//img.uscri.be/pth/143ecd6c3feadc532ee045c8f9f113b497495609
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF - MOBI

sans DRM

Marianne

De
72 pages

Marianne,


La quarantaine, transparente, inexistante...

Un bouquet, un inconnu, un message et sa vie bascule,

Elle se transforme, elle se découvre, elle vit... enfin...,

Elle apprend à se conformer à des désirs !

Jusqu'où ira-t-elle ?


Voir plus Voir moins

Couverture

Cover

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-82968-9

 

© Edilivre, 2014

Marianne

 

Marianne a 42 ans, elle a un emploi, un appartement, elle sort tous les jours, elle a une vie somme toute banale.

Elle travaille comme comptable dans un cabinet d’expert depuis près de vingt-cinq ans, elle gagne assez bien sa vie, a acheté son appartement cash, dans un joli quartier d’une petite ville de province, un bel appartement, grand avec une jolie terrasse.

Marianne, on ne la voit pas, elle est quelconque, plus que quelconque.

Elle ne sort pas, n’a personne dans sa vie, n’a pas de loisirs…

Elle fait ses courses, regarde la télé et travaille, travaille, travaille.

Ce 12 août, elle fait ses courses dans cette petite rue piétonne, elle se promène, blasée comme d’habitude, sans même l’ombre d’un sourire sur ses lèvres, elle regarde les vitrines sans les voir, elle n’a pas d’envies, comme toujours…

A 13 h 30 tapantes, elle est assise à son bureau, porte fermée, fenêtre entrebâillée, tasse de thé fumant à côté de ses dossiers…

On frappe à la porte,

– Entrez !

La porte s’ouvre et Marianne aperçoit un coursier, un bouquet à la main. Elle s’apprête à lui dire qu’il s’est trompé lorsque celui-ci lui dit :

– Mme Desguiard ?

Elle est tellement surprise qu’elle ne répond pas de suite.

– Mme Desguiard ?

– Oui…

Le coursier lui remet le bouquet et s’en va en refermant la porte.

Marianne se dit qu’elle a rêvé, elle détourne quelques secondes le regard et lorsqu’elle jette à nouveau un œil sur le bureau, le bouquet est toujours là.

Un magnifique bouquet de roses blanches, beaucoup, une trentaine au moins…

Il y a même une carte…

Elle n’ose pas la prendre, elle regarde l’écriture, une belle écriture, grande, déliée, à l’ancienne, tracée à l’encre…

À l’intérieur, une carte, blanche, et au dos ce message :

Madame,

Cela fait quelques jours que je vous observe à l’heure du déjeuner,

Je me suis permis de vous suivre et de demander votre nom.

J’espère que vous n’en prendrez pas ombrage,

Je vous trouve charmante et me suis permis de vous envoyer ces quelques roses.

Sincèrement.

Un admirateur…

Elle resta là.

Elle relut et relut dix fois cette carte blanche.

Quelques minutes plus tard, on frappa à sa porte, Cynthia, la petite standardiste qui ne l’avait jamais regardée en dix ans, entrebâilla la porte et passa sa tête :

– Marianne, oh ! tu nous avais caché ça !

– Caché quoi ?

– Tu as un amoureux ! C’est génial, nous sommes ravis pour toi !

– Nous ?

– Ben… nous sommes plusieurs à avoir vu le coursier ! Qui est-ce ? Dis-nous !

– J’ai du travail Cynthia, excuse-moi…

La standardiste comprit que le moment était venu de refermer la porte.

Marianne avait du mal à reprendre le cours de sa vie.

Cette vie qui soudain était bouleversée, était totalement bouleversée !

Elle se leva, comme un automate, prit une bouteille d’eau vide et alla aux toilettes situées au bout du couloir, à droite de son bureau.

En sortant, elle croisa des collègues, qui bizarrement la saluèrent et lui firent un sourire…

Elle remplit sa bouteille en se disant qu’un bouquet de fleurs avait vraiment changé beaucoup de choses dans sa vie.

Elle ne croyait pas si bien dire… elle n’avait aucune idée, mais alors aucune, de ce qui l’attendait.

Ce 12 août allait changer pour toujours sa vie, il était temps…

En quittant le bureau ce soir-là, elle se sentait différente, elle se regarda même dans le miroir de l’ascenseur, ce qu’elle n’avait jamais fait.

Elle vit une femme sans âge, sans charme, sans… rien. Elle avait pourtant de jolis yeux, une jolie bouche, elle se pinça les lèvres, ce qui fit affluer le sang, et ce peu de couleur changeait déjà beaucoup de choses…

Elle rentra chez elle.

Elle se prépara un repas qu’elle prit devant sa télé, elle se doucha, et se coucha…

Ce fut une longue nuit sans sommeil, où elle se tourna et se retourna dans ce grand lit qu’elle n’avait jamais partagé avec personne, elle voyait les heures qui passaient, et elle ne dormait toujours pas.

A 5 heures, lassée, elle se leva, se fit un café et se prépara pour aller au bureau…

Elle se surprit à se demander ce qu’elle allait mettre comme tenue, chose qui ne l’avait jamais inquiétée.

Elle quitta son appartement à 8 heures précises et se rendit à son bureau comme chaque jour. A 12 heures, elle sortit pour sa pause déjeuner…

Elle alla exactement dans le même quartier que la veille, s’arrêta devant les mêmes vitrines, et regarda quand même autour d’elle, peut-être à la recherche de son mystérieux inconnu…

Elle s’assit sur un banc dans le parc et mangea son sandwich, sa petite serviette sur les genoux…

A 13 h 30, elle était au bureau…

A 14 heures, on frappa à sa porte…

Elle resta un moment interloquée… n’y croyant pas… espérant cependant. .

– Entrez !

– Un bouquet pour vous !

Un magnifique bouquet, rose et blanc, très doux et romantique…

– Merci…

– De rien, Madame, à demain !

A demain, à demain, mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Marianne regarda le bouquet, il y avait une carte.

Madame,

Je vous ai admirée à l’heure du déjeuner,

Prenant...

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.