Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Dent pour dent

De
204 pages

Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre.

Mais là, depuis un moment, rien ne va plus.

Le type sexy qui me draguait a rendu son déjeuner quand on a voulu concrétiser.

J’ai cassé le nez du copain de ma meilleure amie, et elle ne l’a pas très bien pris. Lui non plus, d’ailleurs.

Ensuite, je me suis mise à faire des cauchemars.

Et tout ça, c’était avant qu'une bande de vampires décide de redécorer mon appart et qu’un colosse me kidnappe.

Quand je vous dis que ce n’est pas ma semaine...

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

T'enflammer

de michel-lafon

Anhgel

de clairedispenza

cover

Marika Gallman

Dent pour dent

Maeve Regan – 2

 

 

 

 

 

 

 

Milady

À Tata Zilch, pour ses Post-it roses et tout le reste.

Chapitre premier

Finalement, les boîtes de nuit c’était pas si mal, comparé à ça.

Je franchis la porte et m’arrêtai un instant pour prendre une grande inspiration. Mauvaise idée. Ça sentait le chacal en rut. Ou mort. Ou les deux. Une fois que j’eus rejoint le bar, j’hésitai quelques secondes en face des tabourets. Ils semblaient tous étrangement gras. La femme de ménage ne devait pas passer souvent. Je décidai de m’asseoir. Mon jean en avait déjà vu des pires. J’évitai cependant de poser les coudes sur le comptoir. Je n’avais pas envie d’y rester collée, surtout si je devais m’enfuir en courant.

— Qu’est-ce qu’elle prend la petite dame ?

Je détaillai le barman. La quarantaine, des cheveux d’un blond jaune terne qui devaient être aussi propres que le tabouret sur lequel j’étais assise, et tout de cuir vêtu. Pantalon en cuir, gilet en cuir, et rien d’autre. J’espérais de tout mon cœur qu’il portait des sous-vêtements.

— Tequila, répondis-je.

Il me lança un sourire franc et sympathique auquel je ne me fiai pas. Il n’était pas humain, comme en témoignaient les deux crocs qui pointaient entre ses lèvres.

Je me tournai pour jeter un regard circulaire à la salle en attendant mon verre. Glauque. C’était le seul mot qui convenait pour le lieu dans lequel je venais de mettre les pieds. On aurait dit la version underground d’un saloon, à cela près qu’au xxie siècle, les vampires avaient remplacé les cow-boys. L’endroit était plutôt vaste et divisé en trois zones distinctes : le bar, la scène, et la piste de danse. Le coin du bar, là où j’avais pris place, occupait tout le mur du fond et était aussi long que la salle où le public affluait pour profiter de la scène, sur laquelle trois musiciens se produisaient. Leur mélopée ressemblait aux cris d’un animal à l’agonie. Pourtant, la piste était plutôt remplie, et bien que je n’aie aucun moyen concret de les reconnaître en dehors de leurs crocs, j’étais persuadée que la quasi-totalité de la foule suivait une diète à base de sang. Il y avait également les groupies, catégorie dans laquelle j’étais censée me ranger grâce aux battements réguliers dans ma poitrine. Cependant, comme en attestait le nom de l’établissement, la majorité de la clientèle du Baron Vampire était plus morte que vivante.

Si certains des clients se contentaient d’écouter la musique en secouant légèrement la tête, d’autres étaient plus extravagants. Malheureusement, ce n’étaient pas ceux qui agitaient frénétiquement leur corps au rythme des basses, mais les couples qui étaient en train de se grimper dessus – au sens propre – au milieu de la foule. Je me retournai vers le bar avec un haut-le-cœur après avoir repéré le genre de pieu dont je ne me servais plus assez ces derniers temps.

Ma tequila n’attendait plus que moi. Je la fis disparaître d’un trait et reposai le verre sur le comptoir avant de faire signe au barman que je reprendrais volontiers la même chose. Les vieilles habitudes ont la dent dure. Il se saisit de la bouteille qui patientait docilement derrière lui et remplit mon verre. Je portai la main dans sa direction lorsque quelque chose de froid m’effleura. Quelque chose de vert et froid.

