Comme un Oiseau sur son Vélo

De
Publié par

Un accident. Une femme victime. Tout se cristallise. Le brouillard s'épaissit et l'obscur des événements flotte dans les dialogues. Peut-être des tranches de vie. Au hasard. Saisies saignantes et barbares.

Publié le : samedi 1 décembre 2007
Lecture(s) : 248
EAN13 : 9782296189270
Nombre de pages : 53
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

COMME UN OISEAU SUR SON VÉLO

2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

@ L'Harmattan,

ISBN: 978-2-296-04753-2 EAN: 9782296047532

Thérèse AOUAD BASBOUS

COMME UN OISEAU SUR SON VÉLO Au carrefour des hasards

L'Harmattan

Du même auteur
Poésie Clair-obscur, éd. du Temps Parallèle, Paris, 1983. Bouyout AI-Ankabout, en arabe, (Les Toiles d'Araignée), Beyrouth, 1967. Ana Wal Hajar, en arabe, (Moi et la Pierre), Beyrouth, 1993. Théâtre AI-Balera, en arabe, (La Bobine), Beyrouth, 1973, pièce créée et jouée en 1973 à Beyrouth. Seuls comme l'eau, éd. l'Harmattan, Paris, 1994. H20. Ed. l'Harmattan, Paris, 1994. La coïncidence, éd. l'Harmattan, Paris, 1994. La Nonne et le Téléphone, éd. l'Harmattan, Paris, 1994. Masrah, en arabe (Théâtre), éd. Bacharia, Beyrouth, 1996. Pour un homme seul, éd. l'Harmattan, Paris, 1997, créée à Beyrouth en 2001.

Récit AI-Katiba, en arabe (L'Ecrivain), Beyrouth, 1993.
Roman Mon roman, éd. l'Harmattan, Paris, 1995. Dent d'Amour, éd. l'Harmattan, Paris, 1999. Des Mots et des Hommes, éd. l'Harmattan, Paris, 2000. Hermano était son nom, éd. l'Harmattan, Paris, 2001. Carnet d'un Nouveau-Né, éd.l'Harmattan, Paris, 2003. Attends ... Attends, éd. l'Harmattan, Paris, 2004. L'Une et l'Autre en Octobre, éd. L'Harmattan, Paris, 2006 Monographie Co-auteur: Anachar BASBOUS Michel BASBOUS. Sculpteur. En français, en arabe et en anglais, publications de l'Université Libanaise Beyrouth, 1986.

Couleur d'automne. Ville à midi. Un Vélo strie la scène. C'est l'homme Vélo V Unefemme F. Entre les clous. Clous.

Un passant P : Hé ! Les clous! Un passant s'est fait pour passer. Une femme plantée F : ... Sans regarder. Sans se retourner. Sans effacer. Sans rien effacer de ce qui s'est passé. Là. Pas très loin. Il n'y a pas longtemps. Tout garder. P : (Ironique) Dans un garde-manger! F : Absolument. P : Cela n'existe plus. F : (S'emballe. Le retient par le revers de la veste) Et ça ! (Agressive. Lui tape sur la tête) : La mémoire. Ta mémoire. La tienne. A toi. A nulle autre pareille. Où la fous-tu? Dans tes poches peut-être. (Elle lui fouille. De force. Les poches.)

P : Mais... C'est à moi. Cela m'appartient. Tiens!

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.