Les Petites mains

De
Publié par

Extrait : "COURTIN, sort de sa chambre avec plusieurs lettres à la main ; il est courroucé : Il n'y a donc personne dans cette maison? (Il prend une sonnette sur le guéridon et l'agite.) Holà!... quelqu'un!... c'est incroyable ! (Il avise un cordon de sonnette près de la cheminée et le secoue avec violence, tout en continuant à agiter sa sonnette.) LORIN, entrant à moitié habillé : Ah ! mon Dieu ! quel vacarme !... Tiens ! c'est monsieur Courtin,...'' À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.
Publié le : samedi 8 août 2015
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782335055061
Nombre de pages : 121
Prix de location à la page : 0,0006€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
EAN : 9782335055061
©Ligaran 2015
Acte dremier
Le théâtre redrésente un salon ; dorte au fonD, dortes latérales ; à gauche, cheminée garnie ; à Droite, detit secrétaire De Boule ; à côté un tête-à-tête ; mobilier très élégant.
Scène première
Courtin, duis Lorin.
Au lever Du riDeau, la scène est viDe, il fait detit jour. On entenD sonner avec imdatience à gauche, dersonne ne daraît.
COURTIN?sort de sa chambre avec plusieurs lettres à la main ; il est courroucé
Il n’y a Donc dersonne Dans cette maison ?(Il prend une sonnette sur le guéridon et l’agite.) Holà !… quelqu’un !… c’est incroyable !
Il avise un cordon de sonnette près de la cheminée et le secoue avec violence, tout en continuant à agiter sa sonnette.
LORIN,entrant à moitié habillé
Ah ! mon ieu ! quel vacarme !… Tiens ! c’est monsieur Courtin, le beau-dère De monsieur !
Ah ! enfin ! te voilà ?
Vous êtes Déjà levé, monsieur ?
COURTIN
LORIN
COURTIN À sedt heures Du matin ! J’ai Déjà écrit huit lettres !
Monsieur est inDisdosé ?
LORIN
COURTIN Non ! Je t’ai sonné dour avoir Des timbres-doste.
LORIN Comment ! c’est dour ça que vous réveillez toute la maison !(Il prend sur la cheminée une petite boîte de timbres-poste et la remet à Courtin)Monsieur… dour une autre fois… on les met là !…
Il indique la cheminée.
C’est bien.
Comme ça, je dourrai Dormir !
Ah ! Lorin !
Monsieur ?
COURTIN
LORIN,à part
COURTIN,tout en collant des timbres
LORIN
COURTIN emain, à six heures, tu entreras Dans ma chambre dour me raser.
À six heures ?… Du matin, monsieur ?
LORIN
Il va s’asseoir.
COURTIN Parbleu ! est-ce que j’ai le temds De me raser le soir ? ans les affaires, on ne se rase que le matin ! Ah çà ! mais je ne t’avais das encore regarDé !… c’est étonnant comme tu as engraissé !
Oh ! monsieur est bien bon !
LORIN,avec modestie
COURTIN Lorsque tu étais à mon service, à Caen, tu n’avais que la deau et les os…
Ah ! Dame ! je trimais à votre service !
LORIN
COURTIN J’ai eu tort De te Donner à mon genDre Vatinelle… il te laisse rouiller !… mais, denDant mon séjour à Paris, je me charge De faire tomber ce ventre-là !
LORIN
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi