Théo de Mayenne

De
Publié par

Blond comme les blés, ni méchant ni rusé, pas vraiment élevé, Théo s’engage sans grande vocation dans une carrière de petit voleur, voué aux casses minables et aux passages à tabac. D’imprévisibles circonstances l’obligent à une longue réflexion, assortie d’une méditation sur la mort très au dessus de son age. Son parcours initiatique ne comporte pas que des embûches. Il rencontrera des femmes qui, avec ce qu’elles possèdent de grand ou de plus petit lui permettront de mordre dans la vie à belles dents. Pas d’amour sans la participation des corps : mon expérience de médecin me permet d’affirmer sans ambiguïté que l’érotisme de bon aloi constitue le meilleur des tranquillisants. Economique, accessible à tous, il permet aux couples de passer bien des caps.
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 256
EAN13 : 9782748135664
Nombre de pages : 206
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Théo de Mayenne
Eugène Toulemonde
Théo de Mayenne
Amour, amour ÉROTISME
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2004. 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.comISBN : 2-7481-3567-9 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-3566-0 (livre imprimé)
Ce livre est dédié à toux ceux qui démarrent dans la douleur une vie sexuelle qui devrait embellir leurs jours et leurs nuits. Mon expérience m’a appris qu’un dialogue charnel riche et varié ne suffit pas à assurer la pérennité d’un couple, mais qu’il n’existe pas de ménage heureux sans une entente physique. Je souhaite à tous mes lecteurs de s’épanouir comme Théo et Lolita !
 7
UN THÉO  RIEN N’EST SIMPLE, COMME DIRAIT Snoopy. Pourquoi faut-il que cette belle journée de vacances supplémentaires ne se déroule pas aussi agréablement que prévu, et tout cela, parce que ce salaud de Kevin a éprouvé le besoin de me poser un deuxième lapin en moins d’une semaine ?  Ce n’est pas que mon temps soit précieux, mais je déteste qu’on me laisse tomber, à la dernière minute, surtout lorsqu’il s’agit de s’amuser ou de passer une bonne journée avec un copain.  Il faut reconnaître que mercredi dernier, c’était entièrement à cause de Lolita.  Lolita, je la connais depuis au moins cinq ans, ce qui fait presque la moitié de ma vie. Nous avons tous les deux à peine plus de douze ans. Enfin j’ai trois mois de plus qu’elle, ce qui fait qu’elle me doit le respect. Mais Lolita ne respecte rien ni personne et surtout pas moi. Ce qui ne l’empêche pas de passer son temps à me courir après. Je m’en plains beaucoup alors qu’en fait j’en suis plus que fier. Cela me donne de l’importance. C’est sans doute grâce à elle que les grands me parlent un peu.  Faut-il que j’envisage une vocation d’homme à femmes ?  Pour jouer, je préfère Kevin.  Lui, je le connais depuis près d’un an. Mais nous
 9
Théo de Mayenne
ne nous quittons guère, sauf à la maison. Nous allons dans la même école, avec le même maître. Nous jouons au foot, au tennis, aux échecs, à tout ce qui nous passe par la tête. Nous inventons tous les jours des trucs nouveaux. Il me bat le plus souvent dans tout ce qui fait appel à la force physique car il mesure cinq centimètres de plus que moi. Aux échecs, c’est habituellement moi qui gagne. Je lui affirme qu’il possède la force et que je dispose de l’intelligence.
 Il vaut mieux ne pas prolonger la discussion sur ce thème, car si la qualité de mon intelligence dépassait la moyenne, cela se saurait et je ne collectionnerais pas les dernières places en classe.
 Plus tard, je me réveillerai. En attendant, il faut que je me fasse une raison : les échecs constituent la seule partie réussie de ma jeune existence. Le maître prétend que je ne me donne aucun mal, que je réussirais facilement si je voulais faire un tout petit effort.  Avec Lolita, nous faisons aussi un peu de sport. Elle tient absolument à jouer au foot et elle se débrouille convenablement pour une fille. Elle a essayé de me faire jouer à la poupée, comme cela, juste pour voir. Pouah. Je l’ai envoyée promener et elle n’a pas insisté. Je me suis alors demandé si je ne regrettais pas un peu.  Elle a aussi de drôles d’idées parfois.  L’année dernière, elle m’a demandé si je savais comment étaient fabriquées les filles. Je n’en avais pas la moindre idée et ne souhaitais aucunement le savoir. J’ai un frère, pas de sœur. J’ai remarqué que les filles ont de la poitrine, du moins après 14 ans. Celle de ma mère m’a toujours impressionné. Elle s’en est servie pour nourrir mon petit frère Paul. Les poitrines de Lolita, il vaut mieux ne pas en parler et je me demande pourquoi elle tient
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.