Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
En savoir plus

Partagez cette publication

Publications similaires

Rayon Hommes

de la-musardine

Jeux de Séduction 2

de editions-sharon-kena

Journal d'une robe noire - roman gay

de editions-textes-gais

Vous aimerez aussi

Neuf histoires de sexe

de numeriklivres

L'ivresse du plaisir

de numeriklivres

La Stagiaire

de numeriklivres

suivant

Résumé

Le chemin d’Amalia Faust, brave fille complexée et un peu nunuche, caissière chez Brico, croise par hasard celui d’Edouard Green, le séduisant patron d’une boîte de sex toys. Green propose bientôt à Amalia un étrange pacte. Elle découvre un univers insoupçonné où sexe, légumes et soumission sont étroitement associés. Mais à la longue, les positions inconciliables des deux héros risquent de rendre leur relation difficile.
Marie Laurent nous offre une parodie déjantée et savoureuse (c’est le cas de le dire), de Cinquante Nuances de Grey.

Marie Laurent

DEUX NUANCES
DE BROCOLI

LA PARODIE DÉJANTÉE DE CINQUANTE NUANCES DE GREY

editionsNL.com

À mon père, l’un des premiers fans de cette histoire dont il ne verra hélas pas la sortie.

Prologue

« Je ne sais pas quoi offrir à mon Edouard pour Noël, se plaignait madame Veuve Green. Il est si difficile. »

Madame Green s’adressait à sa meilleure amie, Doris, une grande brune, moitié Juliette Gréco, moitié Fanny Ardant, plutôt bien conservée. Elle-même n’avait rien de la pauvre veuve éplorée, son défunt lui ayant légué une belle fortune placée dans l’immobilier et aux îles Caïman. La cinquantaine élégante, botoxée façon ballon de rugby, elle aurait pu encore plaire, si elle n’avait voué sa vie à son fils unique.

« Une console de jeux, peut-être, suggéra Doris. Les ados en sont friands.

— Peuh ! Il les a toutes.

— Un voyage, alors ?

— Il a déjà fait le tour de la Terre avec moi.

— Et si tu mettais une fille au pied de son sapin ? Un seul clic sur le Net et on te la livre prête à l’emploi. »

Madame Green haussa les épaules

« Les filles, il en a autant qu’il veut. Il est si beau, mon Edouard. Non, ce qu’il lui faudrait, c’est un truc nouveau, inédit, une surprise de Noël, quoi.

— Une surprise du chef, fit Doris en souriant – et très bas – ou de la cheftaine.

— Tu as une idée ?

— Peut-être. Invite-moi pour le réveillon.

— Pas de problème, nous le passons toujours à deux et à la maison. Il suffira de rajouter un couvert. Tu es dinde ou saumon ?

— Ni l’un ni l’autre, je suis végétarienne ; je raffole en particulier des légumes frais. »

Curieux, avec des dents pareilles, songea madame Green. Elles sont faites pour déchiqueter des steaks, pas pour croquer des radis. Puis elle demanda :

« Et ton mari ? Tu ne vas pas le laisser fêter Noël seul.

— Nous formons un couple très libre. Il ira de son côté, vers ses plaisirs qui ne sont pas les miens. »

Madame Green fronça les sourcils. Doris traînait après elle une réputation sulfureuse. Oh ! Et puis peu importe, si elle parvient à dérider le petit, pensa-t-elle.

La soirée de Noël se passa le mieux du monde. Le jeune Green se montra poli avec l’invitée, mais ne lui accorda pas une attention particulière. Goûter aux amies de sa mère ne lui était jamais venu à l’idée. À leurs charmes mûrissants, il préférait la chair fraîche de ses petites copines ; quoique, depuis quelque temps, le sexe l’intéressait moins.

Durant le repas de réveillon, il afficha un air ennuyé. À seize ans, il semblait revenu de tout, même des mets délectables qu’on lui servait.

« Vous ne mangez pas ? s’enquit Doris.

— Pas faim.

— Vous devriez essayer les brocolis, ils sont tendres à souhait. »

Joignant le geste à la parole, elle en porta un morceau à sa bouche et le savoura avec une expression d’extase.

« C’est bien pour vous faire plaisir, Madame », dit le jeune Green en enfournant à son tour un morceau de légume.

Ô miracle ! Il le trouva bon. Le broco fondait sous la langue comme une crème glacée. Sa saveur insipide excitait son palais blasé à force de homard, de caviar, de foie gras. Le jeune Green sentit renaître en lui un regain d’intérêt pour la vie. Il regarda la femme qui venait de lui faire ce cadeau inestimable comme s’il la voyait pour la première fois.

