Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 4,49 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

J'ai aimé un pervers

de editions-eyrolles

Monstres

de EditionsHJ

Du même publieur

Ctrl + Q
Kathy Dorl
© Éditions Hélène Jacob, 2015. CollectionLittérature sentimentale. Tous droits réservés. ISBN : 978-2-37011-366-5
« Chaque rencontre est porteuse dun changement possible » Jacques SaloméLa vie à chaque instant. Aux Bardolettes
1.
La semaine du travailleur a sept jours, la semaine du paresseux a sept demains.
Si on pouvait décaler le matin en fin daprès-midi, ce serait parfait ! Le réveil est difficile pour Clémentine. Ras le bol de se lever tous les jours de la semaine pour aller bosser en tant que secrétaire commerciale dans cette société de matelas, le tout pour un salaire misérable. Clémentine rêve dêtre riche, très riche, davoir plusieurs belles maisons, un jet privé et surtout de ne pas avoir à travailler. Elle ronchonne en se levant péniblement. Jespère que le mec qui a décrété que lavenir appartient à ceux qui se lèvent tôt est mort un matin à laube, dans datroces souffrances. Pas évident de se bouger quand on est paresseuse, pas toujours facile de trouver un job super sympa, valorisant et bien payé, quand on a passé toute sa jeunesse à poursuivre ses études sans 1 jamais réussir à les rattraper et surtout quand on nest pas très maligne. Parce que Clémentine nest pas très futée. Elle na jamais osé passer le test de QI, car le résultat la terrorise. Elle est tête en lair et maladroite. À 27 ans révolus, elle vit dans un studio avec Roue de la Fortune, son hamster. Comme tous les matins, Clémentine fait sa toilette et avale un café avant de rejoindre son bus, tout en imaginant ce quelle pourrait faire si elle était riche. Une journée sur un yacht ? À 10 h 45, Fukushima, mon coiffeur, soccupe de mes cheveux ; à 11 heures, je sors sur le pont ; à 11 h 35, je prends mon brunch au champagne ; à 13 heures, Aldo me lave les dents, me masse et me propose un maillot de bain. À 13 h 15, je choisis un Jet Ski ; à 13 h 17, je change de maillot : il ne va pas avec le Jet Ski. À 15 heures, je bronze. À 19 heures, je me prépare pour une fête sur le yacht : bain, maquillage, coiffure, ouverture du coffre (pour les bijoux). À 21 heures, je retrouve mon mari, il est très vieux, mais je laime damour fort, normal, il gagne beaucoup plus dargent que je ne peux en dépenser. 23 heures, la fête est superbe. 6 h 30, je prends des somnifères, Aldo me masse les pieds et Miranda, la gouvernante, me raconte une histoire pour mendormir. Dis, Clem ! Au lieu de bayer aux corneilles, tu ne pourrais pas venir nous aider ? Ya un 1 Du même auteur :Clémentine21 nuances de voisinage. Collectif dauteurs aux EHJ.
4
camion plein la gueule de matelas à décharger ! Damien referme presque aussitôt la porte du bureau de Clémentine, puis se ravise : Maintenant que tu as fini de pondre, tu es « en état de marche », viens nous filer un coup de main ! renchérit-il en rigolant. Clémentine lève les yeux au ciel. Elle nira pas. Le travail déquipe, cest essentiel. En cas derreur ou de manquement, ça permet daccuser quelquun dautre. Et je pourrai toujours prétendre y aller,se dit-elle,dans trente minutes, lorsque jaurai fini un dossier important et que le dernier matelas sera sorti de la remorque ! Et puis elle en veut à Damien. Alors quils pourraient de nouveau faire des galipettes sur les matelas de la réserve, il a fallu quil se trouve une nouvelle copine !Alors non ! Hors de question de lui filer un coup de main ! Et de surcroît, ne jamais sous-estimer l! Ni sonaptitude de Clémentine à ne rien foutre égoïsme. Car de dossier important à boucler, il ny en a pas. Par contre, réussir son niveau à Candy Crush Saga est impératif. Au début, Clémentine y jouait pour socialiser et passer un bon moment. Cétait amusant et, en apparence, inoffensif, puis le plaisir est devenu vice et Clémentine est officiellementaddict. Il y a quelques semaines, elle a oublié daller chercher son patron à la gare pour une foutue gélatine bloquée au niveau 101. Elle a passé les quatre dernières réunions des commerciaux enfermée dans les toilettes pour quelques berlingots rebelles. Pourtant, Clémentine sait que son addiction pourrait lamener aux portes de lagence Pôle emploi la plus proche. Alors, elle tente par tous les moyens de« décrusher », pardon, décrocher. Cest dailleurs lun des actes les plus courageux de sa vie. Clémentine na jamais été pompier volontaire,n’a pas non plustraversé la jungle brésilienne ni survécu à une réunion de famille de Siciliens. Dailleurs, elle na pas de famille. Elle confesse également avoir parfois hurlé« Sugar Ruuuuush »en atteignant le septième ciel avec Damien, et davoir pris une douche froide pour refréner son envie compulsive avant de se jeter sur son smartphone pendant les ronflements post-coïtaux. Après avoir raté quelques bonnes dizaines de rendez-vous professionnels, de trains, de rapports hyper méga importants, Clémentine a trouvé une force insoupçonnée pour annoncer officiellement à son entourage professionnel ainsi quà ses réseaux sociaux quelle estCandy Crush addictet quelle a besoin daide. Elle na pas été déçue. Elle a reçu un grand nombre de messages de soutien : « J’espère que tu tiendras bon…sinon, je viens moi-même te tuer à mains nues ! On en peut plus de tes invitations pour jouer à ce jeu ! Si tu continues à nous faire chier avec ton jeu, on te
5
dégomme ! #DernièreChance#SinonTantPisPourToi. » Le programme de sevrage est simple, mais sans merci : remplacer son smartphone dernière génération par un bon vieux cellulaire de 1999. Cest dur, mais Clémentine saccroche, le pire étant dans le bus, où tous les toxicos sont de sortie. La première semaine de Candy-jeûne enfin passée, Clémentine est de nouveau à peu près en phase avec le reste du monde. Enfinpresque…Parce que le décrochage deCandy Crushnest que la première étape de la longuedigital detoximposée récemment par son boss : Clémentine, continuez comme ça et vous allez ajouter Pôle emploi à la liste de vos pages favorites ! a-t-il grogné une nouvelle fois. Pleine dune bonne volonté qui caractérise rarement Clémentine, elle commence sa nouvelle cure en ajoutant à ses favoris le site detox-digitale.com. Dans son élan, elle expédie un e-mail à son boss pour lui dire : « Cest trop fastoche la détox. » Il lui rappelle que lidée, malgré tout, cest quand même de le faire sans utiliser Google. Clémentine lui répond : « OK, jéteins tout ! » Le boss lui répond aussitôt : « Et comment allez-vous traiter les commandes clients avec un ordinateur éteint ?! » Clémentine lui répond : « Faudrait savoir ce que vous voulez…» « JE VEUX QUE VOUS BOSSIEZ, NON PAS QUE VOUS SURFIEZ SUR LE NET ! » Clémentine sent son identifiant à huit chiffres de Pôle emploi se rapprocher dangereusement. Elle répond :
« Ah, OK daccord, jai compris. » Clémentine ferme alors son téléphone portable et sa tablette personnelle. Elle a limpression darriver en prison, sauf quon lui laisse les lacets. On ne devrait pas ! Clémentine est devenue beaucoup trop sensible depuis sondécrushagedes bonbons virtuels. Un plongeon dépressif est, très souvent, aussi soudain que brutal et lissue, fatale. Lors du déjeuner, Clémentine redécouvre la peinture du plafond de la cantine qui sécaille. Oh ! dit-elle en montrant le plafond. Hmmm ? répond Damien qui pianote au-dessus de son steak haché-haricots verts. Pff ! conclut Clémentine qui sennuie royalement.
6
Cest vrai quils ne sont pas trop habitués à se parler avec plus de cent quarante caractères. Clémentine va alors au café du coin, allume une clope et commande un WiFi sans sucre. Il y a des bruits de clavier partout, elle tousse et ouvre la fenêtre en demandant aux clients sils ne peuvent pas aller taper dehors. La première après-midi de sevrage se passe relativement bien. Après le boulot, Clémentine passe au bar où Damien, Justinesa nouvelle copineet Justinesa seule et unique copineont leurs habitudes. Clémentine leur propose de jouer au jeu de la pile, qui consiste à déposer les téléphones les uns au-dessus des autres au milieu de la table. Le premier qui touche le sien paie sa tournée. On dirait une partouze numérique, surtout quand, au bout de quelques minutes, ils se mettent tous à vibrer en même temps. Les potes de Clémentine sont prêts à dépenser beaucoup dargent en tournées pour récupérer leur téléphone. Clémentine les comprend : il y a encore quelques jours, elle a plongé sa main dans des toilettes turques dune aire dautoroute pour rattraper le sien. Clémentine est contente, elle a tenu le coup, elle a gagné : elle rentre bourrée chez elle. Avant, le matin, pour réussir à ouvrir les yeux, Clémentine avait lhabitude de les brûler à la lumière de son téléphone. Les experts endigital detoxrecommandent de remplacer cette habitude par une autre qui fait du bien, comme boire un grand bol de thé vert par exemple. Ce matin, Clémentine oublie de se faire un grand bol de thé vert et, effectivement, ça ne va pas du tout : en plus de la gueule de bois, elle est de mauvaise humeur. Et quand Damien lui demande pourquoi elle fait la tronche, Clémentine répond : Parce que jai oublié de me faire mon thé ! Ce quil comprend automatiquement par « monter ». Normal, cest un mec ! Le week-end suivant, pour soccuper, Clémentine décide de cuisiner, elle aurait bien aimé chercher sur Internet le temps de cuisson des« salsiffis », elle interroge Roue de la Fortune, son hamster, quelle a rebaptisé Google pour loccasion. Il semble lui couiner : Essaie avec lorthographe « salsifis » ! Le sevrage donne des hallucinations à Clémentine. Il faut quelle sorte. Après avoir pris lair, elle attrape un bouquin au hasard, cela fait tellement longtemps quelle na pas lu ! Bonne pioche, elle découvre un auteur en lequel Clémentine croit beaucoup : un écrivain en devenir, cette Simone de Beauvoir ! Le lundi, Clémentine envoie une carte postale à son boss pour lui dire quelle va lui déposer son rapport, avant ce soir, dans un bureau de poste. Clémentine a super mal aux doigts à force décrire avec un crayon. Sans compter que le Critérium est un outil dangereux, elle sest planté la
7
mine dans le pouce, qui a pris au moins un centimètre de taille en plus. Après le boulot, elle croise une copine avec qui elle est un peu en froid depuis quelque temps. À la naissance de sa fille, Clémentine lui a envoyé par SMS :« Oh génial, bienvenue à ta petite pute ! »Saleté de frappe intuitive ! Elles se donnent rendez-vous à 20 heures. Clémentine lui explique quelle ne sera pas du tout joignable et elle lui fait jurer de ne pas lui faire faux bond, sur la tête de sa petite chérie. Elle na pas voulu prendre de risques, cette fois-ci. Elle arrive à lheure. Cest magique, les réseaux sociaux. On a beau se perdre de vue, quand on se retrouve, cest comme si on sétait quittés la veille : onn’a rien à se dire. Clémentine respire, soulagée car enfin sevrée. Cest vrai quelle a été à deux doigts de passer dans le bureau du DRH à plusieurs reprises, ces trois dernières années. Elle se demande comment son patron peut encore la supporter après tout ce quelle lui fait subir. Non seulement Clémentine est une paresseuse aux grandes ambitions, mais en plus elle est gauche et distraite. Au lieu dimprimer la page 227 dun document de trois cents pages, Clémentine imprime 227 fois un document de trois cents pages. Limprimante-photocopieuse qui fonctionne à la vitesse de la lumière se trouve à vingt mètres de son bureau. Alors quand Clémentine arrive, cest souvent trop tard. Limprimante est épuisée, vannée et vidée de papier et de toner, les tiroirs dalimentation sont verrouillés. Sous les regards lourds de reproches de ses collègues, Clémentine sempresse dappeler le réparateur qui ne répond jamais. La dernière fois quelle a éternué sans mettre sa main devant sa bouche, elle avait cinq Tic Tac dans le bec et son patron était face à elle. Clémentine sait maintenant quelle parle en dormant, cest encore son patron qui le lui a dit. Une autre fois, son patron, de très bonne humeur, lui a demandé de lui raconter une blague. Clémentine lui a répondu quelle navait pas le temps, trop occupée à travailler. Ils ont ri, mais ils ont ri ! Enfin, surtout Clémentine. Finalement, son boss a fini par lui donner plus de responsabilités. Désormais, Clémentine est responsable de tout ce qui va de travers. Mais il résiste toujours et ne la pas encore licenciée. Peut-être a-t-il un peu pitié de Clémentine et de ses gosses. Les nombreux arrêts de travail de ses deux dernières grossesses et le repos imposé à chaque terme ont déclenché laddiction de Clémentine aux réseaux sociaux et aux jeux en ligne, mais ça, son boss ne le sait pas. Il ne comprend toujours pas comment une mère de deux bambins peut être si accro au Net. Elles sont pourtant débordées, non ! Où? Surtout quand elles sont mères célibataires trouve-t-elle le temps ? En dehors de ses heures de travail, évidemment, soupire le boss, désespéré.
8
Mais Clémentine nest pas une mère comme les autres, cest une mère porteuse, et ça, le patron ne le sait pas non plus. Il ne pourrait pas comprendre pourquoi et comment elle arrondit largement, au sens propre comme au figuré, ses fins de mois. Et puis cest interdit, autant quil nen sache rien. Si lon veut gagner sa vie, il suffit de travailler. Si on veut devenir riche, il faut trouver une autre solution !
9
La stérilité est-elle héréditaire ?
Quinze mois plus tôt…
2.
Sérieux, ceux qui achètent les pizzas avec de lananas, ils aiment aussi mettre des anchois dans leurs Danette ? Ten penses quoi, toi ? Apparemment le hamster sen fiche un peu, il vient de grimper sur sa roue ; cest lheure, il est déjà 20 heures et sa journée commence au moment où celle de Clémentine sachève. Affalée dans son canapé-lit, elle zappe les chaînes en avalant goulûment une pizza quatre fromages que le livreur vient de lui apporter. Elle tombe sur une émission à propos des naissances dans les hôpitaux, « Badaboum Babynouche » ; Clémentine, expérimentée, y va de son petit commentaire :
Elles sont toutes en admiration devant leurs mioches ! Alors quun nouveau-né, cest moche, rouge, criard. Ils ressemblent tous à des Gollum. Mon précieuuuux! Clémentine éclate de rire. Et voilà maintenant quon nous passe en détail un accouchement ! Et bien sûr que ça fait mal, espèce de spécimen peroxydé non identifié ! ajoute-t-elle la bouche pleine. Cest bien rentré ! Tu ne savais pas quil fallait que ça sorte d’une façon ou d’une autre ? Ne poussez plus, Madame ! Si ? Vous êtes sûre ? Non, parce que cest un roux ! Elle sesclaffe, terriblement moqueuse. Clémentine na pas dinstinct maternel. Tout du moins, sil existe, il ne sest pas développé lors de sa première grossesse. « Un accident » comme on dit. Elle était tombée sans protection sur un zizi un soir de fiesta où elle avait bien picolé, ainsi que le propriétaire du zizi en question. Résultat : trois mois plus tard, elle se découvrait enceinte, avec les délais dIVG dépassés. Elle avait bien dû faire avec, elle avait accouché sous X, le nourrisson avait été placé en famille daccueil quelques semaines plus tard. Clémentine ne veut pas denfants, encore moinsd’un élevage de limaces baveuses. « Eh ! Roue de la Fortune, tu me vois passer mes soirées à superviser les devoirs ? Déjà que les miens me couraient après ! Quelle drôle didée de soccuper du suivi scolaire dun nabot, et
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin