cellesde Roditi etde
12
Gascoyne.L’èditeur lui-mêmeremplit les trousenadaptant trois
textesduPoème des Décadencesainsique desÉlémentseten traduisant,
entre autres,leplusèsotèrique des pomesclassiques, « Cantique de
la Connaissance ».Laqualitè des traductions poètiquesdanse
Noble Travellerest variable.Leplus prècieuxde ces pages rèside dans
les versionsd’Ars MagnaetdesArcanes,traduitesau moinshuitans
auparavant parCzeslawMilosz,qui, dansLa Terre d’Ulro, avance
queleur«transparence est plusgrande dans laversionanglaiseque
13
dans l’originalfranÇais».

David Palmieri,universitè de Plattsburg-NewYork,2007

12David Gascoynepublierases traductionshuitans plus tard dans un pamphlet:
Poems of Milosz, London, Enitharmon,1993.
13CzeslawMilosz,La Terre d’Ulro, AlbinMichel, Paris,1985,p. 215.

14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.