« Doris », rectifia-t-elle, son regard noir planté dans les yeux gris vert du jeune homme.

Madame Green nota que son fiston s’attardait à table alors que, d’habitude, il était pressé de s’enfermer dans sa chambre et elle s’en réjouit. « Cette Doris a des pouvoirs insoupçonnés, se dit-elle, un peu naïvement. » Elle ne se doutait pas de leur étendue.

Sur les douze coups de minuit, une ombre descendit l’escalier à pas de loup et se glissa dans la cuisine, encore embaumée d’odeurs alléchantes.

Le jeune Green, qui ne dormait pas, entendit un claquement léger dans le couloir : des talons hauts. Sa mère n’en portant pas, ce devait être l’invitée. Elle a dû être prise d’un besoin pressant, pensa-t-il. Ça arrive aux vieilles. En même temps, il était troublé en pensant à la belle brune. Il retint sa respiration quand les pas s’arrêtèrent devant sa porte, suivi d’un grattement léger.

« Qui est là ? demanda-t-il d’une voix étranglée par une émotion qu’il tentait de maîtriser.

— Vous ne devinez pas ? »

Mû par une pulsion irrésistible, le jeune Green bondit hors de son lit et ouvrit. Doris s’encadrait sur le seuil, vêtue d’une nuisette transparente qui laissait tout deviner de sa superbe anatomie. Des stilettos écarlates la chaussaient, rehaussant encore sa taille. Edouard mata les seins opulents dont les sombres aréoles semblaient percer le tissu et plus bas, la toison exubérante de l’entrejambe. En remontant, il vit dans la main droite de Doris un objet ressemblant à un fouet – en réalité, un énorme poireau. La gauche se refermait sur quelque chose. Edouard leva sur l’amie de sa mère un regard plein d’interrogations auquel elle répondit par un sourire suave.

« J’avais oublié votre cadeau, dit-elle, mais j’ai trouvé à la cuisine de quoi le remplacer avantageusement. »

Edouard la regarda s’approcher sans mot dire. Elle ouvrit la main gauche, exhibant des cordelettes d’un beau vert clair. Le jeune homme se laissa lier docilement les poignets ; ce nouveau jeu l’amusait et remuait ses sens blasés. Ses petites amies n’en auraient jamais eu l’idée, elles étaient dépourvues d’imagination et bêtement soumises. Une fois attaché, Doris le poussa vers le lit où il s’agenouilla, présentant un dos à la ligne parfaite : « Tes fesses ressemblent à des pommes », commenta-t-elle après lui avoir baissé le pantalon de pyjama. Il l’imagina, dressée derrière lui, brandissant le fouet improvisé qu’elle faisait tournoyer dans l’air ; cette vision suffit à lui provoquer un début d’érection, ce qui lui arrivait de moins en moins souvent. Le premier coup asséné atterrit dans la fente. Après quelques effleurements, les lanières souples des feuilles de poireau se relevèrent pour s’abattre à nouveau, cette fois sur les parties charnues. D’autres suivirent : un véritable déluge. Edouard attendait chaque coup avec ferveur, lèvres mordues et verge gonflée. Il n’éprouvait ni souffrance ni humiliation d’être ainsi entravé : seulement une excitation croissante. Soudain, le jeu cessa, il se sentit retourné par des mains impatientes. Doris descendit sur lui, pliant les jambes au fur et à mesure de sa progression ; ses cheveux frisés chatouillèrent les mamelons d’Edouard, puis ce fut au tour des pointes de seins. Enfin elle s’empala sur la queue rigide à souhait : une position inédite pour Edouard qui d’habitude dominait la situation. Le vagin de Doris était également très différent de ceux des petites copines de son âge, pareils à des ruelles étroites. Là, il eut l’impression de pénétrer dans une large grotte aux parois ruisselantes où il se sentit divinement bien.

ISBN : 978-2-37733-018-8 (ebook)
ISBN : 978-2-37733-017-1 (papier)


editionsNL.com

Tous droits réservés
MARIE LAURENT
et Numeriklivres, Paris, France 2017
2e édition

eBook design : Studio Numeriklivres
Nous joindre : contact@numeriklivres.info

Cette oeuvre est protégée par le droit d'auteur, nous vous prions de ne pas la diffuser, notamment à travers le Web ou les réseaux d'échange et de partage de fichier. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, de tout ou partie de cette oeuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Facebook

Twitter

Pinterest

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.