//img.uscri.be/pth/e0a8837f3837d49ea8cdfccbd5834b41d2886bbf
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Les rêveries du promeneur solitaire - Rousseau

De
128 pages

Tous les outils et compléments nécessaires pour aborder l'étude de l'œuvre.

Voir plus Voir moins
SOMMAIRE
1 - REPÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 1 - CONTEXTE HISTORIQUE. . . . . . . . . . . . . . .7 Une Europe prospère. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 Le règne de Louis XV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 L’offensive philosophique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 La longue fin d’un règne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Les débuts du règne de Louis XVI. . . . . . . . . . . .11 Les despotes éclairés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12
2-BIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Le traumatisme initial. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 La fuite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 Le paradis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 La montée à Paris. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14 L’intermède vénitien (1743 - 1744). . . . . . . . . . . .15 Thérèse Levasseur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 Le succès. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 Les grandes œuvres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Le fugitif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 La solitude finale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 Un caractère. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Un homme contradictoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
3 - CONTEXTE LITTÉRAIRE. . . . . . . . . . . . . . . . .26 Les philosophes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 Les âmes sensibles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Les beaux-arts et la musique. . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 Le siècle d’or des écrivains. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
2 - ÉTUDE DU TEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 1 - ANALYSE DU TEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 Première promenade : l’enfer. . . . . . . . . . . . . . . . . .32 Deuxième promenade : le plaisir de s’évanouir. .33 Troisième promenade : ma réforme. . . . . . . . . . . .34
Quatrième promenade : peut-on mentir ?. . . . . . .36 Cinquième promenade : l’île du bonheur. . . . . . .39 Sixième promenade : la liberté de Gygès. . . . . . . .40 Septième promenade : le bonheur d’herboriser. .42 Huitième promenade : le bonheur de Diogène. .43 Neuvième promenade : les enfants. . . . . . . . . . . . .45 Dixième promenade : requiem pour la mère. . . .47
2 - CIRCONSTANCES DE L’ŒUVRE. . . . . . . . .48 La place desRêveriesdans l’œuvre de Rousseau. .48 Rédaction et parution. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50 Chronologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50
3 - UN GENRE MIXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Un appendice desConfessions. . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Un journal. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 Une série d’essais. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 Confesser sa conversion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Un examen de conscience. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Une prédication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Une composition baroque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
4 - ÉTUDE PARADIGMATIQUE. . . . . . . . . . . . . .56 Première promenade. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 Deuxième promenade. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 Cinquième promenade. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 Septième promenade. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70
3 - THÈMES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 1 - LES THÈMES DU TITRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 Rêver. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 Se promener. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79 Être seul. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80
2 - VISION DU MONDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 Penseur malgré lui. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 La religion de Jean-Jacques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83
3 - LA MORALE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 La raison et la logique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 Le devoir et la vertu. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
4 - LA CONNAISSANCE DE SOI. . . . . . . . . . . . .91 Le pacte autobiographique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .92 La singularité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 L’individu et la société. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94 Pygmalion et Galatée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97
4 - ÉCHOS ET CORRESPONDANCES. . . . . .99 1 - LES PRÉCURSEURS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 L’Antiquité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 Montaigne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101 e LeXVIIsiècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103
2 - L’INTERTEXTUALITÉ INTERNE. . . . . . .106
3 -LES HÉRITIERS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108 Kant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109 Goethe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 Le romantisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .111 Chateaubriand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 De l’autre côté du Rhin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 Lamartine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115 Maurice de Guérin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116 Baudelaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 LesNoces. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118
5 - ANNEXES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 1 - UN REQUIEM UN PEU ROSSE. . . . . . . . .119
2 - JUGEMENTS CRITIQUES. . . . . . . . . . . . . . .120 Pour ou contre Jean-Jacques. . . . . . . . . . . . . . . . .120 Jugements surLes Rêveries. . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
3 - BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125 Œuvres de Rousseau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126 Ouvrages critiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126
1
REPÈRES
1 – CONTEXTE HISTORIQUE Une Europe prospère e LeXVIIIsiècle est un des rares siècles où l’Europe connaît, dans sa première moitié du moins, une paix relative. Les échanges s’y multiplient, la démographie (négative ou stationnaire depuis la Grande Peste du e XIVsiècle) redevient positive : la France est le pays le plus peuplé d’Europe, et la Révolution française de 1789 sera l’œuvre d’un peuple jeune. L’Europe, au-delà des mers, s’ouvrant les marchés d’Extrême-Orient, étend son commerce et sa domination. C’est donc un siècle de détente et d’expansion. Les monarques et les Églises pèsent moins sur les peuples. Les individus s’affirment. Les Grands, l’aristo-cratie, la haute-bourgeoisie sont de plus en plus indé-pendants. La Révolution de 1789 sera non pas celle des misérables mais celle des nantis : les bourgeois veulent le pouvoir. Une partie de la noblesse est ruinée, elle se presse autour du roi pour avoir les places et les pen-sions, c’est la réaction aristocratique.
REPÈRES7
Les Parlements (qu’il s’agisse de Parlements élus comme en Grande-Bretagne ou de Parlements cooptés et privilégiés comme en France où l’on achète les charges) veulent contrôler le pouvoir du roi auquel ils votent ou refusent l’impôt.
Le règne de Louis XV
Louis XV (né en 1710, mort en 1774) est d’abord le « bien-aimé ». Il est déclaré majeur en 1723. Il laisse le pouvoir au duc de Bourbon (1723-1726) puis au cardi-nal Fleury, son précepteur. Ce dernier, complice du Premier ministre anglais Walpole, assure la paix entre les deux pays jusqu’en 1743. Louis XV gouverne personnel-lement à partir de 1743. Il est le souverain d’un pays où les corps constitués dominent. Les Parlements sont composés de jansénistes, surtout celui de Paris. Les jansé-nistes entretiennent l’agitation populaire autour des miracles supposés du cimetière Saint-Médard. Fleury a déjà sévi contre eux entre 1730 et 1732, mais, entre 1752 et 1757, l’agitation reprend. Le roi se fâche. L’Assemblée du Clergé de France, les Cours des Aides, les Cours des Comptes font de l’opposition et refusent de voter les impôts. Ils pensent que la nation est au-dessus du roi.
L’offensive philosophique
Les querelles religieuses discréditent la religion. Un certain nombre d’intellectuels français estiment devoir tout critiquer et rationaliser au nom des « lumières » de la raison. Les « lumières » (die Aufklärung, en alle-mand) deviennent une force avec laquelle le pouvoir va devoir compter. Leurs partisans se diront « philo-sophes ». Ils règnent dans les salons (par exemple, me celui de M Geoffrin,cf.neuvième promenade).
8LES RÊVERIES DU PROMENEUR SOLITAIRE