Les Socialistes français à M. Mazzini

Publié par

J.-B. Tarride (Bruxelles). 1852. France (1848-1852, 2e République). In-8°. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1852
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Bruxelles. —Imprimerie de A. LABROUE ET Cie,
DES
SOCIALISTES FRANÇAIS
A
M. MAZZINI.
BRUXELLES,
LIBRAIRIE DE J. B. TARRIDE, ÉDITEUR,
RUE DE L'ÉCUYER, 8.
1832
Jamais, dans le parti démocratique, l'union des forces
ne fut plus nécessaire; jamais l'accord des volontés ne fut
plus impérieusement commandé à tous ceux qui entendent
combattre avec fruit cette tyrannie sans exemple qui,
installée en France depuis le 2 décembre, menace l'Europe
entière d'une aggravation de maux et les peuples opprimés
d'un plus long asservissement.
En de telles circonstances, quiconque se fait un artisan
de discordes intestines commet une mauvaise action, et
c'est cette mauvaise action que M. Mazzini a commise, en
publiant, sous ce titre : Devoirs de la Démocratie, un pré-
tendu manifeste où il insulte et calomnie les socialistes
français.
Déjà, dans un discours prononcé par lui à Londres,. le
11 février, devant la Société des amis de l'Italie, il s'était
élevé avec autant d'injustice que d'aigreur contre la France
et contre la démocratie française, disant :
« Que l'oeuvre glacée, négative et destructive du scepti-
« cisme s'était accomplie sous L'INFLUENCE DE LA FRANCE ;
« Que le règne FRANÇAIS de la terreur n'avait été qu'une
« lâche terreur dans ceux qui avaient organisé ce système,
« et qu'ils n'avaient écrasé les autres que pour n'être pas
« eux-mêmes écrasés ;
1.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.