Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Au coeur du mystère - Une garde très rapprochée

De
432 pages
Au cœur du mystère, Rita Herron
Série Enquêtes et passions, tome 2/2

Ils enquêtent pour découvrir la vérité. Jamais ils ne se seraient attendus à trouver l’amour. Une de ses anciennes camarades de lycée a été retrouvée morte. Assassinée. Et c’est la seconde fois en deux mois qu’un crime odieux touche ses proches… Bouleversée, le shérif Amanda Blair parvient à la seule conclusion possible : elle connaît le tueur en série qui sévit à Sunset Mesa. Mais qui, parmi ses anciens amis, s’est transformé en un monstre vengeur et assoiffé de sang ? Afin de le découvrir, Amanda a accepté l’aide de Justin Thorpe, un profiler spécialisé dans ce type d’affaires. Un homme qui la trouble au plus haut point, mais dont elle devra pourtant se tenir à distance si elle veut parvenir à exhumer les secrets les plus sombres de son passé…

Une garde très rapprochée, Mallory Kane
— Qui êtes-vous ? Où est le sénateur ? L'inconnu se retourne en pointant une arme vers elle. Laney comprend aussitôt, terrifiée, qu’il vient d’assassiner son patron. Tout à coup, un bruit étouffé la fait tressaillir. Une balle l’a touchée. Elle tombe au sol, terrassée par la douleur. Elle essaie bien d’appeler à l'aide, mais son cri reste bloqué dans sa gorge tandis que, peu à peu, les ténèbres l’engloutissent… Lorsqu’elle émerge de sa torpeur, quelques heures plus tard, un visage d’une rare beauté lui fait face. L’homme se présente. Il s’appelle Ethan Delancey, il est inspecteur de police à La Nouvelle-Orléans. Et, puisqu’elle est désormais un témoin clé dans l’enquête qu’il mène, il la protégera…

Voir plus Voir moins
Prologue
Elle n’avait pas envie de mourir. Mais la personne qui lui avait aimablement proposé de la prendre en stop, alors que sa voiture était en panne dans la banlieue de Sunset Mesa, la personne qui, croyait-elle, lui avait évité de marcher en pleine nuit sur une route déserte, venait de dévoiler son insoupçonnable folie. Une haleine fétide lui balayait la joue et son estomac se révulsa. — Je vous en supplie, murmura-t-elle. Les mots moururent sur ses lèvres quand des doigts resserrèrent la ceinture autour de son cou. Des gravillons roulèrent sous ses semelles tandis que son assaillant la tirait vers le bord du ravin et l’obligeait à regarder le terrain caillouteux en contrebas. Des centaines de mètres s’étiraient entre elle et le sol. Même si elle parvenait à atterrir sur l’avancée relativement plate en surplomb des rochers déchiquetés, l’impact de la chute la tuerait. — Voilà où est ta place, siffla la voix démente. Les mauvaises filles comme toi méritent la mort. — Non, je vous en prie, arrêtez, hoqueta-t-elle. Pourquoi me faites-vous ça ? Des yeux révulsés de rage la fixèrent. — Tu sais pourquoi. Ses poumons luttaient pour maintenir leur fonction ventilatoire, mais l’air ne leur parvenait presque plus et la tête commençait à lui tourner. Elle ne comprenait pas. Elle ne savait pas pourquoi cette personne voulait sa mort. Pourquoi quiconque aurait pu vouloir qu’elle disparaisse. Elle fut poussée encore plus près du bord, et ses jambes se mirent à prendre mollement dans le vide comme celles d’une poupée de chiffon. Elle ne pouvait pas lutter. Il n’y avait plus une once d’énergie dans son corps. Elle ne pouvait plus bouger les mains, encore moins lever les bras… Des larmes roulèrent sur ses joues tandis que les étapes clés de sa vie défilaient devant elle : la dernière fois que sa mère lui avait brossé les cheveux avant de mourir, les chasses aux œufs de Pâques, les fêtes de Noël, les cours de danse et le bal de fin d’année du lycée… Quelques petits amis, des fêtes complètement folles à l’université… et son futur mariage. Elle avait choisi sa robe et son bouquet — des roses blanches. Son enterrement de vie de jeune fille devait avoir lieu aujourd’hui même. Et sa lune de miel sur une île au soleil… Elle avait rêvé devant le sable blanc et les palmiers sur les brochures, mais elle ne les verrait jamais en vrai. La douleur fendit sa poitrine en deux comme un coup de couteau. La nausée se mêla à la terreur. Puis le vert vibrant du printemps se transforma en ténèbres tandis que la mort venait la chercher.
1
Le sergent Justin Thorpe était un solitaire. Il l’avait toujours été et le serait toujours. C’est ce qui expliquait pourquoi il était aussi doué dans son travail. Pas d’entraves pour le distraire ou l’empêcher d’évoluer. L’estomac noué par la nervosité, il fixa le corps partiellement décomposé qui flottait à la surface de la rivière. Quelque chose lui disait qu’il s’agissait d’une des filles disparues à Sunset Mesa. Au début, personne n’avait fait le lien entre les disparitions, mais il avait noté que celles-ci avaient toujours lieu au printemps. Pour le moment, il n’était pas parvenu à établir d’autres connexions, mais cela viendrait. Ce n’était qu’une question de temps. Stony Sagebrush, le médecin légiste, s’accroupit pour observer le corps, tandis que deux experts de la police scientifique commençaient à inspecter la berge. — A quand remonte la mort ? demanda Justin. — Difficile à dire. L’air désabusé, le Dr Sagebrush repoussa ses lunettes sur son nez et soupira. — La température de l’eau a pu ralentir la décomposition, mais je pense que ça fait un moment. Peut-être deux mois. Le regard du médecin s’étrécit tandis qu’il écartait du visage de la jeune femme quelques mèches de cheveux mouillés et emmêlés. — Regardez ça, dit-il, en désignant des ecchymoses sur le cou. Justin observa la profonde ligne rouge large de près de deux centimètres qui entourait la gorge de l’inconnue. — Elle a été étranglée, constata-t-il. On dirait que le tueur a utilisé une ceinture. Stony Sagebrush approuva d’un signe de tête. — C’est probablement ce qui a causé sa mort, mais je ne peux pas me prononcer avant de l’avoir examinée. S’il y a de l’eau dans ses poumons, ça veut dire qu’elle était encore vivante quand on l’a jetée ici. Justin eut l’estomac noué en imaginant cette pauvre fille en train de lutter jusqu’à son dernier souffle. La force du courant et la présence de nombreux rochers affleurant à la surface faisaient de cet endroit le terrain de jeu favori des adeptes du rafting. Si elle était vivante quand on l’avait jetée à l’eau, ses derniers instants avaient dû être atroces. Après dix ans passés à traquer des tueurs en série, Justin connaissait la musique. Pourtant, la mort absurde d’une jeune femme le bouleversait toujours autant. Le légiste souleva les paupières de la victime, révélant des hémorragies pétéchiales sur ses globes oculaires, et Justin en conclut qu’elle était morte par strangulation. L’un des experts scientifiques exhuma de la rive limoneuse une chaussure de tennis et la compara au pied de la victime. — Ça pourrait être la sienne. Nous allons l’examiner et voir ce que nous pouvons en tirer. Jim hocha la tête. — Je vais faire un tour pour voir si je trouve quelque chose. Mais il y a fort à parier qu’elle n’a pas été tuée ici.
* * *
Le shérif Amanda Blair sirotait son énième café de la journée tout en triant distraitement son
courrier quand une enveloppe au logo du lycée attira son attention. Elle l’ouvrit avec un empressement mêlé d’appréhension. L’invitation à la réunion des anciens de Canyon High confirma ses craintes. Elle avait quitté Sunset Mesa après sa dernière année de lycée. Elevée par un père qui appartenait à la division de police des Texas Rangers, elle avait su très vite qu’elle voulait suivre ses traces et entrer dans les forces de l’ordre, mais il n’y avait pas d’opportunité pour elle à Sunset Mesa. De toute façon, rien ne l’y retenait. Ni meilleure amie ni tendre amoureux. Personne à qui elle manquerait. Personne même pour lui demander quels étaient ses projets d’avenir. Elle avait toujours été une solitaire, un garçon manqué, plus intéressée par les enquêtes de son père que par les papotages ridicules des filles de l’école à propos du maquillage, de la mode et des garçons. De même qu’elle avait choisi le softball et la