À la recherche du plaisir

De
Publié par

Lizzie Paxton rêve de quitter le toit paternel mais refuse de s'encombrer d'un mari. Lorsque son ami d'enfance Jamie réapparaît après dix ans passés dans la Navy, il lui propose un marché. Il doit bientôt repartir en mission pour huit ans ; si elle l'épouse, elle aura tout ce qu'elle souhaite : un domaine, l’indépendance, la liberté... pendant que lui mènera sa vie au bout du monde. Lizzie accepte. Elle n'a jamais été conformiste, et puis Jamie est séduisant. Qu’a-t-elle à perdre ? Pourtant, devenue lady Marlowe, elle découvre qu'il se passe d'étranges choses à Glass Cottage et ne tarde pas à comprendre que son  mari-fantôme s'est joué d'elle.
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290072318
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
á la recherche du plaisir
ELIZABETH ESSEX
á la recherche du plaisir
Traduit de l’anglais (EtatsUnis) par CÈcile Ardilly
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original : THE PURSUIT OF PLEASURE Éditeur original : Brava Books, published by Kensington Publishing Corp.
Elizabeth Essex, 2010 Pour la traduction française : Éditions Jai lu, 2013
À Judith, pour son amitié et son dévouement au roman sentimental.
1
Dartmouth, Angleterre, mai 1794
 Croismoi, jamais je ne me marierai. Cest dommage, car jai toujours rêvé dêtre veuve. Sur la terrasse faiblement éclairée de la salle de bal, la voix lasse de la jeune femme flotta dans la nuit, se mêlant aux volutes de fumée qui séchap paient du cigare de Jameson Marlowe. Ce dernier serra le cigarillo entre ses dents pour se retenir de rire. Il neut pas besoin de jeter un coup dil de lautre côté de la colonne près de laquelle il se tenait pour savoir qui sexprimait ainsi. En dépit de ses longues années dabsence, il ne lavait pas oubliée. Lizzie Paxton. Aucune autre femme ne saurait être aussi ridiculement charmante.  Tu plaisantes ? sécria sa compagne, manifeste ment scandalisée.  Pas du tout. Si jétais veuve, jaurais tout : lindépendance, le statut social, la stabilité finan cière. Tout ce dont jai besoin, ajouta Lizzie avec un 9
soupir mélancolique. Un mariage sans avoir à sencombrer dun mari.  Tu nes pas sérieuse ! insista son amie. De toute évidence, elle connaissait mal Lizzie. Car Lizzie pensait toujours ce quelle disait. Il imaginait sans peine son sourire impudent tandis quelle lan çait ses opinions à la ronde telles des grenades. Marlowe esquissa un sourire, appuya la tête contre la colonne, et tira longuement sur son cigare tandis que les pensées tourbillonnaient dans sa tête et quun plan prenait forme. Cela faisait longtemps quil attendait ce moment. Et il ferait tout pour par venir à ses fins. Lizzie Paxton, lindocile. Elle ferait très bien laffaire. En fait, elle serait même parfaite. Il écrasa son cigare sous le talon de sa botte, puis sortit de derrière la colonne.  Lizzie pense toujours ce quelle dit. Nestce pas, Lizzie ? Au son de sa voix, deux jeunes femmes vêtues de robes de mousseline blanche à la dernière mode tournèrent la tête dans sa direction. Une seule lui sourit. Oh, à peine ! Lizzie. À sa vue, une douleur aiguë le traversa, comme si lon rouvrait une plaie depuis longtemps cicatrisée. En dépit des années quil avait passées à létranger, et quoiquelle ait mûri, Marlowe retrouva chez la belle jeune femme nonchalamment adossée à la balustrade la fille quil avait connue autrefois. Elle avait toujours la même chevelure fauve. La même grâce féline. Et ce même sourire espiègle de sauvageonne. Elle se redressa lentement. Sa robe serrée à la taille par une ceinture de satin vert assortie à ses 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.