Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Avec toi… peut-être

De
200 pages
Céder ? Jamais !



***



– Tu danses ? dis-je spontanément avant de me mordre la langue.


Se sentir bien avec lui ne veut pas dire perdre la tête non plus ! Ce que j’ai visiblement tendance à faire un peu trop facilement dès qu’il est dans les parages.


– Je bosse. Mais j’ai du mal à me concentrer, ajoute-t-il.


Qu’est-ce que je dois lui répondre ? Son regard est si intense, si… franc, qu’il me met en confiance. Qu’est-ce que je risque après tout ? Il m’attire. Énormément. Pourquoi ne pas en profiter ? Pour une fois, je pourrais penser à moi, à mon désir, à mes envies.

Alors, je décide de m’avancer un peu vers lui tout en continuant à danser. Je le vois se crisper et je lui souris, contente de sa réaction. Il n’est visiblement pas insensible lui non plus. J’ai bien remarqué les regards féminins qu’il attire, mais lui, en ce moment, il est fixé sur moi. Il détaille mes hanches puis remonte vers ma poitrine et s’arrête sur ma bouche. Il soupire puis m’attrape la main.


– J’ai besoin d’une pause, murmure-t-il en me tirant vers lui. Viens avec moi.


Monsieur Muscles se dirige vers une porte de secours. Il sort une carte de son jean qu’il passe sur le petit boîtier noir qui clignote, sûrement pour désactiver une alarme, et me fait sortir.


L’air froid me fait frissonner mais pas plus que le corps du vigile qui se plaque contre le mien. Il me fait reculer jusqu’au mur et capture ma bouche pour un baiser fougueux et passionné. C’est électrique. Incroyable. Je ne peux pas regretter de l’avoir suivi ici. Les sensations qu’il déclenche sont délicieuses et ne demandent qu’à être approfondies.

Je m’accroche à ses solides épaules et entrouvre les lèvres pour goûter sa langue. Nos souffles s’accélèrent et, sentant son érection contre mon ventre, je gémis, de plaisir et de frustration. J’en voudrais plus. Ce qui est inquiétant et excitant en même temps. Est-ce que je peux me laisser totalement aller avec lui ?


Pourquoi pas ?



***



Quand Jade décoche une droite à un dragueur lourd en boîte, elle ne se doute pas que ce geste va bouleverser sa vie !


Car elle attire l’attention du vigile, aussi beau qu’imposant, qui porte bien son surnom : Monsieur Muscles. Il est secret, dangereux… irrésistible. Et pour la première fois de sa vie, Jade succombe à une nuit avec un inconnu.
Sauf qu’elle apprend quelques jours plus tard qu’il n’est pas seulement vigile et qu’elle va devoir bosser avec lui sur le projet le plus important de sa carrière. Entre attirance et agacement, Jade ne sait plus où donner de la tête.


De son côté, Monsieur Muscles dissimule de nombreux secrets, et certains pourraient s’avérer fatals…



***



Avec toi… peut-être, de Sarina Cassint, volume 1/1


Cadeau : à la fin de ce livre, découvrez gratuitement l’extrait d’une autre romance !
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait
Je retrouve Cynthia en essayant de ne pas passer la langue sur mes lèvres gonflées. J’ai encore le goût de cet exquis baiser et des images coquines plein la tête. J’ai sûrement perdu la raison. Mon amie ricane face à mon air un peu perdu et me prend la main pour m’entraîner vers le bar. Au loin, j’aperçois Monsieur Muscles – alias Antoine – en discussion avec un de ses collègues. Je détourne les yeux à regret et accepte le cocktail que dépose la serveuse devant moi.

– Dis donc, il est plutôt beau gosse le vigile, me taquine Cynthia, penchée vers moi.
– Il embrasse aussi très bien, réponds-je, rougissant comme une gamine.


Je crois qu’elle a bien failli recracher sa gorgée. La jolie blonde ouvre de grands yeux et éclate de rire. Elle me tapote ensuite le genou, ravie pour moi.

– Tu m’impressionnes, dit-elle sérieusement. J’espère que tu ne comptes pas le laisser filer. Amuse-toi, pour une fois.
– On a prévu de se retrouver quand il aura terminé.

Cynthia approuve puis me serre la cuisse, comme pour me féliciter, et je ne sais pas comment je dois le prendre. C’est vrai que je ne suis pas très spontanée d’habitude, j’aime planifier, savoir où je vais. Et là, je me laisse complètement porter. C’est une soirée particulière et je suis sûre que cela ferait plaisir à Sophie. Mon amie semble lire dans mes pensées.

– Ta sœur serait fière de toi. Tu tiens ta promesse, ma belle.

Je souris, émue, et essuie discrètement les larmes qui me sont venues. Parler de ma sœur me fait encore mal, même après ces longs mois de deuil. Dans ses derniers moments, Sophie m’a fait promettre de fêter dignement la date anniversaire de sa mort, de sortir, de ne pas rester seule à broyer du noir. Aujourd’hui, cela fait un an que ma grande sœur a été emportée par le cancer qui la rongeait depuis plusieurs mois.

Je reste sage pendant l’heure qui passe. Je danse, un peu et sans extravagance, et je papote pas mal avec Cynthia près du bar. Je n’ai pas pris d’autres verres, j’ai peur d’être rapidement éméchée, et je veux absolument me souvenir de ce qui va se passer ensuite. L’impatience est là, mais aussi un peu d’angoisse. Sortir avec un homme, ce n’est pas dans mes habitudes. Et s’il me trouvait trop inexpérimentée ?

Ces phases de doute s’envolent dès que je croise son regard. À voir le désir dans ses yeux, un feu brûlant éclate dans mon bas-ventre et apaise mes craintes.

Antoine, qui retient mon attention dès qu’il passe dans mon champ de vision, est accosté par une rousse dont la ligne est digne d’un mannequin. Je fronce les sourcils en la voyant poser sa main sur l’avant-bras de Monsieur Muscles. Il l’écoute, mais distraitement, car il a surpris mon visage contrarié, et reste fixé sur moi. Je frissonne et lui retourne un timide sourire. Il soupire, reporte son attention sur la rousse, qui ne semble pas avoir vu notre échange, et la mène jusqu’aux escaliers qui conduisent à l’étage VIP. Je me demande bien quelle peut être l’ambiance là-haut. Je ne le vois pas redescendre et ma poitrine se comprime. Et s’il restait avec la jolie mannequin finalement ?

– Quelque chose ne va pas ? m’interroge Cynthia en suivant mon regard vers l’étage. Tu as perdu ton bel apollon de vue ?
– Bel apollon qui se fait draguer par toutes les femmes de la boîte, ronchonné-je, nez baissé vers mes chaussures.
– Tiens donc, où est la Jade sûre d’elle, celle qui prend tout à bras-le-corps sans flancher ? Tu es bien plus jolie que la plupart des pouffiasses présentes ce soir. Ce n’est pas artificiel chez toi et ça a dû lui plaire. S’il change d’avis malgré tout pour une autre, c’est qu’il a de la merde dans les yeux.

Sa boutade me détend. Elle n’a pas besoin d’alcool pour parler franchement mais disons qu’elle est encore plus spontanée que d’habitude. En tout cas, je peux compter sur elle pour me remettre les idées en place. Après tout, je suis là pour m’amuser, pas pour me prendre la tête.


J’ai réussi à l’occulter, ou du moins à ne plus guetter ses faits et gestes, quand Monsieur Muscles se glisse derrière moi.

– Je t’ai manqué ? chuchote sa voix grave pendant que ses lèvres déposent de légers baisers dans mon cou.
– Peut-être un peu, glissé-je avec un haussement d’épaules.

Oui, c’est définitivement facile d’être naturelle avec lui.