— Nom de…

« Nom de Dieu, qu’est-ce qu’un serpent fout ici ? » était ce que j’avais voulu dire, mais je ne finis pas ma phrase. L’individu qui avait fait irruption à côté de moi pendant que je détaillais le club me regardait d’un air soupçonneux. Pas humain non plus. Imposant, des yeux de jade perçants sous des sourcils noirs en broussaille. Sa tête m’était vaguement familière, mais je ne me souvenais pas où j’aurais pu l’avoir rencontré avant. Ce n’était sans doute qu’une impression. Dans le bar, ils se ressemblaient tous tellement que c’en était affolant. De vrais clichés ambulants.

Je tentai une ébauche de sourire pour détendre l’atmos­phère. Il m’imita.

— C’est Rosita, me fit-il en indiquant le serpent qui était amoureusement enroulé autour de son cou et qui venait de m’effleurer la main. Elle aime dire bonjour.

Je pouffai nerveusement malgré moi et me forçai à sourire. Il souriait aussi. Ou plutôt je décidai d’interpréter l’étirement de ses lèvres comme tel, car c’était plutôt effrayant. Son regard paraissait vide et ne donnait pas l’impression qu’il soit capable d’éprouver une émotion.

Le type était très grand et baraqué, et ses longs cheveux bouclés cachaient la moitié de sa compagne. C’était de lui que j’aurais dû me méfier, mais je n’avais d’yeux que pour elle. J’avais une sainte horreur des serpents, au point que j’en étais pétrifiée. Le seul truc qui aurait pu m’effrayer plus en ce moment, c’était de faire un esclandre et de me retrouver entourée de suceurs de sang résolus à me faire regretter de ne pas avoir été polie. Aussi regardai-je le reptile avec un sourire que je voulus le plus sincère possible.

— Salut Rosita, lui dis-je simplement.

Et j’attendis. Son propriétaire ne bougeait pas, et mon malaise grandissait. Au bout d’un moment, le serpent se redressa et se planta devant mon visage. Il resta là, à m’observer pendant quelques instants, durant lesquels mon cœur ne battit pas une seule fois. C’était mauvais. Passer pour une groupie de vampire est une bonne couverture, tant qu’on a un cœur qui bat.

Rosita me dévisageait. Je sentais son regard me trans­percer, comme si ça n’avait pas été un simple animal, comme s’il y avait plus derrière ces iris si spéciaux, comme si elle essayait de me dire quelque chose. Finalement, elle émit un petit sifflement, et les deux parties distinctes de sa langue vinrent effleurer mon nez. Puis elle rebroussa chemin et alla se lover dans les cheveux de son maître, dont les yeux vides ne m’avaient pas quittée.

— Elle t’aime bien, annonça-t-il au bout de quelques secondes.

Il tourna les talons presque aussitôt, me laissant pante­lante sur mon tabouret. Mazel tov. Je revins à ma tequila et hésitai un moment avant de m’en saisir. Lorsque j’entendis mon cœur redémarrer, j’engloutis le liquide en une gorgée. Je n’eus rien à dire pour que le barman le remplisse à nouveau.

Je levai la tête vers lui et notai son expression amusée. Il ne semblait pas être un mauvais bougre en fin de compte, et quelque chose chez lui m’inspirait confiance. Il est étonnant de constater à quel point la présence d’un prédateur vous rend celle d’un autre prédateur plus agréable.

— Cormack n’est pas méchant, dit-il sans perdre son sourire. Il est juste un peu spécial. Mais il ne ferait pas de mal à une mouche.

Comme si c’était aux mouches que les suceurs de sang ont l’habitude de s’en prendre, pensai-je en faisant disparaître ma troisième tequila. De toute manière, ce n’était pas Cormack qui m’inquiétait le plus dans le duo que je venais de rencontrer.

— Tu t’es fait un ami, continua-t-il tout en me détaillant. Si tu passes le test du serpent, tu es tolérée.

Super. Je n’avais aucune envie de savoir ce qui arrivait aux gens qui n’avaient pas ma chance.

— Tu es nouvelle dans le milieu. Comment tu as débar­qué ici ?

Je résistai à l’envie de soupirer et haussai les épaules à la place. Longue histoire mon grand, longue histoire.

— Comme tout le monde, je suppose.

J’espérais que c’était une réponse assez légère pour rester floue et assez assurée pour être convaincante. Les clubs vampires, je n’en avais pas fait beaucoup, et je détestais ça. Mon truc, c’était plutôt la chasse en solitaire, pas l’adoration du mort-vivant. Cependant, j’étais à la recherche d’un vampire bien précis, et, selon les infos que j’avais recueillies à coups de pieu, il possédait la boîte.

— Je cherche Barney. Tu sais où je peux le trouver ?

J’avais essayé de la jouer détachée, mais j’avais visiblement échoué, vu l’expression suspicieuse qu’afficha le barman à la mention du nom. Si c’était lui, le fameux Barney, je venais de marquer un sacré mauvais point. Je sentis l’air bouger avant d’entendre une voix chantonner dans mon dos.

— Tout le monde cherche Barney, bébé, mais personne ne le trouve.

Je fis volte-face. Le nouvel arrivant était appuyé nonchalamment sur le comptoir, comme s’il avait été là depuis des heures. Ses cheveux bruns étaient lisses et lui descendaient jusqu’aux épaules. Sa peau était claire, ses lèvres fines mais bien dessinées. La supérieure remontait légèrement et donnait à sa bouche un côté enfantin qui était des plus charmant. Quant à ses yeux, ils étaient d’un bleu ciel hypnotisant. Je n’en avais jamais croisé d’aussi magnifiques. Il détonnait dans ce décor western, avec son jean délavé et troué, son simple tee-shirt blanc également déchiré en plusieurs endroits et ses paupières légèrement fardées de noir. Enfin, légèrement… Il portait plus de maquillage que moi, et ça n’aidait pas à rendre son regard moins percutant. Il était terriblement beau. Dommage que ce soit un vampire.

Ses lèvres s’étirèrent de manière féline.

— Tu as envie de moi, lança-t-il en guise de salutations.

Sympa comme entrée en matière, je note.

Je fronçai volontairement les sourcils en faisant la moue, ce qui sembla l’amuser.

— Te méprends pas, bébé. N’y vois rien de personnel. Je n’ai jamais dit que tu t’intéressais à moi, mais le désir sexuel a une odeur qu’il est très facile de reconnaître.

Si c’était le cas, j’étais vraiment dans la merde.

— Ça se sent à trois kilomètres que t’as pas pris ton pied depuis un moment, ajouta-t-il sur le ton de la confidence. Tu vas tous les rendre fous dans le coin.

Il ponctua sa phrase d’un clin d’œil.

Il avait parlé de manière désinvolte, en jouant des sourcils, ce qui était assez cocasse, et j’étais à mi-chemin entre l’amusement et l’énervement. Cela ne m’empêcha pas de soutenir son regard sans ciller. Il paraissait satisfait lorsqu’il se redressa.

— Si tu veux de mes services, sache que je suis à ton entière disposition, dit-il en se saisissant de ma main pour y déposer un baiser. Mais en ce moment, le devoir m’appelle !

Il disparut en une fraction de seconde, sans attendre ma réaction. Il devait se douter qu’il n’y en aurait pas. Pourtant, il avait raison. Je n’avais pas pris mon pied depuis très – trop – longtemps, et ça commençait à frôler la limite du supportable. Depuis Lukas, j’avais été aussi sage qu’une nonne fraîchement ordonnée. Mon cœur se pinça. Je chassai vite cette pensée en me retournant vers le barman, qui n’avait pas manqué une miette de l’échange que j’avais eu avec le vampire inconnu.

— Vous pouvez vraiment flairer ce genre de trucs ? lui demandai-je alors.

Bien qu’étant une hybride, j’en ignorais encore beaucoup à leur sujet. Je continuais à combler mes lacunes, petit à petit, mais j’étais toujours surprise de découvrir toutes les choses qu’il leur était possible de faire et qui me passaient sous le nez. C’était le cas de le dire. Mon odorat était des plus banal, et ma vision nocturne pour le moins inexistante. N’étant qu’à moitié vampire, face à eux, j’avais parfois l’impression d’être à moitié engourdie des sens.

Le barman continua tranquillement à essuyer un verre tandis qu’il m’adressait un sourire sans équivoque. Cette idée ne me plaisait pas du tout. Je devais puer le manque à plein nez. Ça faisait plus de huit mois maintenant. Huit putains de mois…

— Pourquoi tu cherches Barney, au fait ? demanda-t-il, me sortant ainsi fort à propos d’une rêverie dans laquelle il ne valait mieux pas que je me perde.

— On m’a dit qu’il saurait où trouver un vieil ami.

Il parut quelque peu méfiant. Je tentai un sourire aussi amical que possible pour faire passer la pilule, et il sembla se détendre. Je le vis exécuter un léger signe du menton, presque imperceptible. Je me tournai instinctivement, mais je ne pus déterminer à qui il était destiné. La foule se grimpait toujours dessus, et il n’était pas vraiment aisé de distinguer quelque chose dans ce méli-mélo mort-vivant.

Je me retournai vers le barman, un sourcil levé. Il semblait encore plus innocent que l’Enfant Jésus. Sauf que lui aurait bouffé le bœuf, l’âne, et les Rois mages. Je secouai la tête et chassai cette pensée en remarquant qu’il m’avait resservi une tequila. Je le remerciai avant de la faire disparaître, puis me mis à fouiller mes poches.

— C’est pour la maison. On a rarement de nouvelles arrivantes dans ton genre.

Dans mon genre ? C’est quoi, mon genre ?

Je penchai malgré moi la tête sur le côté, avant de la redresser aussi sec. Je détestais les gens qui penchent la tête pour réfléchir, comme si c’était le seul moyen pour que leurs fils se touchent.

— Tu veux dire de la viande fraîche ?

— Non avariée, corrigea-t-il avec un clin d’œil taquin.

Je souris sincèrement. Au fond, ce type me plaisait, dans son genre.

— Tu as un nom, mon petit ? demanda-t-il après un moment de silence.

Je me rendis compte que la musique s’était arrêtée. Ça faisait un bien fou aux oreilles. Je considérai le barman quelques instants avant de répondre. Des noms, j’en avais eu des tas ces derniers mois.

— Comment tu crois que je m’appelle ?

Je sentis son regard peser sur chaque centimètre de ma peau qu’il inspectait, comme s’il avait été en train de la parcourir de ses mains. Sa bouche se pinça légèrement aux extrémités.

— Caroline.

Je pouffai bien malgré moi. J’avais tout sauf une tête de Caroline.

— Alberta ? Joséphine ?

Sous cet air nonchalant, son sourire était séducteur. Si ce barman ne flirtait pas avec moi, je ne m’appelais pas Maeve Regan.

— Quinn, répondis-je.

Il me dévisagea quelques instants, bras croisés sur le torse, bouche légèrement pincée, et hocha la tête. On aurait vu à trois kilomètres qu’il n’y croyait pas une seule seconde. Mais, en bon barman, il ne me relança pas. Il devait avoir l’habitude des jeunes filles de bonne famille qui venaient entre ces murs à la recherche du grand frisson vampirique et retournaient ensuite à leur vie bien rangée comme si de rien n’était.

Des gens commençaient à affluer vers le bar et à se presser autour de moi. Pas besoin d’avoir un flair aiguisé pour profiter de l’odeur de transpiration qui se dégageait de chacun d’eux. Dieu, pourquoi la sudation ne s’arrêtait-elle pas à la mort ? Il n’y avait vraiment aucune justice dans le monde.

Un homme me bouscula pour s’appuyer sur le comptoir. Rectification, pour s’affaler sur le comptoir. Après avoir éructé de manière fort peu engageante, il harangua le barman et demanda une bière. Il ponctua sa commande d’un autre rot plus sonore que distingué avant de se tourner vers moi. Il avait tout du prince charmant. La cinquantaine bien tassée, sur le papier, des cheveux gras et gris, une espèce de chapeau de cow-boy vissé sur le crâne – ce devait être le dress-code de la boîte – et un sourire édenté qui aurait fait fureur dans un cours de prévention vantant les mérites d’un brossage de dents quotidien. On ne montre définitivement pas ce qu’il faut aux enfants pour les motiver, pensai-je en chassant d’un coup de main l’air nauséabond qui parvenait jusqu’à mes narines.

— Mais salut vous, me dit-il d’un ton aussi innocent qu’une femme de joie en pleine heure de pointe.

Il continua à me détailler comme le bout de viande que je devais être à ses yeux, sans aucune retenue devant mon décolleté, en passant la langue sur ses lèvres. Il venait d’éradiquer définitivement ma libido. Pour les vingt ans à venir. Son haleine était encore plus insoutenable que ses manières.

— J’ai mon pick-up qu’est garé pas loin, relança le prince charmant.

Je le regardai, ma bouche se déformant malgré moi.Ne se mettre personne à dos, n’énerver personne, me répétai-je mentalement. Pourtant, Dieu sait que j’aurais eu envie de l’envoyer valser, n’eût-ce été que pour me débarrasser de l’odeur.

— C’est gentil, mais je suis attendue.

J’avais essayé de sonner aussi sincère que possible. Il fit la moue tout en continuant à lorgner ma poitrine, puis poussa un petit soupir.

— S’il te fait poireauter encore un peu, ça nous laisse du temps…

Une chope fut bruyamment posée sur le comptoir à côté de nous.

— Dégage, Johnny.

Ledit Johnny leva deux billes hargneuses en direction du barman, se saisit de son verre et tourna les talons aussi vite qu’il était arrivé, après avoir lancé un dernier regard à mes seins. Je remerciai mon sauveur d’un hochement de tête.

— C’est quoi ton histoire, Quinn ? demanda-t-il en poussant un verre dans ma direction.

Il s’en était également servi un et m’attendit pour trinquer. Parfait, s’il pensait qu’il parviendrait à me soûler pour que je devienne bavarde, une grande partie de son bar allait y passer.

Je descendis mon verre d’un trait et il m’imita. Il avait déjà refait le plein lorsqu’il enchaîna.

— Comment une jeune fille dans ton genre en vient à fréquenter un endroit comme celui-ci ?

Il fit un geste circulaire pour montrer les lieux. Il m’avait posé la question un peu plus tôt, mais le ton était différent. On était passés aux choses sérieuses. Dans mon dos, la musique reprit.

Comment étais-je arrivée ici ? Rien de plus simple. Mon père tue ma mère et élève un frère vampire qui rêve de me faire la peau. Il assassine une amie et réduit mon grand-père à l’état de légume, me donnant ainsi de bonnes raisons de vouloir l’envoyer définitivement six pieds sous terre. Plutôt trivial, non ?

— Je suis à la recherche d’un vieil ami, répondis-je de manière sobre.

Il semblait sur ses gardes. Je devrais peut-être déguerpir de là au plus vite. Instinctivement, je croisai les jambes afin de pouvoir palper le couteau qui était dissimulé sous mon jean, au niveau du mollet. Je me détendis un peu, mais c’était le moment d’aller faire un tour, avant qu’il décide que je ferais un bon repas pour lui et ses amis. Bien entendu, grâce à mon étrange héritage génétique, ce serait leur dernier souper. J’étais aussi toxique pour eux que le plus virulent des poisons, sauf que je n’avais pas envie qu’ils me déchirent la moitié du corps avant de s’en rendre compte.

Je pris le verre qu’il avait resservi et le descendis cul sec avant de quitter mon tabouret. Mon jean eut un peu de peine à s’en décoller, mais, lorsque je fus sur la terre ferme, je pus adresser un sourire discret au barman.

— Je vais faire un tour. Merci pour les tequilas !

Il ne répondit rien, occupé qu’il était à me regarder d’une manière un peu trop insistante à mon goût, et je me fondis vite fait dans la foule. Une fois au sein de la masse libidineuse et odorante, je jetai un coup d’œil vers le bar. Il me regardait toujours fixement. C’était un sacrément mauvais point. Je devais me faire oublier, et disparaître. Tant pis pour ce Barney, je le trouverais autrement.

Je sentis des mains se poser sur mes hanches et réprimai un sursaut. Je me retournai pour découvrir un vampire, la trentaine en apparence, qui semblait apprécier la musique et vouloir en profiter en ma compagnie. Il avait les cheveux courts, et c’était bien un des premiers que je croisais qui n’arborait pas une crinière. Je le repoussai aussi gentiment que je pus et tentai de faire un pas en avant. Mais il me colla et se frotta à nouveau à moi.

— Lâche-moi, grognai-je sans ménagement.

Fallait pas pousser non plus.

Au lieu d’obtempérer, ses paluches saisirent mes fesses. Le coup faillit partir plus vite que la lumière. Faillit, parce qu’avant que je ne puisse lever le coude, une tête reptilienne avait fait irruption entre l’empoté et moi. Je sursautai et fis un pas en arrière, n’étant plus retenue par des mains baladeuses.

— La dame t’a dit non, fit une voix que j’identifiai comme celle de Cormack.

Le vampire disparut sans plus de cérémonie, alors que Rosita promenait sa langue devant mon visage. Sans me consulter, elle s’enroula ensuite lentement autour de mon cou, sa peau froide glissant sur la mienne comme dans un ballet macabre. J’étais trop tétanisée pour pouvoir réagir. Elle eut bientôt totalement quitté Cormack pour se retrouver sur moi. Elle pesait une tonne.

— Merci, murmurai-je à l’attention de Cormack.

— Remercie Rosita, elle t’aime bien.

Malheureusement, pensai-je, maussade.

Ce fichu serpent s’était accroché à ma nuque comme si on était amies de longue date. Elle refit un passage éclair devant mon visage, sa langue venant effleurer le bout de mon nez à nouveau, avant de retourner sur son propriétaire pour se pelotonner rapidement autour de son cou. Elle ressemblait à un gros collier vert, une fois qu’elle ne bougeait plus. Je pris une grande bouffée d’air. Je détestais vraiment les serpents.

Mon cœur ne battait plus depuis qu’elle avait fait sa petite excursion sur moi, et c’était mauvais. Toute ma couverture reposait sur le fait que j’étais une humaine innocente venue ici pour le frisson vampirique. Et, jusqu’à preuve du contraire, les humaines ont un cœur qui pompe le sang de manière régulière. Je pris de profondes inspirations, le plus discrètement possible.

Lorsque je hasardai un regard sur le côté, Cormack avait disparu. En cherchant dans la foule, je le repérai quelques mètres plus loin, agitant discrètement sa tignasse au rythme de la musique. Quelques têtes étaient tournées dans ma direction, toutes affichant un air aussi sympathique qu’un troupeau d’alligators affamés. Encore quelques inspirations. Ce fichu cœur devait se remettre à battre.

Je pivotai vers la scène pour tenter de me concentrer sur ce qui s’y passait. Les membres du groupe semblaient en transe et remuaient tellement vite qu’il était impossible de distinguer leurs visages. Une autre inspiration.

Je sentis une présence dans mon dos. Je n’avais pas envie de me retourner. Encore une inspiration. Les pulsations recommencèrent, très lentement. Je lançai un coup d’œil rapide derrière moi et reconnus mon barman. Il s’immobilisa quelques mètres plus loin et commença à observer la scène. Je suivis son regard et me rendis compte que le chanteur du groupe avait enfin arrêté de gesticuler. Le barman lui fit un signe rapide, comme il en avait déjà fait un tout à l’heure, et l’homme sur scène acquiesça. Puis il pivota vers moi. C’était le vampire qui était au bar quelques instants plus tôt, celui qui m’avait proposé ses services. Ses yeux étaient braqués sur moi. Mon sang se glaça.

Il se remit à chanter, et la musique se révéla étonnamment mélodieuse. Il me dévisageait. Lorsque je détournai le regard pour échapper à son emprise, je remarquai que le barman était à nouveau à son poste, tranquillement en train de s’occuper des clients. Je me retournai vers la scène et constatai que le chanteur m’observait toujours. C’était plus que dérangeant. J’avais l’impression que les murs autour de moi rétrécissaient à vue d’œil, et que j’allais finir par être broyée sous la force de cet océan.

Je clignai des yeux, mais la sensation ne disparut pas. Il fallait que je sorte d’ici au plus vite. À ce rythme-là, mon cœur ne tarderait plus à s’arrêter à nouveau, et c’était la dernière chose que je voulais. J’avais très certainement déjà été repérée, et même si je ne voyais pas trop ce que j’avais pu faire de mal à leurs yeux à part chercher Barney, ça me semblait un assez bon motif pour me tirer avant qu’on vienne me demander des comptes. Cependant, je n’arrivais pas à bouger, fascinée que j’étais par le regard bleu qui ne me quittait pas.

Finalement, le chanteur me fit un clin d’œil, ce qui me désarçonna suffisamment pour que je reprenne mes esprits. Il me désigna ensuite un coin de la salle d’un coup de menton discret. Je lui adressai une moue perplexe, et il me fit signe à nouveau. Je tournai la tête pour étudier la direction qu’il m’indiquait. Dans un angle, une grande brune – très certainement vampire elle aussi – appuyée sur une table haute, était en pleine discussion avec un petit homme sec.

Je pivotai vers la scène et le chanteur se contenta de me sourire. Puis il refit un signe dans la même direction. La mélopée qu’il entonna ensuite me laissa peu de doutes quant à son message. It’s what you’ve been looking for. Je me retournai vivement vers la femme. What you’ve been looking for. Elle leva les yeux vers moi. What you’ve been looking for. Go get it. Lorsqu’elle remarqua que je la dévisageais, tout se déroula très vite.

Chapitre 2

La vitesse à laquelle elle fila jusqu’à la porte ne laissa aucun doute quant à sa véritable nature.

Je me lançai à sa poursuite sans attendre, bousculant plusieurs personnes sur mon passage. J’avais beau être à la diète sanguine, je ne courais pas aussi vite qu’un vrai vampire. Je n’avais donc pas de temps à perdre.

Une fois à l’extérieur de la boîte, je m’élançai dans la rue déserte à la recherche de l’ombre qui me devançait. Elle avait quelques bons mètres d’avance. Heureusement, j’avais mes bonnes vieilles baskets et pas des escarpins, comme elle. Je courais à m’en déchirer les poumons. C’était une bonne chose que le coin ne soit pas fréquenté à cette heure-ci.

Plus que quelques mètres. Elle était rapide, mais les talons avaient le désavantage de fort peu se prêter aux sprints. Les femmes négligent toujours ce genre de détail. Deux mètres. Il me suffirait bientôt de tendre le bras pour attraper sa crinière et m’arrêter d’un coup sec. Un mètre…

Le choc fut brusque. Sachant que j’arrivais à sa hauteur, cette salope avait stoppé net, me faisant percuter son dos à pleine vitesse. Je sentis le goût du sang emplir ma bouche alors que je me baissais pour esquiver le premier coup qu’elle essayait de me porter. Si elle croyait que ça allait être aussi facile que ça…

Nous n’étions pas loin d’une des artères principales de la ville, et, malgré l’heure tardive, je pouvais voir des gens aller et venir sur la route transversale. Je me relevai d’un bond et visai son ventre. Mon poing s’y enfonça de quelques centimètres. Le choc lui aurait coupé la respiration, si seulement elle en avait eu une. Elle m’adressa un immense sourire et j’eus le temps de la détailler une fraction de seconde. De grands yeux bruns aux cils interminables, des pommettes hautes, une bouche charnue. Elle n’était pas vilaine, pour un cadavre ambulant.

Mon deuxième coup l’atteignit en pleine tempe, et j’entendis un bruit distinct de craquement. Elle serait certainement moins séduisante une fois que j’en aurais fini avec elle. Elle tenta de me frapper mais échoua, car je m’étais écartée de sa trajectoire, ayant anticipé cette attaque. À mon tour de la regarder avec un grand sourire.

Elle chargea à nouveau et me heurta de plein fouet. Nous roulâmes par terre et nous engageâmes dans un combat de griffes. Quelques coups plus tard, il lui manquait deux ou trois poignées de cheveux et mon visage était scarifié de toutes parts. Il était sérieusement temps que je considère l’idée de me laisser pousser les ongles, ça pouvait se révéler utile.

Alors que nous continuions de rouler, je tentai d’attraper le poignard qui était accroché à mon mollet. En vain. Encore un tour et je me retrouvai sur elle. J’essayai de retenir ses bras comme je pouvais, mais c’était une vraie une furie. Un coup de tête bien placé, et des flots écarlates se déversèrent de son nez, faisant disparaître rapidement une tache de naissance en forme de cœur qui ornait la base de son cou. Elle profita de ce que j’essayais de détailler la marque pour m’éjecter quelques mètres plus loin. Je me relevai à la hâte, et elle m’imita. Le sang qui maculait son visage blanchâtre lui donnait des airs de Bozo le clown. Je lui aurais volontiers pincé le nez pour voir le genre de son qui en sortait.

