//img.uscri.be/pth/7461fb36e92a962b43674e221b88c91bed63b36a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Papier couché

De
20 pages

Les jeux érotiques et pervers d'un couple qui aime créer des scenarios sexuels





Voir plus Voir moins
couverture
Fabienne Swiatly

Papier couché

12-21

Cul sur le lavabo et lui entre mes jambes qui s’agrippe à mes cuisses. Le mouvement du train nous bouscule à peine. Je mouille, il éjacule, une main secoue la poignée de la porte.

 

Assise sur ses genoux, je le laisse faire. Il déboutonne ma chemise, libère mes seins sans dégrafer le soutien-gorge. Comme souvent, il me propose de jouer :

– Je suis ton prof de maths, toi l’élève, et tu veux une bonne note.

J’ai quinze ans, lui bientôt trente.

 

Dernière nuit ensemble. Je le quitte définitivement. Nous faisons l’amour avec avidité, pris de la même excitation. On se frotte, on se lèche, on se mord, on se caresse. Insatiables. Les mains, la langue, mon sexe largement ouvert. Le sien partout.

Dans un souffle, il m’interroge :

– Pourquoi n’avons-nous jamais fait l’amour comme ça auparavant ?

 

Ma langue joue avec son anus. Autour, dedans, j’humidifie, puis j’enfonce mon doigt après avoir vérifié que l’ongle n’était pas trop long. C’est doux, incroyablement doux et accueillant. J’aimerais avoir une queue pour le pénétrer. J’enfonce un deuxième doigt, il s’abandonne, écarte les fesses en gémissant. Je me fais jouir de l’autre main.

 

Disque de Moon Martin. Il me fait l’amour sur son morceau préféré. Quand le morceau est fini, il retire son sexe, se lève, remet la chanson à son début, me pénètre à nouveau. Plusieurs fois de suite. Sa queue est très dure. Il a pris de la coke et pourra me pénétrer longtemps, très longtemps avant d’éjaculer. J’aime ça.

 

Il éjacule sur mon visage. De la main, il m’enduit de sperme. Je lèche le contour de mes lèvres et me souviens d’avoir lu que le sperme est excellent pour la peau, bourré de vitamines.

 

Pendant qu’il conduit très vite sur l’autoroute, je défais sa braguette et le suce. Je me redresse, écarte mes jambes que je pose sur le tableau de bord, il me caresse à son tour. Je tire sur ma culotte jusqu’à ce qu’elle ne forme plus qu’une fine bande de tissu qui écarte mon sexe. J’espère que les autres conducteurs nous voient.

 

Sur un sentier, il me prend par-derrière. Jupe relevée, appuyée contre un muret, je le laisse s’activer dans mon dos. Mes yeux s’arrêtent sur une grosse araignée jaune et noir, immobile dans sa toile. Pas de plaisir intense, du bien-être enrobé d’odeurs de mousses et de terre humide. Après, avec de larges feuilles arrachées à un arbre dont je ne connais pas le nom, j’essuie mon sexe humide.

 

À peine a-t-il éjaculé qu’il se lève pour aller se laver.

 

Émouvante beauté d’une queue circoncise. Disponible avant même de bander.

 

J’ai seize ans, lui le double. Il couche avec moi depuis plusieurs mois. Chaque soir, l’impression de faire les mêmes gestes, sans enthousiasme. Parfois sa main qui m’arrête quand je le branle trop fort. Un soir, je lui avoue qu’il est mon deuxième amant. Il s’étonne :

– Tu aurais dû me dire que tu avais si peu d’expérience.

 

Sur le canapé-lit déplié, je prends la queue d’un homme pour la première fois dans ma bouche. Je ne sais pas trop quoi en faire. Mes mâchoires sont un peu douloureuses mais il paraît que les hommes aiment ça : se faire sucer.

Je m’applique. Pourtant, il repousse mon visage de la main.

– Tu me fais mal avec tes dents.

 

Elle veut me frapper parce que j’ai couché avec son mari. Je l’en empêche avec une force que je ne me connaissais pas. Calmée, elle accepte un thé, une cigarette. Je l’écoute parler, ses yeux évitent les miens. Puis :

– Il paraît que t’es comme lui. Que t’aimes ça, que t’as besoin de baiser tout le temps.

 

Sa tête au-dessus de la mienne. Sa large bouche rieuse que j’adore embrasser. Il me regarde droit dans les yeux.

– Tu sais, je suis un peu éjaculateur précoce.

 

Son doigt qui va et vient dans mon sexe. De plus en plus vite. J’ai l’impression qu’il cherche l’amorce pour me dégoupiller.

 

Il m’a plaquée contre la porte de la salle de bains. D’une main il baisse mes collants, de l’autre il écarte l’entrejambe de ma culotte. Debout, son sexe est trop court pour me pénétrer.

 

Sous ma jupe claire, le porte-jarretelles que je viens d’acheter doit se voir. Tissu or et dentelles noires. Je suis douchée, épilée, parfumée et mal à l’aise malgré le vin blanc que je viens d’avaler. Je l’attends, il ne viendra pas.

 

Plusieurs années à parfaire nos rapports de séduction. Mains qui s’effleurent, sourires complices, sous-entendus. Dans sa salle de bains, pendant que les autres mangent et boivent à table, enfin la rencontre. Nos bouches se mangent, salive généreuse que l’on échange avec la langue. Nos mains voudraient être partout à la fois.

Agitée par le désir, je le repousse brusquement.

– Attends, attends un peu. C’est vraiment trop fort.

 

Dans une chambre spacieuse d’un hôtel trois étoiles, payée avec un chèque sans provision, il m’engueule :

– Tu ne peux pas prendre ton temps ? Qu’est-ce que t’as à te jeter sur moi, comme ça ?

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.