Chasseuse de vampires (Tome 6) - La légion de l’Archange

De
Publié par

Des anges qui tombent du ciel ? Il n'en fallait pas plus pour retrouver Elena, Raphael et la Guilde des Chasseuses de vampires dans un sixième tome de Nalini Singh décapant !
"Depuis que les oiseaux et les anges de New York sont subitement tombés du ciel, succombant à un mal inconnu et inquiétant, la ville n’est pas loin de céder à la panique.
Manigance ou conséquence de la Cascade ? Si Raphael et moi ne trouvons pas rapidement l’origine de ce fléau, l’intérêt de nos ennemis ne tardera pas à être éveillé, car ils n’attendent qu’une preuve de faiblesse de mon Archange pour agir…"
Publié le : mercredi 10 septembre 2014
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290093061
Nombre de pages : 544
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C h a s s e u s e d e v a m p i r e s  6 L a L é g i o n d e lA r c h a n g e
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Le sang des anges Chasseuse de vampires – 1 N° 9504
Le souffle de l’Archange Chasseuse de vampires – 2 N° 9677
La compagne de l’Archange Chasseuse de vampires – 3 N° 9887
La lame de l’Archange Chasseuse de vampires – 4 N° 10178
La tempête de l’Archange Chasseuse de vampires – 5 N° 10372
Le murmure des anges N° 10628
Nalini Singh
C H A S S E U S E D E V A M P I R E S  6
L a L é g i o n d e lA r c h a n g e
TR A D U I TD ELA N G L A I S ( ÉT A T S UN I S) P A R LU C E MI C H E L
Titre original : ARCHANGEL’S LEGION
Éditeur original : The Berkley Publishing Group. Penguin Group (USA) Inc.
© Nalini Singh, 2013
Pour la traduction française : © Éditions J’ai lu, 2014
Chapitre 1
Elena observait les canards qui se donnaient des coups de bec dans l’étang de Central Park et se remé mora la dernière fois où elle était venue là. Elle s’était assise sur le même banc, songeant que même ces pauvres bêtes étaient violentes, son esprit luttant fré nétiquement pour trouver une issue au chaos dans lequel elle s’était fourrée – et qui l’avait menée à poursuivre un Archange fou pour le compte d’un autre Immortel tout aussi meurtrier. Une ombre scintillant d’or blanc attira son regard vers le ciel, comme en écho à ce jour fatidique. — Salut, Archange. Raphael replia ses ailes, le regard posé sur les canards. — Que leur trouvestu de si fascinant ? — Rien. C’est juste que j’aime bien cet endroit. (Les ailes d’Elena étaient écrasées inconfortablement contre le dossier du banc conçu pour les mortels et les vampires. Elle se mit debout.) Je crois bien que tu devrais faire installer un nouveau banc làbas. Elle désigna un emplacement qui faisait face à celui où elle se trouvait ; il serait dans l’ombre des douces feuilles vertes d’un cerisier en été, et de ses fleurs d’un rose pastel au printemps. À la minute présente,
7
le baiser de l’hiver l’avait dépouillé, et l’arbre était nu, désolé, aux côtés de ceux au feuillage persistant. — Cela sera fait, déclara Raphael avec la froide arrogance qui donnait à Elena l’envie de le ramener à leur lit. Tu as bien conscience que tu as les moyens d’en payer de nombreux toimême ? Elena cilla, comme chaque fois qu’elle se rappelait qu’elle disposait désormais d’un petit trésor person nel. Sa fortune n’avait rien de comparable avec celle d’Immortels plus âgés, et encore moins avec celle de Raphael, mais elle était malgré tout d’une taille plus que respectable pour une Immortelle novice. L’argent gagné pendant la chasse qui lui avait brisé le dos, qui l’avait fait saigner au point d’avoir la gorge baignant dans un goût de fer et qui avait amené Raphael dans sa vie était actuellement sur son compte de la Guilde, où il rapportait des intérêts faramineux. — Bon sang, sifflatelle, je dois commencer à réfléchir comme une poulette fortunée. — Je serai plus qu’amusé d’observer cette trans formation. Elle répliqua en plissant les yeux : — Attends un peu, tu vas voir. Avant même que tu t’en aperçoives, je serai devenue une de ces anges qui se rendent à des déjeuners en ville. Il rit, son amant dangereux qui portait sa puis sance comme une seconde peau et dont le visage était d’une beauté masculine si violente. Elle était encore surprise chaque fois qu’elle se remémorait qu’il lui appartenait. Avec ses cheveux du minuit le plus sombre et ses yeux d’un bleu douloureux qu’on ne trouvait nulle part ailleurs sur Terre, Raphael était un redoutable homme de pouvoir – personne ne pou vait s’y tromper : il était un Archange capable de souffler une vie aussi facilement qu’Elena ellemême écraserait une fourmi.
8
Les ailes arquées derrière ses épaules ne faisaient que renforcer ce sentiment de tentation dangereuse. Ses plumes étaient blanches, mis à part les fins fila ments d’or pur qui attiraient le regard et la lumière. Des ailes parfaites, où une « cicatrice » étonnante de plumes dorées ressortait, là où Elena lui avait autrefois tiré dessus. Quelques mois plus tôt, ses plumes primaires, elles aussi, avaient commencé à prendre une teinte dorée, le processus se pour suivant pour atteindre un jauneor, puis un blanc métallique luisant. Maintenant, le soleil jouait dans ces plumes pendant qu’il riait, offrant l’illusion d’un feu blanc. — J’ai bien peur, repritil une fois son rire évanoui, d’être porteur de nouvelles qui vont hélas détourner ton attention vers d’autres sujets. Le ton de l’Archange la mit en garde. Elle ignora les passants que l’amusement de Raphael avait éba his, l’Archange de New York n’étant pas franchement célèbre pour son rire. — De quoi s’agitil ? — De deux informations… intéressantes. Elena sentit son estomac se décrocher. — Lijuan ? Selon le maître espion de Raphael, la vieille Archange timbrée créait de nouveau des Ressuscités, mais seulement en petite quantité. Lijuan appelait cela « donner la vie », mais ses serviteurs morts vivants étaient un cauchemar, un fléau lâché sur le monde – et le plus horrible dans tout cela, c’était que nombre d’entre eux restaient conscients, leurs yeux hurlant qu’on leur vienne en aide alors même que leur corps remuait pour obéir aux ordres de leur maîtresse. Puis, il y avait eu les étranges cadavres desséchés découverts près de la forteresse de Lijuan. On s’ac
9
cordait à dire qu’il s’agissait de tentatives ratées pour créer des Ressuscités, mais de là à déterminer s’il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise nouvelle… — Elle n’est pas… Raphael secoua la tête avant qu’elle puisse finir sa question, sa chevelure d’un noir soyeux somp tueuse et sombre. — Ma mère, ditil, nous invite à un bal. Elena tira une lame de l’un de ses fourreaux velou tés que lui avait offerts Raphael. — Veuxtu bien m’excuser pendant que je me crève les yeux – et que je me démembre, tant que j’y suis. La dernière fois qu’Elena s’était rendue à un bal, elle s’était retrouvée à baigner dans le sang de Ressuscités pendant que Pékin brûlait autour d’elle. Et, ah oui, n’oublions pas qu’elle s’était écrasée au sol après avoir été jetée à bas du ciel. — J’ai bien peur de ne pouvoir te l’autoriser, répondit Raphael de ce qu’elle appelait sa voix « d’Ar change », formelle et sans pitié. Qui me distrairait pendant le bal sinon ? C’est moi qui pourrais en venir à m’arracher les yeux, et je crois qu’ils te plaisent assez. — Très drôle. (En soupirant, elle appuya la tête contre le bras musclé de son amant. Elle déduisit à ses cuirs de combat marron qu’il revenait d’un entraînement, probablement avec Illium.) Pourquoi Caliane donnetelle un bal ? Il étendit son aile sur celles de la jeune femme dans un murmure d’une intimité familière. — Sa ville et son peuple sont pleinement éveil lés, et elle souhaite recevoir officiellement les autres puissants de ce monde. (Il marqua une pause.) On peut reprocher beaucoup de choses à ma mère, mais elle ne s’est jamais montrée impolie. En tant qu’Ancienne, elle sait qu’il est de sa responsabilité
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi