Lettre adressée à M. Delegorgue de Rony, par Léon de Chambaire,...

De
Publié par

impr. de A. Bobée (Paris). 1824. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1824
Lecture(s) : 3
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LETTRE
ADRESSÉE
A Mr DELEGORGUE DE RONY ;
PAR LÉON DE CHANLAIRE,
MEMBRE DU COLLEGE ÉLECTORAL DU DÉPARTEMENT DU PAS-DE-CALAIS.
A PARIS,
DE L'IMPRIMERIE D'AUGUSTE BOBEE.
1824.
LETTRE
ADRESSÉE
A Mr DE LEGORGUE DE RONY.
MONSIEUR,
Porté à la députatiou par un collége dont je fais
partie, vous devenez mon mandataire, et c'est à ce
titre seul, que je me permets de vous adresser quel-
ques observations sur le nom que vous portez au-
jourd'hui, et qui ne me semble pas, ainsi qu'à bien
d'autres, exactement le vôtre.
Compagnon., jadis, l'ami même, j'ose le dire, de
votre enfance, j'ai été plus que personne à même
de vous connaître, et des relations d'intérêts qui
existaient entre votre famille et la mienne, m'ont
mis à portée d'avoir fréquemment sous les yeux des
contrats et des signatures, où monsieur votre père,
votre famille et vous, sans doute, avez figuré plus
d'une fois.
Si vous attribuyez, monsieur, mes observations à
la contrariété de vous voir figurer à la chambre,
préférablement à votre concurrent, vous vous trom-
periez étrangement ; car si j'avais tenu le moins du
monde à vous écarter de cette honorable fonction,
(4)
j'aurais été voter contre vous, j'en avais le droit,
vous le savez très-bien, et vous savez aussi parfaite-
ment que je n'en ai rien fait.
Je pourrais ici me dispenser de vous en donner la
raison. Mon libre arbitre suffirait seul ; mais dans
toutes circonstances, ma volonté ne se détermine
que sur des considérations mûrement réfléchies ; et
si je me suis abstenu de voter pour ou contre vous ,
c'est qu'il me paraissait totalement indifférent au
bonheur de l'état, que vous ou votre candidat l'em-
portât dans la lutte électorale qui n'était ouverte
qu'entre vous deux, puisque tous deux on vous dit
animés de l'amour du bien public. Revenons à l'ob-
jet de ma lettre : peut-être n'avez-vous pas oublié
que feu mon père acheta autrefois un champ qui
était grevé d'une rente annuelle de deux pots et
demi de beurre, et de treize livres dix sous tournois
envers votre famille ; que feu mon père fut chargé
de cette rente, jusqu'au moment où il jugea à propos
de s'en débarrasser en la remboursant.
Vous n'ignorez pas non plus, sans doute, que le
dossier assez volumineux de cette rente porte votre
nom, exactement tel qu'il est écrit sur votre acte de
baptême, tel que M. votre père le signa toujours ,
c'est-à-dire Delegorgue de Rony.
Vous n'ignorez pas non plus, monsieur, que
nommé à la mairie de Boulogne en 1815, place que,
par parenthèse, vous ne pouviez pas légalement oc-
cuper, n'ayant pas dans la ville, le domicile que
veut la loi, vous avez, à cette époque, changé tout-
(5)
à-coup votre nom de Rony, nom qui certainement
en valait bien un autre par la considération que
votre respectable famille avait su s'acquérir, en celui
de ROSNY, qui n'était, jusqu'alors, celui de per-
sonne dans le Boulonnais ; et que ce travestissement
à vue, si je puis m'exprimer ainsi, fut opéré sans
remplir la formalité prescrite par les articles 4., 5, 6,
7, 8 et 9 du titre 3 du Code qui nous régit."
Vous n'avez pas oublié non plus, monsieur, que
vous avez signé de ce nom, pour ainsi dire nouvelle-
ment improvisé, tous les actes administratifs de votre
mairie, et dans ce nombre, plusieurs qui me con-
cernaient. Or, je me trouve, par,suite de ce change-
ment subit de nom, dans un véritable embarras que
je vais vous communiquer.
Si votre véritable nom, votre nom légal est Rony,
tel que vous l'aviez toujours signé, mes quittances
de pot de beurre sont bonnes; mais les actes admi-
nistratifs qui me concernent étant signés Rosny,
sont-ils suffisamment légaux?
Si au contraire, monsieur, votre nom réel est
Rosny, vos actes administratifs sont bien légale-
ment signés; mais alors, mes quittances de pot de
beurre!... sont-elles bien légales?...
Aujourd'hui, monsieur, qu'après avoir échoué
plusieurs fois dans les luttes électorales précédentes
vous vous trouvez enfin porté sur un plus grand
théâtre; que vous êtes enfin appelé, grâces à la fois
au ciel, à l'active coopération de vos puissans amis,
grâces surtout au triomphe de vos qualités person-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.