Au-delà de l'innocence

De
Publié par

Edward, comte de Greystowe, est consterné : Freddie, son jeune frère qu’il adore, vient de se faire surprendre dans une situation compromettante avec un valet ! Les journaux satiriques se sont déjà emparés de l’affaire. Comment étouffer le scandale ? En mariant Freddie dans la foulée, décide Edward. Affaire conclue avec Mlle Florence Fairleigh, tout juste débarquée de sa province dans l’espoir de faire un mariage de raison pour assurer son avenir. Elle a toutes les qualités requises : la beauté, les bonnes manières... Oui, tout est parfait. À un détail près : dès qu’Edward la voit, le désir l’embrase.
Couverture : Piaude d’après © Ilina Simeonova / Trevillion Images
© Emma Holly, 2001
Pour la traduction française © Éditions J’ai lu, 2014
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290096956
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Emma Holly
Auteur originaire du New Jersey, ses livres figurent sur la liste des bestsellers d’USA Today. Elle a crit plus d’une vingtaine de livres et s’est spcialise dans les romances historiques et contemporaines sensuelles. Elle a su s’imposer par son style et l’audace de son criture.
AudelĀ de l’innocence
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Passion Ā nu Nº 7680 Le bal de tous les dangers Nº 8564 Les charmes discrets de Batrix Nº 8926
Belle Ā croquer Nº 9025
EMMA HOLLY
AudelĀ de l’innocence
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Agathe Nabet
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original BEYOND INNOCENCE Éditeur original A Jove Book published by The Berkley Publishing Group, a division of Penguin Putnam Inc., New York
Emma Holly, 2001 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2014
Pour ma sœur Laurie, qui m’a enseigné deux ou trois secrets sur les frères et sœurs aînés… C’est toi la meilleure !
Londres, 1873
Prologue
 Un valet ! fulmina Edward. On ta surpris en compagnie dunvalet! La colère lavait fait bondir de son siège et il agrip pait le rebord de son bureau comme si la pression de ses doigts avait le pouvoir deffacer la confession de son frère. Face à lui, son jeune frère Freddie, la cheville calée sur son genou, affectait détudier ses ongles parfaite ment manucurés. Cette attitude faussement noncha lante lui seyait à merveille. Avec sa chemise dun blanc immaculé et son gilet rehaussé de broderies, il aurait pu poser pour un portrait intituléJeune homme au repos, sa beauté se trouvant comme rehaussée par lélégant désordre de sa mise. Son visage, cependant, reflétait un évident désarroi.  Cest à cause de ses mollets, déclaratil, cher chant à atténuer sa faute dun trait dhumour. Tu sais bien que je nai jamais su résister à une paire de jolies jambes. 9
Le buste dEdward saffaissa et il se laissa choir sur son fauteuil comme si ses genoux refusaient soudain de le soutenir.  Freddie, si je croyais une seule seconde que tu penses vraiment ce que tu viens de dire, je me tailla derais les veines. Freddie redressa brusquement la tête, choqué par lintonation de son frère. Inquiet, il essuya les paumes de ses mains moites sur son pantalon.  Tu sais bien quil nen est rien, ditil. Tu me connais, je ne peux pas laisser passer une occasion de faire un bon mot Disons que cet incident relève de légarement passager. Dune tentative de revivre mes années détudiant ou quelque ineptie du même ordre. Edward couvrit son visage de ses mains. En dépit de son apparente légèreté, la réponse de Freddie ne parvenait pas à masquer son tourment. Il se repro cha une fois de plus de lavoir envoyé étudier à Eton. Le fait que plusieurs générations de Burbrooke y soient allées avant lui ny changeait rien. Il aurait dû se douter quun garçon aussi sensible ne survivrait pas à un tel abîme de dépravation. Edward avait dix sept ans quand il avait pris cette décision, peu après le décès de leurs parents, son frère de douze ans se retrouvant sous sa tutelle. Il avait cru quEton ferait du bien à Freddie. Quil trouverait ainsi sa place dans la société. Une main tiède se posa sur sa nuque. Freddie sétait perché sur le coin du bureau.  Allons, murmuratil, pressant légèrement son cou. Ne taccable pas ainsi. Tu nétais même pas présent. Edward laissa échapper un soupir et redressa la tête. Ses traits sétaient durcis.  Qui ta découvert ? 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi