//img.uscri.be/pth/7b0cfb9b4e495ca5c9d693dd02fd9f4ec3d463bd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Conversations

De
92 pages
Conversations met en scène Alain, professeur de philosophie sarcastique et un peu marxiste. Il vit avec Kate qui, ambitieuse, cherche à gravir les échelons sociales. Elle invite son patron à dîner, non sans avoir recommandé à Alain d'éviter les sujets épineux. Mais malgré toutes ses précautions, les clivages sociaux restent déterminants et vont faire éclater les convenances.
Fait divers sur un pont montre que même pour s'aimer, il faut lutter.
Enfin, Otage ou comment s'inventer une vie dans une cave close, quand l'espoir d'une libération n'est plus possible.
Voir plus Voir moins

CONVERSATIONS
suivi de

Fait divers sur un pont
suivi de

Otage

Théâtre des 5 Continents Collection dirigée par Kazem Shahryari et Robert Pouderou
Déjà parus
164 - Gérard ASTOR, Leila-.,Enki suivi de Fragments pour un art poétique, 2005. 163 - Mohamed BOUNOUARA, Violon dingue, 2005. 162 - Marc TAMET, Dans la forêt le ciel est noir, 2004. 161 - Voland SIMON, Chute libre. Pièce en six tableaux, 2004. 160 - Gérard LEVOYER, Douze femmes pour une scène. Comédie en 8 tableaux, 2004. 159 - Nicky RIVERS, L'Anthropologue, 2004. 158 - Estelle FAYE (avec Benjamin BUR), Le côté bleu du ciel, 2004. 157 - Paule BECQUAERT, Le Jugement Secret, 2004 156 - Thérèse AOUAD BASBODS, Attends Attends, 2004. 155 - Gilles IKRELEF, U. N, 2004. 154 - Kazem SHAHRY ARI, Jean BOLGER, Départ et Arrivée, 2004. 153 - Gonzague Phélip, Les murs des cartes, 2004. 152 - Jean-Pierre PELAEZ, Polit'Circus, 2004. 151 - Jean LARRIAGA, La Nacelle, 2004. 150 - Alain-Kamal MARTIAL, Zakia Madi, La Chatouilleuse, 2004. 149 - Laurent CONTAMIN, Dédicace, 2004. 148 - Randal DOUC, Les hommes désertés, 2004. 147 - Alain-Kamal MARTIAL, La rupture de chair, 2004. 146 - Claude DES PRESLES, La dame de Coventry, 2004. 145 - Michel ECOFFARD, Commediante Tragediante, 2004. 144 - François BESSET, Parole gardée, 2004. 143 - Robert POUDEROU , Un pavé dans les nuages, 2004. 142 - Jean-Mac WEBER, Ce que vivent les loups, 2004 141 - Didier MERILHOU, Au seuil de l'éternité, 2004 140 - Marc TAMET, Morceaux de Sucre. Corps et désaccords, 2003 139 - Kang-Baek LEE, Chaos et ordre dans un musée et Bijou etfemme (Tome II), 2003 138 - Kang-Baek LEE, Trois, L'oeuf et le Guetteur (Tome 1), 2003 137 - Oscar MANDEL, Le triomphe d'Agamemnon, 2003.

JEAN MICHEL BROUSTAIL

CONVERSATIONS
suivi de Fait divers sur un pont

suivi de Otage

L'Harmattan 5-7,rue de l'ÉcolePolytechnique 75005 Paris FRANCE

L 'Harmattan

Hongrie

Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

L'Harmattan ltalia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

HONGRIE

Illustration de couverture: Dominique Dubois

(Ç) L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-7938-7 EAN : 9782747579384

CONVERSATIONS

CONVERSATIONS
Personnages: Alain Kate Monsieur de Jaquemin Madame de Jaquemin ACTEI Scène 1
(Salle de séjour (Un coin salon, un coin sa/le à manger), Alain, en survêtement, entre et se sert un verre de vin dans un ballon puis s'assoit en considérant son verre. Il reste un moment silencieux avant de se parler à lui-même. On entend quelqu'un qui appelle de temps à autre« Alain, Alain ».)

AlaiD: Elle va entrer. Avant d'avoir regardé la bouteille, elle va dire: « Alain, tu bois trop. » Moi, je bois un peu, mais quand elle me dit cela, j'ai envie de m'enivrer sans retenue. En principe, je ne le fais pas, je dis seulement: « oui, je sais, on boit toujours trop. » Ensuite, elle ira me dire qu'il y a quelque chose à faire et que ce n'est pas à elle de tout faire dans cette maison. Elle se mettra à tourner dans la pièce, cherchera un motif de querelle; elle retournera tous les objets, elle en trouvera un qui n'est pas à sa place. Ce qui est surprenant d'ailleurs, c'est qu'il y a toujours un objet qui n'est pas à sa place. Quand je dis sa place, ce n'est pas la place que l'objet a librement choisie, non, c'est la place qu'elle a destinée à l'objet. Ce n'est surtout pas à moi à changer l'ordre des choses; il ne faut surtout pas modifier sa disposition des choses. Pourquoi? C'est une façon pour elle de mesurer son pouvoir, ça la réconforte de savoir qu'elle a une influence sur les choses. 7

C'est pour cette raison qu'elle va tout inspecter dans la pièce. Dès qu'elle aura trouvé ce qui n'allait pas, il me restera deux solutions: la première, j'exécute ce qu'elle me dit, la seconde qui m'engagera dans un processus plus long avec une réconciliation ultérieure, ce serait lui dire qu'elle n'est pas faite pour le bonheur. Que me reproche-telle au juste ? Mon existence. Le simple fait qu'exister me rende heureux. Je n'ai pas fait exprès! Je n'ai pas choisi le bonheur, je suis fait pour ça. Elle considère que c'est de l'arrogance, qu'on n'a pas le droit de sourire en permanence quand les autres ont des soucis et qu'ils sont angoissés par les vides de l'existence. Ce que je vous dis là, elle ne l'a jamais exprimé, c'est moi qui analyse. (an
entend la voix devenir plus pressante: « Alain. ») Elle s'énerve,

je la sens bouillir. Lorsqu'elle appelle et que je suis dans une pièce à côté, elle voudrait que j'accoure et que je lui serve des « oui ma chérie» mais je reste silencieux sans la rejoindre pour qu'elle s'agace et fasse irruption dans la pièce car ça m'amuse. Qu'est-ce qu'on fait encore ensemble? Ce n'est pas pour les enfants, elle les déteste, enfin, elle n'a pas l'occasion de les détester, nous n'en avons pas. Si nous sommes encore ensemble, c'est pour une raison toute simple et très commune avec ça, ce que tout le monde appelle « amour» avant d'avoir trouvé un autre terme plus adéquat à la situation. Je l'aime, comme tout le monde aime: pour lui faire plaisir. Scène 2 Kate: (En entrant.) Tu pourrais répondre quand je t'appelle? Tu bois trop, cette bouteille est juste ouverte. Alain: On boit toujours trop! Kate: (En tournantdanslapièce) C'est quoi tout ce bordel? J'en ai marre de tout faire dans cette maison. 8

Alain: Oui, kate, je vais ranger un peu. (En aparté.)Elle manque de spontanéité. «Kate », c'est le surnom qu'elle s'est donnée. Pour l'Etat civil, c'est « Katia », elle trouvait cela affreux, alors, maintenant, c'est Kate; elle pense certainement que c'est moins tarte. Comme si un prénom pouvait changer la vie ! Ce n'est jamais le prénom qui est tarte, c'est ce qu'on met dedans. Kate: Tu pourrais m'aider au lieu de picoler. (Enprenant uneboite.)Ça ! Qu'est-ce que ça fout là ? Alain: Elle se promène, voilà tout. Kate: Arrête, si tu veux bien, ce n'est pas le moment. Alain: Ce n'est jamais le moment. Kate: Bon, tu ne vas pas me prendre la tête maintenant? Je te signale qu'on reçoit du monde, alors, bouge-toi un peu et range. Alain: Qui cela déjà? Kate: Tu le fais exprès? Ce n'est pas possible. Mon patron et sa femme. Alain: Merde! J'avais complètement oublié, ton patron et sa femme. On va encore se marrer; je le sens. Kate: Justement, ce n'est pas pour se marrer. Je ne vais pas rester avocate stagiaire toute ma vie! Toi, tu t'en fiches complètement, tu as ton boulot de prof de merde. Essaye de comprendre que pour moi, c'est très important. Alain: C'est déjà le troisième repas que tu m'imposes avec eux. (Réfléchissant.) es sujets politiques sont toujours L proscrits dans les discussions avec Edouard? Kate: Premièrement ce n'est pas Edouard, ce n'est pas ton pote de beuverie, c'est mon patron, monsieur de Jaquemin, Maître de Jaquemin. Pour ce qui est de la politique, tu sais très bien que ce ne sont pas des sujets à aborder dans ce genre de situation; si tu veux tout foutre en l'air, c'est le meilleur moyen. Alain: Ça avait l'air de l'intéresser la dernière fois. L'économie non plus, on n'en parle pas ? 9