Les Révoltés de la Bounty, suivi de L'île

De
Publié par

Décembre 1787. À bord de la Bounty, matelots et officiers s’apprêtent à bouleverser le cours de leurs vies. Menée par Christian Fletcher, le second, la mutinerie éclate. L’équipage abandonne le colérique et cruel capitaine Bligh, et avec lui ceux qui lui ont obéi. Tandis que les révoltés, condamnés à l’exil, retrouvent rapidement les côtes tahitiennes, le capitaine parviendra, malgré la fatigue, la faim et la chaleur, à regagner les terres de l’empire britannique. Alors commence la traque. Mais les mutins ont disparu, et la Bounty ne semble pas avoir laissé une seule trace…
Publié le : jeudi 12 septembre 2013
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290079942
Nombre de pages : 79
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Les Révoltés de la Bo
Extrait de la publication
Extrait de la publication
JulesVerne
Les Révoltés de la Bounty
Suivi de
Lord Byron
L’Île
Extrait de la publication
nique. Son nom est resté célèbre en raison de la muti-nerie, menée par Fletcher Christian, d’une partie de l’équipage contre le capitaine William Blighle 28
Extrait de la publication
JulesVerne
Les Révoltés de la Bounty (1879)
Extrait de la publication
Elle essuya ses yeux humides de l’écume des flo nouveau comme pour chercher un arc-en-cielà l aperçut le navire déjà bien loin ; il diminua, nepa comme un point noir, — puis disparut. Touté était joie ! Elle plongea, et alla dans la grotte app lui dit tout ce qu’elle avait vu, tout ce qu’elle esp que l’amour heureux voyait dans le passé et l’av sa route humide ; Torquil suivit avec joie surl bondissante néréide ; ils firent à la nage le tour remonter dans leur pirogue. La veille, lorsquele avaient poursuivis, Neuha avait laissé son esqu rames à la merci des flots ; mais après leur dépa le reprendre, l’avait ramené et caché dans un rocher, où maintenant ils le trouvèrent, et jama l’Océan plus d’amour et de joie que n’en porta en c cette fragile nacelle.
XV
Ils revirent leur rivage bien-aimé, que ne so d’ennemi ; sur les flots, plus de navire mena flottante : tout était espérance et joie du foyer !D’ pirogues couvrirent la baie et ramenèrent lesd son des conques marines ; les chefs vinrent lesre lation accourut, et salua Torquil comme unf femmes entourèrent Neuha, l’embrassèrent etl jusqu’où on les avait poursuivis, comment ilsa Elle leur raconta tout ; une acclamation unanim et depuis ce temps une nouvelle tradition donn qui les avait abrités le nom de « caverne de Neu
78
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.