Coq mâle, coq femelle

De
Publié par

Vicky avait cru trouver le bonheur en épousant Conrad, à qui elle a donné trois enfants. Elle ne s'était jamais doutée qu'un matin, son mari lui révélerait sa double nature sexuelle et, surtout, son intention de faire sortir de l'ombre son partenaire homosexuel. Pour elle, l'orage s'annonce, dans un curieux ménage à trois qui ne sera ni polygame ni polyandre.
Publié le : dimanche 1 juillet 2012
Lecture(s) : 15
EAN13 : 9782296498525
Nombre de pages : 98
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
      
 
 
Coq mâle, coq femelle
Littératures et Savoirs Collection dirigée par  Emmanuel Matateyou
 Dans cette collection sont publiés des ouvrages de la littérature fiction mais également des essais produisant un discours sur des savoirs endogènes qui sont des interrogations sur les conditions permettant dapporter aux sociétés du Sud et du Nord une amélioration significative dans leur mode de vie. Dans le domaine de la création des uvres de lesprit, les générations se bousculent et saffrontent au Nord comme au Sud avec une violence telle que les ruptures saccomplissent et se transposent dans les langages littéraires (aussi bien oral quécrit). Toute réflexion sur toutes ces ruptures, mais également sur les voies empruntées par les populations africaines et autres sera très éclairante des nouveaux défis à relever.   La collection Littératures et Savoirs est un espace de promotion des nouvelles écritures africaines qui ont une esthétique propre ; ce qui permet aux critiques de dire désormais que la littérature africaine est une science objective de la subjectivité. Romans, pièces de théâtre, poésie, monographies, récits autobiographiques, mémoires... sur lAfrique sont prioritairement appréciés.  
 Déjà parus
 Chatchun TAYOU DJOUGLA, Azobe , 2012. Justin DANWÉ, Le génie du mal. Lassaut des enfants-soldats , 2012. André Marie AWOUMOU MANGA, Au paradis. Pièce de théâtre en cinq acte s, 2012. LUCY, Les fils du vent , 2012. Alphonsius ATEGHA, Clandestin sur son propre continent , 2012. Aubin Renaud ALONGNIFAL, La pluie dans le jardin de la vie , 2012. Christian KAKAM de POUANTOU, Une tribune pour la douleur , 2012. M. DASSI, Oremus. Poésie et développement , 2012. Jean-Claude FOUTH, Le cercle vicieux , 2012. Jean-Claude FOUTH, La règle du jeu , 2012.
 
 
 
 
Armand Meula        Coq mâle, coq femelle
Théâtre  
  
Préface de Jacobin Yarro                        
 
Du même auteur
  Cest donc ça, la fac !, LHarmattan, 2012.                          
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99079-1 EAN : 9782296990791  
 
 
 Je tiens à exprimer ma reconnaissance à :
Jack Soh Ndeh, Huguette Ketchatchoum, Émilie Lonfo, Hervé Nzeutem et le pasteur Achounmo
pour leurs avis et encouragements.
Mille mercis à Ériclambert Ndjeukwé pour le toilettage minutieux du texte.
 
 
 
 
Cette pièce de théâtre m’a été inspirée par des opinions avancées par quelques membres de l’association Juris Corpus , regroupement d’anciens étudiants de la faculté des Sciences juridiques et politiques de l’université de Dschang au Cameroun, lors d’une séance de débat/réflexion . Il s’agit notamment de : Bobby Ngatcha, Valérie Liénou, Solange Kaffo, Alain Nouboubo, Merlin Mondzé Yong, Camille Téné, Georges Kenfack, Hélène Taneyo, Patrice Tchuisseu, Jeannette Nguemtchuin, Guy Lapa, Olivier Ndam, Augustin Tanto, Brice Martial Nana, Louis G. Njipendi, Adamou Toukoupen, William Nganso et Belmond Mbiangoup. Je leur témoigne ici toute ma gratitude et ma sympathie.
 
P REFACE  
  Je confesse que depuis quelques années, je me méfie des gratteurs de papiers insomniaques qui m’approchent pour me proposer de lire leurs manuscrits de théâtre. De grâce, je ne me pose pas en censeur, mais quelque chose manque, quelque chose n’ est plus là. Notre théâtre, depuis une vingtaine d’années, a évolué vers un effet pervers, un effet, disons, pornographique » dont le but a justement été de nous priver de « jouissance, c’est -à-dire d’un véritable érotisme esthétique. La jouissance ne se voit pas, elle ne se regarde pas, elle se respire. Le spectateur, ayant été privé de respirer, a tout naturellement déserté les salles de théâtre. Il n’y a pas très longtemps, une tragi -comique « histoire de liste des tops 50 » faisait les choux gras de la presse au Cameroun. Des personnalités de très haut rang étaient soupçonnées de pratique homosexuelle. L’affaire avait d’autant plus retenti dans l’opinion publique que cette pratique est non seulement incompatible avec les mœurs, mais est passible de peines d’emprisonnement selon le Code pénal camerounais. À l’ombre tutélaire des « listes », Armand MEULA disserte, digresse et dialogue autour d’un curieux ménage à trois où Conrad, régulièrement, naturellement et logiquement marié à Vicky, entreprend de prendre en secondes noces le nommé Jean-Luc, question de satisfaire son penchant soi-disant « naturel » à lhomosexualité.  Armand MEULA cumule tous les défauts qu’il faut pour être un bon Camerounais, qui sait rigoler de tout, même de l’immoralité la plus abjec te. Il a réuni tous les ingrédients qu’il faut pour un bon théâtre, à savoir une belle fable portée par un bon texte. Le titre de la pièce, considérablement métaphorisé, annonce les couleurs : « Coq mâle coq femelle ». Un dialogue croustillant dans lequel l’impertinence et l’iconoclasme n’ont d’égale s que la truculence et l’incandescence de la langue. Elle est pulsée et secouée par le rythme des passions qui animent les différents protagonistes. Vérité ou dérision, Armand MEULA ne juge pas, il présente ses
 
 
personnages dans leurs croyances déjantées ou surdimensionnées et les accompagne de façon captivante et décapante au-delà de toute morale. Nos propres certitudes et croyances s’en trouvent comme envoûtées. Heureusement, ce n’est que du théâtre, mais alor s, une vraie et belle pièce de théâtre qui s’invite toute seule au spectacle. Un metteur en scène n’en rêve pas mieux.  Et pan ! sur les gencives !... à ceux-là qui se sont crus autorisés à faire le deuil du théâtre camerounais.
  
 
Jacobin YARRO  Homme Libre  Comédien/Metteur en scène
 
P ERSONNAGES  
  Conrad, le mari Vicky, sa femme Jean-Luc, son ami.   Première distribution des rôles : (Yaoundé, février 2011)  Conrad ......................................................Célestin Kaffo Vicky .........................................................Agnès Yougang Jean-Luc....................................................Louis-Marie Éding Mise en scène...........................................Armand Meula.  Le trava il de ces acteurs a permis d’enrichir le texte et d’améliorer considérablement la structuration des dialogues.
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.