Lionel Ray

De
Publié par

Salué déjà depuis le début des années soixante-dix par son prédécesseur Louis Aragon, amplement connu et reconnu, l'éminent poète français Lionel Ray, (Comme un château défait, Syllabes de sable, Pages d'ombre, Matière de nuit, ...) poursuit avec la même énergie créatrice son avancée lumineuse dans le nouveau lyrisme qu'il a sensiblement marqué par son oeuvre d'exception.
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 89
Tags :
EAN13 : 9782296480551
Nombre de pages : 158
Prix de location à la page : 0,0093€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Lionel Ray L’intarissable beauté de l’éphémère
Critiques Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions
Krzysztof A. JeĪewski,Cyprian Norwid et la pensée de l’Empire du milieu, 2011. Camille DAMEGO-MANDEU, Laisse-nous bâtir une Afrique deboutde Benjamin Matip. Une épopée populaire, 2011. Bogdan GHITA,Eugène Ionesco, un chemin entre deux langues, deux littératures,2011. Debroah M. HESS,Maryse Condé : mythe, parabole et complexité, 2011. Armelle LACAILLE-LEFEBVRE,La Poésie dansA la Recherche du Temps Perdude Marcel Proust, 2011. Vera CASTIGLIONE,Emile Verhaeren, Modernisme et identité générique dans l’œuvre poétique, 2011. Jean-Pierre FOURNIER,Charles Baudelaire. Quand le poème rit et sourit, 2011. Jean Léonard NGUEMA ONDO,Le roman initiatique gabonais, 2011. Chantal LAPEYRE-DESMAISON,Résonances du réel. De Balzac à Pascal Quignard, 2011. Saloua BEN ABDA,Figure de l’altérité. Analyse des figures de l’altérité dans des romans arabes et francophones contemporains, 2011. Sylvie FREYERMUTH,les yeuxJean Rouaud et l'écriture « clos ». De la mémoire engagée à la mémoire incarnée, 2011. François HARVEY,: le nouveau romanAlain Robbe-Grillet composite. Intergénéricité et intermédialité, 2011. e Brigitte FOULON,La Poésie andalouse du XI siècle. Voir et décrire le paysage, 2011. Jean-Joseph HORVATH,La Famille et Dieu dans l’œuvre romanesque et théâtrale de Jean Giraudoux, 2011. Haiqing LIU,André Malraux.De l’imaginaire de l’art à l’imaginaire de l’écriture,2011.
Ridha Bourkhis
Lionel Ray L’intarissable beauté de l’éphémère
Préface de Brigitte Buffard-Moret
L'Harmattan
Du même auteur
-Chutes et blessures, poèmes, Paris, Silex, 1987. -L’amour et la colère,nouvelles, Sousse, Dar El-Maâref, 1988. -Un retour au pays du bon Dieu, roman, Paris, L’Harmattan, 1989. -Une fenêtre sur la mer, nouvelles, Sousse, Saïdane, 1993. -Terre sultane, nouvelles, Tunis, Noir Sur Blanc, 2000. -Bleu,nouvelles, Paris, L’Harmattan, 2010. -Tahar Ben Jelloun : la poussière d’or et la face masquée, approche linguistique, Paris, L’Harmattan, Coll. “Critiques littéraires”, 1995. -Le langage de connotation, approche linguistique, Sousse, Saïdane, 2003. -Manuel de stylistique,manuel, Louvain-La-Neuve, Academia Bruylant, Coll. « Pédasup », 2004. -Les poètes de la plus haute tour, Sfax et Casablanca, Med-Ali Hammi et Aïni Bennaï, 2005. -L’explication littéraire.Pratiques textuelles,collectif, dir, Paris, ouvrage Armand Colin, Coll. “Cursus”, 2006. -La phrase littéraire, ouvrage collectif, co-dir, avec Mohammed Benjelloun, Louvain-La-Neuve, Academia Bruylant, Coll. “Au Coeur des textes”, 2008. -Georges Schehadé : l’émotion poétique, essai, Paris, L’Harmattan, Coll. “Critiques littéraires”, 2009. -L’émotion poétique, colloque international, dir, Tunis, Sahar Editions et L’Institut Français de Coopération à Tunis, Coll. « Mémoire d’encre », 2010. -Rhétorique de la passion dans le texte francophone. Mélanges offerts à Jean Déjeux, dir, Paris, L’Harmattan, 2010. -Eléments de rhétorique, manuel, à paraître.
