Les rues atteNantes

De
Publié par

S’approprier les sensations d’autrui pour se découvrir soi

Des chapitres dans lesquels on s’immerge aisément, un texte qui parle du vécu de chacun de nous. On se retrouve facilement dans les pas de l’auteur, dans le kaléidoscope de ses personnages, il suffit de changer les noms des lieux et l’on s’approprie instantanément les sensations. Les rues atteNantes ressortent alors de l’intime.

Un roman intimiste tel un guide identitaire

EXTRAIT

Il connaît cette ville par cœur. Comme un poème décortiqué vers par vers, pied par pied. Mâché, avalé et digéré. Il peut réciter les rues et les quartiers sans trébucher. Il sait que la rue de l’Arche Sèche rime avec 1 euro l’heure de stationnement. Il sait que le 34 rue de Richebourg rime avec entrée - plat - café pour 10 euros le midi uniquement. Il sait que le Musée des Beaux-Arts rime avec dix toiles de Kandinsky. Il sait que la Place Viarme rime avec les chineurs du dimanche matin. Il sait la métaphore de Julien Gracq sur cette ville « Ni tout à fait terrienne ni tout à fait maritime : ni chair ni poisson — juste ce qu’il faut pour en faire une sirène. » Il sait tout cela par cœur. Il en connaît presque tous les auteurs, des premiers hommes aux derniers bâtisseurs.

A PROPOS DE L’AUTEUR

Amateur de peinture surréaliste, de rock et de jazz, Alexandre Feraga est né en 1979 ; entre randonnées en montagne ou escapades à Belle-Isle-en-Mer, il vit à Nantes et travaille dans l'univers du social qui "correspond à ses convictions et à ses valeurs". Ce passionné de littérature a fait partie des lauréats du concours d'écriture Chroniques Urbaines initié par Publishroom.
Publié le : jeudi 21 janvier 2016
Lecture(s) : 404
EAN13 : 9782367230047
Nombre de pages : 73
Prix de location à la page : 0,0037€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Lauréat du concours d’écriture et de création numérique PUBLISHROOM - LE TEXTE VIVANT en partenariat avec
à Emilie, à ceux que j’aime
Lila
Quand Lila se déplace en ville, l’heure ne lui est d’aucune utilité. Elle ne porte pas de montre, elle dit qu’elle a l’impression de porter un bracelet de menottes. Lila a d’autres unités de mesure en sa possession. Pour rejoindre le centre-ville, par exemple, elle sait que cela va lui prendre le goût d’un chewing-gum Hollywood à la chlorophylle ou le temps de sucer (pas croquer) deux bonbons Arlequin. Si elle n’a pas de friandises dans la poche droite de son blouson, le trajet lui prend quatre chansons de l’album The Suburbs d’Arcade Fire. Si elle n’a pas son lecteur MP3 dans la poche gauche, il lui faut dix à quinze pages d’un bouquin pour arriver à destination. Les exemples s’arrêtent là, car si elle ne porte jamais de montre, il y a toujours un livre qui traîne sur elle. Lila est souvent en retard à ses rendez-vous. Ses amis ont l’habitude de poireauter sur le trottoir. C’est pour eux l’occasion de se divertir à son insu en pariant sur son retard. Ils parient des clopes ou la tournée à venir. Ils vont souvent boire un coup pour tuer le temps. Le temps de Lila. Quand elle lit, Lila laisse filer systématiquement l’arrêt de tramway où on l’attend. Parce qu’il faut impérativement achever le chapitre en cours. C’est vital, comme la respiration. Elle s’impose d’emmener les personnages d’un point A à un point B. Eux aussi ont un rendez-vous. Alors, au lieu de descendre à l’arrêt Commerce, elle se retrouve aux Chantiers navals. Elle doit donc reprendre le tram dans l’autre sens. Et si elle décide d’entamer un autre chapitre pour combler le temps du trajet, Lila retournera à la case départ. Au grand dam de ses amis, au grand bonheur des personnages. Au grand malheur de Lila qui sait pertinemment qu’elle est en train de tuer son roman. En descendant sur le quai et dès que l’angle le lui permet, Lila jette un coup d’œil vers la Tour de Bretagne. En l’associant à la position du soleil, elle se dit qu’elle a encore de la marge. Un retard inférieur à deux heures. Lila a son propre cadran solaire. Elle s’est amusée à découper la ville comme une horloge. Elle se sert des monuments emblématiques de la ville pour marquer les heures. En tenant compte des saisons, de la durée des jours, des solstices et des équinoxes, Lila est arrivée à quelque chose d’assez précis pour qui n’est pas pressé. Elle entre dans une boulangerie, et demande à la vendeuse si elle peut accrocher une petite annonce. Lila vient d’entrer à la fac. Elle veut devenir astrophysicienne ou libraire. Elle n’a pas encore choisi. Elle se dit qu’elle a le temps. En attendant, Lila aimerait faire du soutien scolaire pour aider ses parents à payer son logement et ses études. En plus de sa paie de serveuse le week-end, elle pense pouvoir y arriver. Elle ne se voyait pas rester dans le trou paumé où elle a traîné son adolescence comme un sac de gravats. Ses parents eux, ne se voyaient pas engager des frais aussi importants alors que les deux derniers sont encore à la maison. Elle ne sera pas la seule dans ce cas-là. Les universités sont pleines d’étudiants crève-la-faim qui triment pour se payer un avenir. Elle aime bien les enfants, elle a déjà fait du baby-sitting. Elle se dit aussi que le soutien scolaire est moins exigeant en termes d’horaires. Elle accroche son annonce au milieu des autres. Les petites franges de papier, où est indiqué son numéro de portable, n’attendent plus qu’à être déchirées. Lila remercie la vendeuse et sort de la boulangerie. Elle répète l’opération dans la librairie quelques numéros plus loin. La femme à la caisse lui dit que le lieu n’est pas vraiment approprié et qu’elle regrette. Lila répond qu’elle n’essaie pas de vendre une voiture ou un meuble, elle cherche du boulot c’est tout. La caissière comprend très bien, elle est désolée mais elle ne peut pas faire d’exception.
Lila tourne les talons et va jeter un œil sur les derniers romans parus. Elle se voit bien écrire les petites fiches « coup de cœur » sur les livres qui lui feront rater son arrêt. En passant la main sur les couvertures, elle se demande si elle aura le courage de refuser son annonce à une étudiante. Elle sort de la librairie sans rien acheter, Lila sait qu’elle n’a plus le temps. Avant de continuer son chemin, elle roule du tabac blond dans une feuille ZIGZAG. Il va falloir qu’elle ralentisse sa consommation. Elle va leur dire aussi qu’elle ne pourra pas sortir comme ça tous les soirs. Une fois sa cigarette allumée, elle reprend son chemin et consume le Cours des 50-Otages, la rue de Feltre, la rue de la Boucherie, la rue Cacault, la rue des Deux-Ponts, la rue Pierre Chéreau et enfin la rue Mercoeur. Lila sait qu’elle embrassera ses amis juste à temps, juste après avoir écrasé le mégot de sa roulée sous la pointe de sa chaussure.
« Il connaît cette ville par cœur. Comme un poème décortiqué vers par vers, pied par pied. Mâché, avalé et digéré. Il peut réciter les rues et les quartiers sans trébucher. Il sait que la rue de l’Arche Sèche rime avec 1 euro l’heure de stationnement. Il sait que le 34 rue de Richebourg rime avec entrée — plat — café pour 10 euros le midi uniquement. Il sait que le Musée des Beaux-Arts rime avec dix toiles de Kandinsky. Il sait que la Place Viarme rime avec les chineurs du dimanche matin. Il sait la métaphore de Julien Gracq sur cette ville « Ni tout à fait terrienne ni tout à fait maritime : ni chair ni poisson — juste ce qu’il faut pour en faire une sirène. » Il sait tout cela par cœur. Il en connaît presque tous les auteurs, des premiers hommes aux derniers bâtisseurs. » Amateur de peinture surréaliste, de rock et de jazz, Alexandre Feraga, entre randonnées en montagne ou escapades à Belle-Isle-en-Mer, vit à Nantes et travaille dans l’univers du social. Alexandre Feraga est né le 14 avril 1979 en région parisienne.
Cet ouvrage a été numérisé le 29 juin 2012 par Zebook. Toute ressemblance ou homonymie avec des personnes ou des faits existant ou ayant existé serait fortuite et involontaire. © Editions LE TEXTE VIVANT, 2012 pour l’édition originale. « S’il a de la chance, l’écrivain peut changer le monde » Arthur Miller ISBN : 978-2-36723-004-7 Couverture et mise en page : Camille Chauvin et Vanessa Lalande | atelier Plakat
La copie de ce fichier est autorisée pour un usage personnel et privé. Toute autre représentation ou reproduction intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit, de cet ouvrage sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est interdite (Art. L122-4 et L122-5 du Code de la Propriété intellectuelle). Selon la politique du revendeur, la version numérique de cet ouvrage peut contenir des DRM (Digital Rights Management) qui en limitent l’usage et le nombre de copie ou bien un tatouage numérique unique permettant d’identifier le propriétaire du fichier. Toute diffusion illégale de ce fichier peut donner lieu à des poursuites.
OUVRAGES PARUS DANS LA COLLECTION « CHRONIQUE »
Facéties d’une vie de gamin,Jean-Yves Duchemin (juin 2012) Haut le pied ! chroniques busiennes, Stéphane Garnier (juin 2012) Les rues atteNantes, Alexandre Feraga (juin 2012) Les pieds de la femme boutonnière, Christine Claude (juin 2012) Le sous-sol, Mohamed Rezkallah (juin 2012)
59, rue Froidevaux 75 014 Paris
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le sous-sol

de le-texte-vivant

L'infinie dialectique

de le-texte-vivant