Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus
ou
Achetez pour : 6,00 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La Mémoire de l'Amour

De
236 pages
Un homme guette une femme inconnue, l’enlève avec son consentement dans un lieu d’isolement et de silence, veut la tenir dans les affres de l’esclavage sexuel pour toute une vie. La mort vient chaque soir, alors il la détache, la réconforte, la nourrit de ses mains, s’émerveille de sa beauté, contre son corps finit par s’endormir comme un enfant. A l’aube qui suit, recouvre la violence, l’apaise par le fouet et mille autres sévices, puis se perd en elle, en quête de son ange. Chose étrange pour qui ne croirait pas que la Haine est Amour, la voici qui peu à peu entre dans son rêve. Trois personnages, un homme, une femme –"Il" et "Elle"– et le narrateur s’utilisent, s’aiment, se déchirent, le Mal et le Bien, ces deux faces d’une même médaille, pourvoyant aux plus extrêmes jouissances. C'est une histoire "écrite en des siècles lointains au bord de l’Océan", une histoire où l’essence divine du Sentiment Amoureux le dispute à la Férocité du Désir, la Beauté à l’Horreur, la Grâce à l’Obscénité.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

L
a
M
David
é
m
o
P
i
Zuckerman re de lAm
u
b
l
i
b
o
o
k
o
u
r
R
etrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :
http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
C
IDDN.FR.010.0115053.000.R.P.2010.030.31500
et ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2001.
 Cette confiance dans lexistence, cet art de nager, sils lont à ce degré pensais-je, ils le tiennent peut-être dune science que nos premiers parents ont gaspillée et que nous avons oubliée, dune science que lAfrique pourrait peut-être encore nous enseigner car elle sait que Dieu et le Diable ne font quun, quils ont même puissance et même majesté éternelles.  Ils ne sont pas deux à navoir pas été engendrés, pas plus quil ny a deux êtres incommensurables, mais ils ne font quun ; cest ainsi que les Noirs de lAfrique rêvèrent la Dualité dans lUnité, et lUnité dans la Dualité.
Karen Blixen,La Ferme africaine.
7
À ELLE  Comment te nommer, toi dont je nai jamais prononcé ni le nom ni le prénom, toi chez qui jai gommé le vernis social à la première seconde afin de te reconnaître dans ta nudité originelle ? Comment te décrire avec les lettres de lalphabet, langage dun monde auquel je nappartins jamais, et pourquoi se servir des mots puisque je tappelais déjà en un temps ou les pierres nétaient pas encore pierres ?  Christine fut pourtant ce prénom par lequel on crut sceller ton destin dès lors que tu vins à la lumière, et quen une église sombre et froide lon toffrît à un Dieu que tu navais pas choisi. Jécris « choisi » en toute conscience, car nous apprîmes lun par lautre quil nest pas dHomme créé par Dieu, seulement un Dieu possible en chacun de nous  Tu me lis et tu souris. Un sourire un peu triste, un peu douloureux peut-être, puisque jai quitté la planète close ou nous vivions tous deux ; rien que toi et moi, Honey, dans cet exil retrouvé du temps où te tenant captive je crus retenir le bonheur Je timagine, penchée sur cette lettre dadieu à un rêve trop vaste pour que tu puisses sans cesse léclairer, trop affamé du Désir pour que tu le rassasies, et dont la mort, tu le sais, mest rupture avec le passé.  Sur ton nez, tu as posé ces lunettes quen ma présence tu naimais pas porter, bien quà ton visage elles offrissent cette forme de beauté grave devant laquelle, jadis, je
9
déposais le fardeau de mes dix mille ans. Un jour, ten souviens-tu, tu mas dit que là où je me trouvais la lumière était trop forte, et quà cause delle tu ne vivrais jamais avec moi. Tu ne te trompais pas, et pourtant combien te fut doux ce soleil dartifice, toi qui, mieux que personne, au présent dalors sut te donner toute entière Eussé-je en nos commencements cherché dans tes yeux autre chose que mon propre océan, désiré tentendre au lieu de mécouter par ta voix que peut-être Mais, scintillant dans la nuit, une myriade de feux ne donna jamais à mes fantômes que lapparence de la vie. Eux seuls pour te séduire dansaient sous le projecteur, eux seuls recouvraient le mensonge dor et de pourpre, eux seuls créaient lillusion dune flamme capable de brûler toujours.  Mais quimportent les masques, puisque derrière mes demi-sourires tu avais appris à discerner mes peurs, à démêler lécheveau de mes sentiments, à saisir le fil ténu dune vérité que je me refusais à voir. Dans la nuit des astres malades deux-mêmes je fuyais, et, croisant un jour ton vol jai ralenti le mien : ralenti Honey, car de laccomplissement de mon destin, nul pas même toi, neût pu me détourner. Rien de ce que nous avons dit ou fait na plus la moindre importance ; aucun de mes actes que jaie emporté avec moi, aucune de mes pensées qui méritât dêtre inscrite au fronton de cette maison où tu vécus enlacée à lOmbre. Ou, préparant la venue dun Autre, jai un temps imaginé quil y aurait pour Lui un certain bonheur à vieillir à tes côtés.  Eprouveras-tu du ressentiment si jaffirme aujourdhui que ce nest point là ce qui lui ressemble et ce quil veut ? Je veux croire que non. Tu connais trop le fardeau des êtres prisonniers deux-mêmes, pour ne pas être fière de ses renoncements, de sa liberté fraîchement acquise. Moi
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin