Lettre d'un Français à un Anglais. (1er juillet 1755.)

Publié par

1755. Lescombat. In-12. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1755
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

D'UN FRANÇOIS
A UN ANGLOIS.
IL est donc vrai, que le nom de
Lefcombat est connu dans votre Isle,
votre inquiétude fur ion fort me le
prouve assez , & mon amitié ne vous
refusera pas la petite fatisfaction de
vous en apprendre ce que j'en fçai :
le voici.
Elle s'appelle Marie Taperet, & eft
née à Paris.Orpheline de pere & de me-
re, elle s'est trouvée en bas âge fous la
tutelle d'une grande mere qui l'a élevée
A
avec soin. Devenue grande; fa figure
intéressante, & un air de vivacité, dé-
terminèrent la bonne maman à la ma-
rier de bonne heure.
Le sieur Alexandre Lefcombat Ar-
chitecte , en étant devenu amoureux, la
demanda & l'obtint. Les jeunes mariés
vécurent quelques-temps avec la gran-
de mère ; mais la jeune femme qui
fouhaitoit être fa maîtresse , fit con-
sentir son mari à une séparation qui
la débarraffoit d'une surveillante in-
commode.
Maîtresse de ses actions, & aimée
d'un mari qui par état la laiffoit sou-
vent feule ; Madame Lescombat borna
d'abord ses plaisirs à fe faire une société
aimable dans le quartier qu'elle habi-
toir. Sa figure la servit bien, on s'em-
pressa à la voir ; Bientôt; nombre de
Soupïrans ? Parties de plaisir avec le-
mari, intrigues fecrettes avec la fem-
me, qui quelques-temps après pour fe
mettre plus à son aise , engagea M.
Lefcombat à prendre chez lui des pen-
sionnaires.
[3]
Il étoit flatteur pour elle d'avoir a
chaque instant sous ses yeux une petite
cour, composée de jeunes gens qui se
difputoient le plaisir de lui plaire ; elle
avoit jusques - là assez bien conduit
fa barque, & rien n'avoit allarmé son
crédule mari. Mais un nommé
Mongeo l'un de ses pensionnaires ?
qui se deftinoit au génie, ayant ap-
paramment fait sur elle plus d'im-
pression que les autres, elle ne put
se contraindre, & ses attentions pour
lui devenant de jours en jours plus
marqués , tirèrent malheureusement
pour elle son mari de l'efpéce de l'é-
targie ou il avoit été jusques - là.
Mongeo sortit de chez Monsieur
Lefcombat avec éclat : la femme au
désespoir d'avoir perdu son amant ,
& de plus la confiance de son mari
qui ne lui paroiffoit plus qu'un tiran,
jura dès ce moment fa perte.
Pour y parvenir, elle engagea plu-
sieurs personnes à fe mêler de le ra-
commoder avec Mongeo. Monsieur
Lefcombat rejetta d'abord la propofi-
A ij

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.