Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

UNE VIE POUR UNE AUTRE

De
0 page
Pour public averti.
Un homme à la routine bien établie va finalement rencontrer l'opportunité de vivre son fantasme à fond. Pensant qu'il s'agit alors d'une nouvelle page blanche prête à être écrite, il va comprendre qu'il vient de s'enfermer dans un délire sans limite qu'il n'avait pas envisagé auparavant. L'expérience qu'il va vivre va remettre en question son existence et il est le seul à détenir les clés de sa délivrance.
Voir plus Voir moins
Une vie pour une autre Dan Seko Chapitre I La regarder dormir agissait sur moi comme un rail de cocaïne sniffé à la va-vite. L’observer respirer doucement et suivre le mouvement de sa poitrine qui gonflait la couette et la laissait retomber comme un soufflet raté, était une bonne façon de me rappeler que tout ce qui me maintenait en vie, c’était elle. Cet être si fragile mais dont le pouvoir était de prendre le contrôle de mon âme était un véritable aveu de faiblesse de ma part. Mais qu’importe, je l’aimais ! Ma jolie brune au teint uni me laissait perplexe : pourquoi ne l’avais-je pas rencontrée plus tôt ? La question ne supposait pas qu’il y eu une réponse à y donner, seulement une réflexion à laquelle il fallait se confronter. Et là, c’était le saut vers l’inconnu. Il s’agissait donc pour moi de résoudre un paradoxe, comme Cédric Villani face à son Théorème Vivant, si simple quand on l’écoute en parler sur les plateaux de télé, et pourtant si peu compris du commun des mortels. La réalité, c’est que je devais souffrir d’un dédoublement de personnalité. Si j’étais moi-même en présence de ma moitié, lorsque j’étais seul, un autre prenait le contrôle de mon corps et me faisait faire des choses contre ma volonté. Je l’avais pourtant bien vu venir, cet autre moi, ce malotru qui prenait un malin plaisir à me faire réaliser ses fantasmes. Mais comment s’y était-il pris pour arriver à ses fins ? J’étais là, sur le rebord du lit, caressant les cheveux de ma douce comme si c’était la toute première fois que je posais mes mains sur elle. Mon chat, comme j’avais l’habitude de l’appeler, ronronnait déjà sous les va-et-vient de ma main derrière sa tête. Je cherchais des mèches de cheveux à remettre en ordre dans ce capharnaüm d’une nuit apparemment riche en activités noctambules. Guettant l’heure du coin de l’œil, je me préparais mentalement à l’abandonner, encore une fois, comme tous les matins depuis ces deux dernières années, pour me rendre à mon boulot. Sans grande conviction ni plus d’envie que cela, je me levai du lit et rejoignis le salon pour enfiler mon Caberg, mettre mes pompes et me rendre à la gare en scooter. Ce rituel, je le connaissais par cœur, et aucun geste n’était effectué au hasard. Chaque chose avait une place et chaque mouvement était calculé en fonction du suivant, comme pour créer une alchimie dans cet enchevêtrement d’actes qui m’amenèrent où j’en étais à cet instant. Parfois, le hasard fait bien les choses, et une seconde de perdu lors d’une prise de décision, aussi anodine soit-elle, peut entraîner une succession d’actions qui vous ferait vivre une toute autre journée. Comme ce monde est étrange, pensai-je. Est-ce cela, le sens de la vie ? Je n’en savais rien et je ne voulais pas le savoir. Je vivais ma vie telle quelle se pointait et si elle préférait m’oublier l’espace d’un instant, c’était tant mieux. J’aimais mes moments de liberté et de tranquillité d’esprit. Une fois arrivé à la gare, je laissai mon scooter à son emplacement habituel et je rejoignis le quai en attendant mon train. Je retrouvai alors ma place au sein du wagon de tête que j’avais plaisir à briguer en premier tous les matins. Allais-je encore pouvoir admirer les jambes parfaitement galbées de ma récurrente voisine de
trajet ? J’espérais au fond de moi revivre encore et encore ce même moment passé en sa compagnie, comme une histoire qui se répétait sans fin. J’étais beaucoup trop timide pour lui adresser la parole mais lorsque je la vis monter dans le wagon, je su alors qu’elle allait venir me rejoindre. Avait-t-elle les mêmes vues que moi à son égard ? Une femme de cet âge-là se laisserait-elle charmer par un homme deux fois moins âgé qu’elle ? Aujourd’hui m’apparaissait comme un jour normal et je ne voyais pas pourquoi cela allait changer maintenant. Elle était toujours aussi classe, la salope, pensai-je. Elle portait absolument tout ce qui pouvait me filer la gaule : une robe moulante, des bottes à talons aiguilles et une fine paire de collants noirs qui se mariaient parfaitement à sa chevelure blonde coupée au carré et son air sévère. J’aimais ce genre de femme mûre qui pouvait même assumer un léger embonpoint, cela me faisait bander encore plus fort. Je ne me serais jamais lancé dans une tentative désespérée d’entamer le dialogue avec elle, et je préférais la laisser entrevoir les effets qu’elle procurait sur mes hormones. Je m’assurais d’être assis dans une position qui lui donnerait tout le loisir de mater mon entrejambe. J’avais une technique bien à moi pour voir sans être vu, en regardant au travers des fenêtres du RER dans lesquelles se reflétaient les images des voyageurs. Je surveillais ses yeux pour voir dans quelle direction ils pointaient et je la surpris en train de fixer mon sexe tendu et plaqué contre ma cuisse droite, et qui formait une bosse bien visible sous le pantalon. La bourge lorgnait dessus aussi discrètement que je la matais dans la vitre, notre petit numéro était alors bien entamé, et j’imaginais déjà à quelle fin j’allais avoir droit en appréciant les épaisses couches de maquillage qui lui recouvraient le visage. Je me foutais pas mal de savoir son âge ou encore si elle était mariée, je voulais à ce moment-là sortir mon pénis de mon jean et lui agiter sous le nez pour qu’elle en fasse bon usage.

Avertissement

Ce thème est destiné à un public légalement majeur et averti. Il contient des textes et certaines images à caractère érotique ou sexuel.

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.