En couverture : peinture de Jo Ann Morning
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56004-8 EAN:9782296560048
A ma femme Amirissa A mes filles Yasmine et Tej El Molk, Lumières par-dessus les étoiles Pour la vie, pour l’intarissable poème, pour le rire !
3UpIDFH
Le poète Lionel Ray est pour moi indissociable de la Tunisie où je l’ai rencontré à l’occasion d’un colloque sur « l’émotion poétique », organisé à Sousse par Ridha Bourkhis qui vient de lui consacrer cet ouvrage. Deux souvenirs que j’ai de lui me semblent illustrer parfaitement l’homme et le poète : le premier est celui de Lionel Ray lisant quelques-uns de ses poèmes à la nuit, dans le cadre enchanteur du musée El-Khoba, dans la Médina de Sousse. Dans la pénombre pleine de choses anciennes s’élevait sa voix qui, sans emphase, au service d’un langage dépouillé de tout artifice, faisait naître soudain la lumière. Dans mon second souvenir, Lionel Ray, dans la grande clarté d’un après-midi, est sur la plage d’Hammamet où flânent pour quelques instants les participants au colloque ; de retour d’une visite au centre culturel de la ville, il tient à la main son chapeau débordant de citrons frais, cueillis dans ces lieux, et les offre à la ronde… Un poète qui dit « je » et un homme tourné vers les autres, un être multiple et un, à la fois plongé dans la « matière de la poésie » et ouvert sur le monde : voilà donc Lionel Ray, luttant contre la nuit qui vient et le temps qui dévore tout, en leur opposant ses mots pour traduire son amour de la vie et son goût des plaisirs simples s’offrant généreusement à qui veut bien les saisir… Et voici maintenant Ridha Bourkhis lui rendant hommage, avec toute l’admiration, le savoir et la modestie d’un lecteur fervent et perspicace qui s’est nourri sur le long cours de cette œuvre qui se poursuit toujours… Ridha Bourkhis a choisi de faire un portrait complet de Lionel Ray. En quelques pages, il livre l’essentiel de sa biographie : on y voit l’homme, le professeur, le poète avec ses pseudonymes qui finalement le révèlent plus qu’ils ne le cachent. On perçoit déjà combien la question de l’identité est
7
au centre de l’œuvre de Lionel Ray, qui oscille sans cesse entre le « je » et le « tu » : pour se démultiplier, se mettre à distance, dialoguer avec lui-même ?… Ridha Bourkhis, en linguiste qu’il est, donne la part belle à l’étude de style et il s’attache à montrer comment se fabrique « l’état chantant » auquel tend le poète : jeux autour de la ponctuation, que Lionel Ray abandonne ou reprend, de la même façon qu’il mêle vers réguliers et vers libres et revisite les formes fixes comme le sonnet ; respirations que créent les blancs typographiques, mélodie créée par le retour lancinant des sonorités… Ridha Bourkhis rend également sensibles la « vitesse d’écriture » à laquelle croit le poète et la « difficile simplicité » que d’aucuns ont souligné tout au long de l’œuvre. Enfin, peut-être parce que la rencontre avec Lionel Ray s’est faite sous le signe de l’« émotion poétique », mais surtout parce que l’œuvre du poète est marquée par « l’irréparable blessure », « l’inimaginable absence », les « morts indéchirables » et qu’elle décrit un monde où tout « s’efface », « s’amenuise », « s’[…] éteint à jamais » pour citer Lionel Ray, que Ridha Bourkhis s’attache aux « mots ouverts comme des blessures » par le biais d’une étude approfondie du lexique, des figures, mais aussi de la place même de ces mots sur la page et dans le vers. Parallèlement se dessine la géographie de l’univers du poète, cet « ici » complexe, à la fois espace et temps, lieu visible et invisible, ici-bas et ailleurs, Tout et Rien… La lucidité et la quête de la transparence sont au cœur de la poésie de Lionel Ray, écrit Michel Durazzo. Ces qualités ne sont pas non plus étrangères à l’essai que vous allez lire, et elles s’allient de plus à la modestie de l’auteur qui convoque tous les critiques qui se sont intéressés à l’œuvre de Lionel Ray et confronte les points de vue de manière fructueuse. Et surtout, il sait laisser le devant de la scène au poète puisque le livre se clôt sur un long entretien qu’il a eu avec Lionel Ray,
8
et sur la communication de celui-ci au colloque de Sousse. Grâce soit rendue à Ridha Bourkhis d’avoir su capturer dans ces pages « l’émotion poétique » et « l’intarissable beauté de l’éphémère »…
Brigitte BUFFARD-MORET Professeur de littérature, de stylistique et de rhétorique Université d’Artois (Arras)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.