7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

ABÉCÉDAIRE DE l’ART DU COMÉDIEN
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-13173-6 EAN : 9782296131736
Alain De Bock
ABÉCÉDAIRE DE l’ART DU COMÉDIEN
Avec la collaboration artistique de Marie-Hélène Masset-Thoby
L’Harmattan
Ma rencontre avec quelques grands maîtres de la pédagogie théâtrale et de la mise en scène, mon travail auprès d’eux, mes lectures, mes créations et ma propre expérience de comédien, de metteur en scène et de passeur, ont donné naissance à ce livre. Je remercie donc ici tous mes maîtres pour ce qu’ils m’ont appris : technique, humilité et éthique, ainsi queMarie-Héène Massetpourson précieuxconcours.
Préface
Être comédien, metteur en scène, réaisateur, pédagogue, demande une technique et une réfexionsursa pratiquetantpourutiiser es connaissancesque pour es transmettre. Cesprofessionsexigent une cuture ittéraire, historique,théâtrae, cinématographique, maisaussi une phiosophie de avie,une éthique, ainsi quune profonde connaissance desoi. Technique etéthiquesontindissociabementiées etnécessitentatransmission orae d’unsavoir-faire parun pédagogue-metteur enscène ’ayantapprisdesgénérations précédentes. Or, a communication orae desconnaissancesdujeu,sanscesse enrichiesaucoursdes sièces, requiertpour perdurer ’assimiation desenseignementseta capacité d’en restituer ’essentie. Leur transmission m’ensembe maheureusementde pusen pus imparfaite à notre époque, pour différentesraisons. Desformations toujourspus superficieesconduisent’acteur à croire qu’i estinutie d’étudier ’interprétationtsongtemps. Notre cuture contemporaine aisse aussi imaginer que a modernité créative peut se passer de ’expérience desgénérationsprécédentes, ou simpement survoer eur savoir. Cette absence d’écoute desmaîtresa eupour résutat, danses dernièresdécennies, d’interrompre a passation des techniques théâtraes. Pourtant, a formation de comédien estfondéesur ’oraité par nature, puisqu’eesuppose d’être confrontée à asituation de représentation pour progresser dans’apprentissage. Ee ne peut se fairesans’observation d’un pédagogue doué desensibiité qui e guide, carun acteur ne peutévauersontravaiseu auprésent. S’ajoute à ceaune absence de formation à ’enseignement théâtra qui pourrait toutefoisêtre paiée grâce àune réfexionsérieusesur a transmission de ’apprentissage de cetart. Maheureusement, chez certainsmetteursenscène etenseignants, ce manques’accompagne d’une méconnaissance de ’expérimentation dujeudes siècespassés qui eur fontignorer desrègesbien fondées, ouen appiquer d'impropres, eti n’estpasrare qu’iscroientinventer des techniques abandonnéesiya ongtemps. Lesqueesont subi — etdoivent continuer à e faire — desévoutions, aucoursdesquees sesont éiminéesdéjà bien des scories, maisqui ontposétoutesesquestions de ’interprétation. Par exempe,vouoirtravaier avecunevoixrecto
tono en refusant toute infexion,toute moduation de ’intonation signifie ne pasavoir comprisque cettetechnique n’a pourseu butque de faire comprendre pusfaciement untexte entenduparun auditoire. Lesdifférentesinfexions(travai extrêmementcompexe qui demande beaucoup detemps) dégagentes segmentsdetexte importantsquise reientaorsnatureementpourune compréhension immédiate. Une inspiration pacée habiementprovoque ’attente du spectateur etparsuiteson attention. Voiàun exempe de parti prisqui pourraitêtre perçucomme novateur parun pubic non averti aors qu’i reève en réaité d’unevisionsimpificatrice dujeuetd’un manque de connaissance deson art. Le comédien ui-même a quequefoisdesdifficutésà définir esbons paramètresd’apprentissage de ce métier. Un directeur d’acteurs priviégie presquetoujours un axe detravai dans sa méthode d’approche dujeu: e corpsete physique, ou’intériorité, oue phrasé, etexte... Faire croire que de a primauté d’un éémentde travai découera automatiquement toute reste dujeude ’acteur est une erreur d’anayse. Le phrasé, par exempe, ne donnera jamaisa totaité dupersonnage, asituation, esactionsÉvidemment, ’acteur doitapprocher a pensée de ’auteur àtravers sesmots. Son stye détermineun phraséspécifique et surtout une respiration qui peut suggérerune pensée intérieure. Toutestpresque contenudanse texte. Néanmoins, a pensée dupersonnage et, àtraversee, a thématique de ’auteur, ne pourrontémerger que dansa diaectique du jeudupersonnage dansasituation avec e phrasé du texte de ’auteur. Or,si e comédien netravaie pas tousesparamètresdujeu, avecune thode évoutive etparticuarisée pour chaque rôe, moduéeseon es textes, i n’approchera jamaise personnage dansasituation réee, ni a pensée de ’auteur parson écriture. Toutevoonté detransmettreunetechnique impique d’avoir auparavantapproché certainsmaîtres, expérimenté ongtempsa pratique dujeude ’acteur, de cutiverune réfexion pédagogiquesur cette pratique. Cumuer ces troisparamètresest une nécessité peu souvent satisfaite etj’ai e priviège de esunir, pour avoir eua chance de recueiir esavoir desanciens, joué réguièrement surscène etréféchi depuispusdetrente ansà atransmission d’unetechnique artistique. Ce ivre, qui est’aboutissementde pusieursannéesde réfexionsà partir de notespersonneesetd’expérimentations, ne peut
1
0