Tendres provocations

De
Publié par

Un gynécologue qui découvre, en tenue d'Eve dans son cabinet, la sublime serveuse qu'il a rencontrée lors d'un cocktail et avec qui il va vivre une expérience extraordinaire ; un champion de base-ball repêchant une curieuse sirène en mal d'amour lors d'une balade en barque ; un architecte qui se retrouve en tête à tête avec une femme de caractère dans un cabinet secret aménagé au sous-sol d'une maison... Autant de situations insolites et provocantes, autant d'invitations à des expériences intenses qui ne demandent qu'à être lues, ou... vécues.
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 10
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290081365
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Tendres provocations
De Lori Foster aux Éditions J’ai lu
LES SBC FIGHTERS 1 – Ravages Nº 9108 2 – Corps Ā corps Nº 9138 3 – Le dernier combat Nº 9286
De Erin McCarthy aux Éditions J’ai lu
Sduction en ligne Nº 7657 Dans la chaleur des tropiques Nº 8202
Romance sur ordonnance Nº 8895
Carrment sexy Nº 9900
Carrment hot Nº 10061 Carrment dingue de toi Nº 10319
LORI FOSTER ERIN McCARTHY HELENKAY DIMON
Tendres provocations
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Agathe Nabet
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original WHEN GOOD THINGS HAPPEN TO BAD BOYS Éditeur original Brava Books, published by Kensington Publishing Corp., New York Playing DoctorLori Foster, 2006 The Lady of the LakeErin McCarthy, 2006 Hardhats and Silk StockingsHelenKay Dimon, 2006 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2009
LORIFOSTER
Dr ildeVelours
1
Libby Preston jeta discrètement un coup dil par dessus son épaule. Le beau regard sombre la suivait toujours, avec une telle intensité quil lui fit leffet dune caresse. Chaude et tendre. Un peu trop audacieuse, peutêtre. Dune impertinence flatteuse, en tout cas. Elle ressentit le besoin de séventer, mais un tel geste eût révélé son trouble, aussi continuatelle de garnir le buffet, ignorant de son mieux le manège de lhomme qui la dévorait du regard. Cette réception durait déjà depuis plusieurs heures et il sétait contenté de lobserver, de lui sourire de temps en temps, et de la déshabiller si ouvertement du regard quelle en avait frissonné. Cet homme était un vrai démon, certes, mais un démon redoutablement sédui sant. Mieux valait garder ses distances. Elle navait pas vraiment le choix de toute façon. Les médecins frayent rarement avec les étudiantes infir mières, et son oncle ne lui avait pas demandé dassurer le service de cette soirée pour quelle flirte avec les invités. Libby avait intérêt à sen souvenir et à rester à sa place  celle dune moinsquerien au milieu démi nents médecins. Lhomme au regard de braise devait la prendre pour lune des employées du traiteur à qui son oncle sétait 9
adressé pour assurer le buffet de sa réception. Une méprise qui convenait parfaitement à Libby. Quil la prenne ou non pour une serveuse, elle pou vait difficilement échapper à son regard. Chaque fois quelle levait les yeux, il était en train de lobserver, même sil était occupé à bavarder avec dautres invités ou à grignoter un petitfour. À la différence des autres médecins présents ce soir là, il ne portait pas de cravate. Les premiers boutons de sa chemise de soie couleur café étaient défaits et il avait remonté ses manches. Libby navait pu sempêcher de sattarder sur ses avantbras puissants et ses grandes mains souples. Il avait rentré les pans de sa chemise dans un pantalon noir qui accentuait le contraste entre la largeur de ses épaules et létroitesse de ses hanches, encadrant un ventre parfaitement plat. À force de se passer la main dans les cheveux, il sétait décoiffé et une barbe naissante lui bleuissait le menton. Cétait sans conteste le plus bel homme de la soirée. Le plus bel homme que Libby ait jamais vu. Plus dune femme lavait remarqué, dailleurs. Mais, bizarrement, il accordait peu dattention aux femmes en robe de soirée qui engageaient la conversation avec lui pour sattirer ses faveurs. Nonchalamment adossé au mur du salon, il sirotait son verre et contemplait Libby. Elle dut faire un effort pour se ressaisir et acheva de déposer le contenu de son plateau sur la table recou verte dune nappe blanche. Sappliquant à lui présenter uniquement son dos, elle battit en retraite vers la cuisine. Son oncle était occupé à bavarder avec un chirurgien qui cherchait visiblement à obtenir quelque chose de lui. En tant que chef déquipe de lhôpital, oncle Elwood connaissait tout le monde. Il aurait pu dire à Libby comment sappelait lhomme au regard insistant, mais elle préféra sabstenir de le lui demander. Son oncle 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.