natation plutôt que la troupe de pom-pom girls et les compétitions de danse, elle s’était toujours sentie plus à l’aise en accompagnant les garçons à des événements sportifs plutôt qu’en participant à des soirées-pyjama ou des séances de shopping avec les filles. Mais un événement était venu bouleverser la monotonie de sa vie de lycéenne : la mort de Carlton Butts. Le décès d’un adolescent n’est pas dans l’ordre des choses, surtout lorsqu’il s’agit d’un suicide. Aujourd’hui encore, elle était hantée par le regret de ne pas avoir été une meilleure amie pour lui, de ne pas avoir senti à quel point sa dépression était profonde. Pendant des années, elle avait fait des cauchemars où elle le voyait se jeter au fond du canyon. En fait, nombreux étaient les gens en ville qui surnommait maintenant cet endroit le canyon de Carlton. De temps à autre, elle avait même l’impression d’entendre Carlton murmurer son nom, l’appeler à l’aide. La supplier de le sauver de lui-même. Mais elle était passée à côté des signaux d’alerte. La culpabilité l’avait poussée à chercher des réponses, mais sa quête était restée vaine. Puis des jeunes femmes avaient commencé à disparaître à travers le Texas, dont deux à Sunset Mesa, et elle avait ressenti le besoin d’y retourner. Parce qu’elle n’avait pas réussi à aider un de ses camarades, elle devait découvrir ce qui était arrivé à ces inconnues. Lorsqu’un poste de shérif adjoint s’était libéré à Sunset Mesa, elle avait postulé. Le shérif Lager était un ami de son père, et il avait soutenu sa candidature. Souffrant d’un début d’Alzheimer, il n’avait pas tardé à lui faire part de son souhait de prendre sa retraite. Avec un soupir, elle remit le carton d’invitation dans l’enveloppe. Il n’y avait personne de sa classe qu’elle avait envie de revoir, et elle n’était pas certaine d’assister à l’événement. Mais son travail consistait à trouver des réponses et, si l’un d’entre eux avait des informations sur les femmes disparues, rien ne valait une réunion informelle où tout le monde était supposé être ami pour glaner discrètement des informations. Séduite par cette idée, elle glissa l’enveloppe dans les pages de son agenda de bureau, et entra la date dans le calendrier de son téléphone. Cette semaine, elle avait prévu un pique-nique en famille, un cocktail et une soirée dansante. Ni mari ni enfants pour elle. Une image de Julie Kane et Thurston Howard ouvrant le bal en tant que reine et roi de la promotion lui rappela qu’elle avait toujours fait tapisserie. Mais elle n’était plus une gamine au physique ingrat, désormais. Et elle était shérif. Ce n’était pas une stupide réunion du lycée qui allait la transformer de nouveau en adolescente timide et mal dans sa peau ! La porte du poste de police s’ouvrit soudain avec brutalité, et Amanda releva la tête. Larry Lambert, le directeur de la banque locale, entra d’un pas de hussard, l’air très inquiet. Un homme d’une trentaine d’années l’accompagnait, la coiffure échevelée comme s’il n’avait cessé d’y passer les mains. La tension entre les deux hommes était palpable, jetant un froid soudain sur la pièce.
Amanda se leva et contourna son bureau. — Monsieur Lambert… — Vous devez nous aider, shérif Blair. Ma fille Kelly… Le colosse d’un mètre quatre-vingts avait les larmes aux yeux. — Elle n’est pas rentrée à la maison la nuit dernière. Cette nouvelle attrista Amanda. Le printemps aurait dû être une période de renouveau et d’allégresse. Au lieu de quoi, une autre jeune femme avait disparu, comme chaque année à la même époque. Une personne avec qui elle était allée à l’école, et qui avait le même âge qu’elle… Ça ne correspondait pas au schéma du tueur en série. Kelly était plus âgée que les adolescentes disparues. Pour autant, il ne fallait pas négliger la piste d’une disparition criminelle.
* * *
Justin attendait avec impatience de connaître les résultats de l’autopsie, et il n’avait pu s’empêcher d’appeler le laboratoire de la police dès la première heure. On avait promis de le rappeler le plus vite possible, mais il n’avait toujours pas de nouvelles. Suspectant que la victime pouvait être une des filles disparues à Sunset Mesa, il décida de rendre visite au shérif. Il s’était déjà entretenu avec Amanda Blair à la faveur d’une enquête non élucidée rouverte par le shérif de Camden Crossing. L’affaire concernait la propre sœur du shérif et la meilleure amie de celle-ci, Peyton Boulder. Les deux filles avaient disparu sept ans plus tôt au cours d’un accident de bus. Au début, ils avaient pensé à un lien avec les disparitions de Sunset Mesa mais avaient fini par découvrir qu’il n’en était rien. Un paysage de terres arides défilait le long de l’autoroute, baigné par les lueurs orangées du soleil couchant. Au loin, les contreforts de la chaîne rocheuse s’obscurcissaient, mais sa crête déchiquetée baignait dans une lumière flamboyante. La région était si belle que Justin regrettait de s’y trouver pour traquer un tueur en série plutôt que pour y passer des vacances. Mais il ne restait jamais très longtemps dans un même endroit, et il n’y avait aucune raison qu’il s’attache à cette ville plutôt qu’à une autre. Après avoir quitté l’autoroute, il parcourut quelques kilomètres sur une route secondaire déserte, et finit par apercevoir au nord un ranch de taille modeste, avant que n’apparaisse le panneau signalant l’entrée de Sunset Mesa. La ville semblait tout droit sortie d’un vieux western, avec sa large rue principale flanquée de commerces aux façades anciennes. Le poste de police, la prison et le tribunal étaient abrités dans un bâtiment en pisé couleur ocre. Il se gara le long du trottoir et se dirigea vers la porte principale. Lorsqu’il avait parlé pour la première fois au téléphone au shérif Blair, il s’était fait l’image d’une femme assez masculine à cause de sa voix grave et un peu rauque. Puis il l’avait rencontrée brièvement, et s’était rendu compte de son erreur. Même l’uniforme ne parvenait pas à masquer ses courbes et sa beauté. Mais peu importait de quoi elle avait l’air. Il était là pour accomplir une mission, et rien d’autre. Le plancher grinça sous ses bottes lorsqu’il entra. Il eut à peine le temps d’observer les vieilles photos en noir et blanc de la ville qui ornaient les murs jaune pâle que des bruits de voix éclatèrent à l’arrière. Il se rapprocha et frappa à la porte. Quelques instants après, une femme apparaissait. Pas très grande, avec des courbes affolantes, elle avait les cheveux d’un roux évoquant les feuilles d’automne. Une fois de plus, il fut subjugué par son apparence. Des yeux verts pailletés d’or se posèrent sur lui, exprimant une légère contrariété. — Madame, dit-il en effleurant le bord de son Stetson. Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, je suis le sergent Justin Thorpe, des Texas Rangers. Elle le détailla de la tête aux pieds et, pour la première fois de sa vie, il eut peur de ne pas avoir laissé une impression marquante. D’habitude, il se souciait peu de ce que ses collègues pensaient de lui, mais il y avait quelque chose chez cette femme qui lui donnait envie qu’elle l’admire. — Oui, je me souviens de vous, dit-elle. Rien dans son intonation ne lui permettait de savoir si c’était en bien ou en mal.
— Quelqu’un vous a appelé pour que vous veniez ici aujourd’hui ? demanda-t-elle. Il grimaça, confus. — Non, je voulais vous parler des personnes disparues. — Vous êtes au courant pour Kelly Lambert ? — Kelly Lambert ? Justin essaya de se rappeler les noms de toutes les femmes sur la liste, mais celui-ci ne lui disait rien. Le shérif Blair aurait-elle reçu avant lui des informations sur la dernière victime ? — La jeune femme qui a disparu la nuit dernière, expliqua-t-elle. Son père et son fiancé sont dans mon bureau. Justin comprit la raison des éclats de voix. Mais la femme de la crique ne pouvait pas être Kelly Lambert car son décès remontait à des mois. Ce qui signifiait que Kelly Lambert était peut-être encore en vie…
TITRE ORIGINAL :COLD CASE AT CARLTON’S CANYON Traduction française :CAROLE PAUWELS ® HARLEQUIN est une marque déposée par le Groupe Harlequin ® BLACK ROSE est une marque déposée par Harlequin S.A. © 2014, Rita B. Herron © 2014, Harlequin S.A. Le visuel de couverture est reproduit avec l’autorisation de : Paysage : © GETTY IMAGES/RON CHAPPLE STUDIOS/ROYALTY FREE Femme : © GETTY IMAGES/VETTA/ROYALTY FREE Réalisation graphique couverture : T. SAUVAGE Tous droits réservés. ISBN 978-2-2803-2082-5
Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de l’ouvrage, sous quelque forme que ce soit. Ce livre est publié avec l’autorisation de HARLEQUIN BOOKS S.A. Cette œuvre est une œuvre de fiction. Les noms propres, les personnages, les lieux, les intrigues, sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés dans le cadre d’une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des entreprises, des événements ou des lieux, serait une pure coïncidence. HARLEQUIN, ainsi que H et le logo en forme de losange, appartiennent à Harlequin Enterprises Limited ou à ses filiales, et sont utilisés par d’autres sous licence.
ÉDITIONS HARLEQUIN 83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. Service Lectrices — Tél. : 01 45 82 47 47 www.harlequin.fr