Elle darda sur moi un regard menaçant, approcha à pas lents et me contourna, comme un fauve avec sa proie.

— Allez, viens jouer, petite poupée, dit-elle sur un ton un peu trop badin en ces circonstances.

Elle avait un accent chantant que je ne parvins pas à identifier. Probablement italien. Elle avait le type méditerranéen, en tout cas. N’ayant ni le temps ni l’envie de me lancer dans une conversation mondaine, je déchirai le bas de mon pantalon en un temps record pour en extraire mon poignard. Mieux valait le jean que ma gorge. Une fois que j’eus le couteau bien en main, je lui rendis un sourire aussi snob que le sien avant de faire un pas dans sa direction.

— J’arrive maman, répondis-je, dents serrées.

Et je bondis sur elle. Elle esquiva mon premier assaut en m’envoyant valser sur le côté d’un coup de genou bien calculé. J’accusai l’attaque et me retournai vivement pour frapper son rein. Elle hurla de colère et fit volte-face, me gratifiant d’une droite à m’en disloquer la mâchoire, qui craqua de mécontentement. Je jurai tout en la remettant en place.

Elle me lança un regard incrédule alors que je grimaçais de douleur. Je me recomposai un sourire de circonstance après m’être également fait craquer la nuque. On n’allait plus tarder à s’amuser pour de bon.

— Qu’est-ce que tu es ? demanda-t-elle, partagée entre le dégoût et la peur.

Je me redressai et lui fis face.

— Sûrement la dernière personne que tu aurais dû emmerder ce soir, répondis-je en la chargeant.

Un coup dans la mâchoire, pour équilibrer les choses, un dans le ventre, qu’elle esquiva à moitié, et un coup de couteau en pleine poitrine plus tard, nous nous trouvions à nouveau au sol. À la différence près que, cette fois-ci, elle était beaucoup plus docile. Le poignard entre ses seins, juste à côté de son cœur. L’attaque n’était pas mortelle, mais cela ne la rendait pas moins douloureuse. Surtout lorsqu’on remuait la lame, comme j’étais en train de le faire. La vampire se tordait en gémissant, les jambes tendues à l’extrême, poitrine relevée malgré elle à la rencontre de la garde. Je voyais des larmes rosées coller les cils de ses grands yeux bruns, et je pouvais y lire toutes les insultes silencieuses qu’elle m’adressait.

— Bien, j’espère que j’ai toute ton attention à présent.

J’arrêtai de remuer le couteau pour qu’elle se calme. Les soubresauts cessèrent et je m’assis complètement sur elle.

— Où est-ce que je peux trouver Barney ?

Elle se mit à rire. Une chose est sûre, je n’apprécie pas qu’on me rie au nez quand je pose une question, surtout lorsqu’elle n’est pas stupide. J’imprimai quelques tours au couteau et regardai la bave rose qui commençait à souiller la commissure de ses lèvres si parfaites. Je répétais la question, sans obtenir plus de succès.

Elle planta ses immenses prunelles dans les miennes. Sous l’écume rosée, un sourire était toujours visible.

— Quoi ? demandai-je, glaciale.

Elle se contenta de me dévisager, son expression foutrement amusée. Je ressortis la lame pour la ficher un peu plus près de son cœur d’un geste précis. Peine perdue.

— Quoi ? hurlai-je.

Malgré l’effort surhumain que cela sembla lui coûter, elle commença à rire. Je lui mis un coup de coude en plein dans le nez, que je sentis craquer encore une fois. Ce n’était sûrement pas utile, mais cela me détendit aussitôt.

— Pourquoi tu le cherches ?

Est-ce que c’était une plaisanterie ? C’est elle qui avait un poignard dans la poitrine, donc c’était moi qui posais les questions. Simple logique.

— C’est pas tes oignons, ma belle.

— Non, tu ne m’as pas comprise, ma belle, dit-elle en accentuant les derniers mots. Pourquoi le cherches-tu, alors que c’est lui qui t’envoie ?

Et merde.

— Pourquoi tu t’es enfuie en me voyant ? demandai-je, en tentant de ne pas me démonter.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin