Histoires grecques

De
Publié par

Les frasques érotiques des dieux de l'Olympe.





Publié le : jeudi 28 juin 2012
Lecture(s) : 55
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823800753
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
Galatée de Chaussy

Histoires grecques

12-21

Jupiter et Mercure

On raconte que, pour s’unir à Alcmène qui était fidèle, Jupiter prit la forme de son mari, Amphitryon. Voici à peu près comment cela se passa.

Imaginez-vous dans la Grèce antique, la ville de Thèbes. C’est la nuit. Il fait chaud. Pas un souffle de vent. Amphitryon vient de partir à la guerre. Alcmène l’a aidé à passer son armure. Elle est seule désormais. Priant les dieux pour que son mari ne tombe pas au combat, elle passe devant l’ouverture des fenêtres seulement vêtue d’un drap léger fixé par une épingle d’or. Elle est très belle, mince de taille et grasse comme il faut partout ailleurs.

Dehors, deux ombres l’épient. C’est Jupiter et Mercure.

« Elle est là, cher Dieu des dieux.

— Je ne la vois pas, répond Jupiter.

— Parce que vous avez pris forme humaine et que bizarrement, les hommes ne distinguent rien à plus d’un mètre.

— Mais toi, que vois-tu ?

— Avec mes yeux d’hommes ou de dieu ? (Car Mercure est un demi-dieu).

— Tes yeux divins.

— Permettez… Je dois faire le point de manière à ne pas voir au travers d’elle jusqu’aux ovaires, mais seulement pénétrer les murs et le drap pour m’arrêter à la peau.

— Comment est-elle ?

— Connaissez-vous ce fruit que les hommes appellent la pêche ?

— Jamais goûté. Trop fade.

— Les hommes en sont fous.

— En quoi cela me concerne-t-il ?

— Alcmène à la peau d’une pêche. Et son sexe juteux, sucré, est orange comme un fruit.

— Comme une orange ?

— Une pêche.

— Je n’y comprends rien.

— Parce que vous êtes un homme.

— Bon. Mais elle est blonde comme la lune, non ?

— Je parie mon chapeau que c’est un artifice. Car les humaines sont ainsi qui aiment à se blondir les cheveux. Je regarde.

— Encore une toute brune ? Parfois j’en suis à envier mes homologues du Nord. Wotan a une femme toute blonde.

— Elle aussi. Un vrai champ de blé. Depuis le nombril jusque dans la raie des fesses. Vous allez vous régaler.

— Tu as perdu ton pari et ton chapeau.

— Je le remets en jeu sur cette certitude : vous allez faire l’amour toute la nuit.

— Sans doute.

— Pourquoi cette hésitation ?

— Eh bien… C’est ce costume d’homme qui… Habituellement, je prends la forme d’un animal… Taureau… Cygne… Kangourou (C’est un épisode qui est très peu raconté).

— Que craignez-vous ?

— Est-ce que je vais réussir à… être assez… ?

— Pas de doute : vous êtes un homme !

— C’est vrai qu’animal, la question ne s’était jamais posée. Plutôt qu’Amphitryon, Alcmène ne désire-t-elle pas son chien ? Je pourrais apparaître en dog allemand, lui lécher son sexe pêche de ma grande langue pendante ?

— C’est un usage qui vous est familier, cher Jupiter, mais à vrai dire peu répandu chez les humains.

— Alors dis-moi comment m’y prendre.

— Vraiment ? Vous ne savez pas ? Pas de divine érection ?

— Non !

— Vous n’avez qu’à penser à quelque chose d’excitant.

— Mais quoi ?

— Je ne sais pas. À votre mère. Ou vos sœurs.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.