Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Vous aimerez aussi

suivant
Noire passion
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
CHASSEUSES D’ALIENS
1 – Fatal rendezvous Nº 8353
2 – Eden en enfer Nº 8504
3 – Mortelle treinte Nº 10133
GENA SHOWALTER
C H A S S E U S E S D ’ A L I E N S – 4 Noire passion
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lionel Évrard
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives.
Titre original SEDUCE THE DARKNESS Éditeur original Pocket Star Books, a division of Simon & Schuster, Inc., New York
Gena Showalter, 2009 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2013
À Lauren McKenna, dont l’incroyable perspicacité m’a soufflée. Ce livre n’aurait pas été possible sans toi.
À Kelli McBride. Il a toujours été à toi. Sauf les quelques fois où il a été à moi. Mais principalement, il était à toi. Et à moi aussi. Bon, d’accord : il a toujours été à toi.
À mes trois Walters : Jill Monroewalter, Kresley Colewalter, et P.C. Castwalter. Bataille de polochons, les filles ?
À Deirdre Knight, qui toujours me soutient.
Prologue
Devyn de bon ci Laci, prince de la Maison royale tar gonienne, serra ses genoux repliés sur sa poitrine nue et sale dans lespoir de se réchauffer. Il avait beau seffor cer de ne pas trembler, rien ny faisait. Ses quinze étés ne lempêchaient pas, dès quil se retrouvait dans cette cellule, de se sentir redevenir un enfant perdu, oublié. Les paroles de son père, empreintes de déception et de mépris, martelaient son crâne et achevaient de le déprimer. « En tant que prince héritier, tu es destiné depuis ta naissance à épouser la princesse Mika. Tu déshonores ta famille chaque fois que tu en regardes une autre. » Il avait appris très jeune à baisser les yeux dès quun membre de la gent féminine entrait dans une pièce où il se trouvait. Se retenir de respirer près dune femme pour ne pas être troublé par son parfum lui était devenu naturel, de même que se tenir à distance afin déviter tout contact. Mais parfois  il avait honte de ladmet tre , il lui suffisait de penser à ces choses pour que le traître logé entre ses jambes se réveille, douloureuse ment tendu vers la délivrance. Alors, même un léger effleurement de robe aurait suffi à le faire gémir.  Tu nes quune bête ! grommelatil.
9
Il ne faisait que répéter linsulte quon lui adressait chaque fois quil devait aller au cachot « méditer la gra vité de sa faute ». Il sétait pourtant montré, pour ce qui lui avait valu cette nouvelle punition, aussi prudent quà laccoutu mée. Il lisait dans la bibliothèque le récit de la décou verte dun nouveau monde  en rêvant dêtre, très loin de Targon, nimporte qui dautre que lui  lorsquune jeune servante était entrée. Les domestiques nétaient pas censés sadresser à lui, ni même le regarder, mais la nouvelle venue avait poussé un petit cri, surprise de le découvrir là. Devyn navait pu sempêcher de redresser la tête. Au lieu de senfuir de la pièce comme elle aurait dû le faire, elle était restée figée sur place. Sans pouvoir feindre lindif férence, il lavait fixée du regard, le souffle court, la peau brûlante et leau à la bouche. Sous la toile de son pantalon trop serré, son membre viril sétait trouvé bien à létroit. Avec sa peau hâlée, ses yeux noirs bordés de cils épais, ses seins comprimés dans sa robe, elle naurait pu être plus séduisante à ses yeux. Et lorsquun timide bonjour avait ourlé ses lèvres roses et pleines, le cur de Devyn avait chaviré. Il aurait voulu se précipiter dans ses bras, laisser ses mains courir sur son corps menu, dévorer sa bouche de baisers et se ruer en elle comme un prince nest supposé le faire quen sa légi time épouse. Mais la jeune servante nétait pas son épouse et ne le serait jamais, aussi son garde du corps attitré lavaitil fait sortir et avaitil fait appeler son père. Quand cela sétaitil passé ? Depuis quand moisis saitil dans ce cachot ? Dans cette prison dobscurité glaciale, il avait perdu la notion du temps. Seul lafflux du sang à ses tempes venait troubler le silence. Il ne souffrait pas de labsence de contact physique, non, cétait la privation sensorielle quon lui imposait qui
1
0