Brûlants secrets - Mariés sur contrat (Harlequin Black Rose)

De
Publié par

Brûlants secrets, Marie Ferrarella

Le jour où Dylan McMorrow sonne à sa porte, Lucy Alvarez est bouleversée : jamais elle ne pensait revoir un jour celui qu'elle considérait comme l'homme de sa vie, avant qu'il ne la quitte neuf mois plus tôt, sans la moindre explication. Que va-t-il faire ? Et surtout, va-t-il comprendre qu'il est le père de l'enfant qu'elle porte, à qui elle doit donner naissance dans quelques jours ? Mais Dylan ne semble guère préoccupé par son état, car il a une autre nouvelle à lui apprendre : le frère de Lucy a trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses, et il a été chargé de l'affaire...

Mariés sur contrat, Merline Lovelace

Tout juste embauchée par les services secrets, Gillian Ridgeway apprend qu'elle doit se rendre en Chine pour y démanteler un réseau de dangereux criminels. Une entreprise qu'elle se sentirait de taille à réussir si on ne lui avait assigné Mike Callahan comme coéquipier, un ami de sa famille de vingt ans son aîné, qui l'a formée et qu'elle aime en secret depuis des années. Une tâche d'autant plus difficile qu'elle devra se faire passer pour sa jeune épouse, et refréner en permanence les sentiments véritables qu'elle éprouve à son égard.

Publié le : samedi 1 août 2009
Lecture(s) : 24
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280277310
Nombre de pages : 512
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1

— Y a des types qui n’ont vraiment pas de chance. Tu vois ce que je veux dire ?

Pris d’une quinte de toux, Alexander dut s’interrompre un instant. Quand elle se fut calmée, il poursuivit à l’intention de son coéquipier :

— Bedford est soi-disant l’une des villes les plus sûres du pays, et ce pauvre type se fait descendre en plein dans le centre historique !

Assis à son bureau de l’autre côté de la cloison d’un mètre vingt, Dylan McMorrow entendit un froissement de Cellophane. Marcus Alexander, un flic plutôt corpulent, venait de plonger dans sa réserve de caramels. On pouvait le suivre à la trace dans tout le bâtiment grâce aux papiers d’emballage.

— Peut-être pas, répondit Hathaway, son coéquipier. Le corps a pu être déplacé.

— Ouais, mais c’est là qu’on l’a trouvé. Donc, ça dépend de notre juridiction.

Cette remarque fut suivie d’un bruit de tiroirs qu’on ouvrait et refermait. Agacé, Dylan leva les yeux de son écran d’ordinateur. Alexander était toujours à la recherche de quelque chose pour écrire. Et à en juger par le vacarme qu’il faisait, il ne l’avait pas trouvé.

Dylan tenta de se concentrer sur le rapport qu’il devait rédiger, mais il avait du mal à faire abstraction de ce qui se passait dans le bureau d’à côté.

— C’est mon premier homicide, remarqua Alexander. Et toi, tu as déjà fait ça ?

Hathaway eut un petit rire condescendant.

— Attends, je viens de Los Angeles.

— Ah oui, j’avais oublié.

Un autre tiroir claqua.

— Au moins, on a son identité. Ritchie Alvarez.

A ce nom, les doigts de Dylan s’immobilisèrent sur le clavier.

Le département de police de Bedford était situé dans un immeuble de trois étages, et la section des enquêteurs, comme tout le reste, bénéficiait de ce qui se faisait de mieux en matière d’équipement et de confort de travail. Il y avait un ordinateur sur le bureau de chaque enquêteur, et non une unique et défaillante machine à écrire électrique pour tout le service, comme dans son ancien poste.

Pourtant, ce n’était pas à cela que pensait Dylan, ni même à la raison qui l’avait fait revenir à Bedford après un congé sabbatique de six mois.

Il pensait à une femme. Une femme à la peau ambrée et aux cheveux aussi sombres que l’ébène.

Lucy.

Le ventre noué comme chaque fois qu’il pensait à elle, il prit une profonde inspiration.

Alvarez était un nom assez répandu. Il était fort possible qu’il s’agisse de quelqu’un d’autre.

Oui, mais combien de Ritchie Alvarez y avait-il dans une ville de la taille de Bedford ?

Repoussant son siège, Dylan se leva et s’adressa à ses collègues par-dessus la cloison.

— Comment savez-vous son nom ?

Surpris par sa question, Alexander faillit renverser sa tasse de café.

— Mince, McMorrow ! s’exclama-t-il d’un air outré. Tu n’as rien d’autre à faire que de nous espionner ?

Dylan détestait laisser filtrer ses émotions. Bien qu’il ait peur que ses soupçons soient confirmés, il conserva un visage impassible, comme à son habitude.

— Je n’espionnais pas. Tu parles tellement fort qu’il est impossible de ne pas t’entendre.

Il s’était exprimé d’une voix calme et courtoise. Mais quelque chose dans son intonation indiquait qu’il valait mieux ne pas lui chercher de noises.

Il fit le tour de la cloison afin de rejoindre ses collègues.

— Comment avez-vous eu son nom ?

Alexander prit une pochette en plastique sur son bureau. A l’intérieur se trouvait une feuille de papier froissée.

— C’est une lettre de sa banque, répondit-il en la lui tendant. On l’a trouvée chiffonnée dans la poche intérieure de sa veste. Le meurtrier n’a pas dû la voir quand il a pris le portefeuille.

Hathaway se tourna vers Dylan.

— En quoi ça t’intéresse ? Tu le connais ?

— Possible.

Dylan parcourut la lettre notifiant à un certain Ritchie Alvarez que son compte courant était à découvert. Une fois de plus.

Du Ritchie tout craché, songea-t-il en rendant la pochette à son collègue.

— Je peux voir les photos de la victime ?

— Ouais, fit Alexander. Attends une minute que je les retrouve.

Son bureau était recouvert de dossiers, de papiers et de notes, à tel point qu’un autre que lui n’aurait pu s’y retrouver. En fouillant dans ce désordre, il finit par retrouver les clichés, glissés entre deux dossiers.

Dylan prit les photos.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Aime-moi, Casanova

de editions-gallimard

Un coupable presque parfait

de flammarion-jeunesse