Lettre de M. Eugène Garcin, ex-rédacteur en chef et gérant de l'Avenir à M. Philippe Dubouch, gérant de la Société du journal l'Avenir

De
Publié par

impr. de F. Foix (Auch). 1872. 14 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 37
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LETTRE
DE
îfc^fljÈNE GARCIN
Ex-Rédacteur en chef et Gérant de l'A VENIR
A
M. F^lxilippe TDXJlSOXJCm:
GÉRANT DE LA SOCIÉTÉ DU JOURNAL L'AVENIR.
Jm^ TtJJ, «3 XE3C
IMPEIMEIUE ET LITHOGRAPHIE FÉLIX FOIX, RUE BALGUERIE.
1872.
AUX RÉPUBLICAINS DU GERS.
RÉPUBLICAINS DU GERS,
C'est à vous que je m'adresse; car, seuls, vous pouvez et
devez être juges entre ceux qui m'attaquent et moi qui me
défends.
Jeudi dernier, S septembre, Y Avenir, qui contenait deux
articles de moi, contenait en même temps une lettre contre
moi.
C'est lundi matin seulement, dès la première heure, qu'il
me fut possible d'envoyer ma réponse.
Cette réponse devait paraître dans Y Avenir de mardi, 40
septembre, ainsi que je le réclamais au nom de mon droit et
de la loi. .
Le numéro de mardi reste complètement muet sur ce qui
m'intéresse. Deux, longs jours se sont écoulés depuis mon
envoi, et l'on a gardé de toutes façons le silence le plus absolu.
Yais-je envoyer ma lettre par huissier? Je le puis; mais on
peut aussi refuser de lui ouvrir les colonnes du journal, jus-
qu'à ce qu'un jugement ait rendu cette insertion obligatoire.
Or, les tribunaux sont en vacances. Il me faudrait atten-
dre un arrêt qui ne serait prononcé qu'après la Toussaint.
Est-il possible que je demeure jusque-là sous le coup d'in-
sinuations perfides et d'accusations aussi injustes que for-
melles?
Non ! et c'estpourquoi je suis contraint de publier ma lettre
en brochure.
Lisez-la, et, encore une fois, Républicains du Gers, soyez
juges entre ceux qui m'attaquent et moi qui me défends.
EUGÈNE GARCIN.
Auch, mercredi 11 septembre 1872.
A MONSIEUR
PHILIPPE DUBOUCH
Gérant de la Société du journal l'ÂVEMR.
MONSIEUR,
Il a paru, dans VAvenir du jeudi 5 septembre, une lettre quim'est
adressée par un anonyme; je me trompe : par Un Démocrate! Quel
beau titre ! J'ai cherché, au-dessous, le nom de celui qui s'en décore.
Point de nom ! Ce titre n'est qu'un masque^.
Ayant l'habitude de parler aux gens à visage découvert, je dédaigne
un interlocuteur qui se voile la face, et je m'adresse à vous, Monsieur
Philippe Dubouch, gérant-délégué du Conseil d'administration et de
surveillance de l'Avenir; car vous êtes responsable de la lettre insérée
contre moi, lettre qui m'atteint dans mon honneur politique, et insérée
à mon insu dans le journal dont j'étais alors directeur.
Vous avez publié l'attaque; c'est votre devoir de publier la défense.
Celle-ci sera bien plus longue que celle-là. Qu'y puis-je faire ? Il en

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.