Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Divine insolence - 2

De
58 pages
Un troublant jeu du chat et de la souris…



***



« Est-ce que j'hallucine ?!



Ces larges épaules, cette haute stature, ces cheveux noirs, ce mélange de classe et d'indolence. C'est Alec ! Non, impossible, je débloque ! Je ferme les yeux, quand je les rouvrirai, il aura disparu. Un. Deux. Trois. Merde ! Il est toujours là ! Mr Sexy porte un costume classique mais je le reconnaîtrais entre mille. Mon ventre se noue quand je découvre son merveilleux profil, son nez aquilin et devine son sourire d'ange de l'Enfer. Je reste figée, séchée sur place. OK. J'ai compris. Le destin me tend une perche ! Dès que je serai à nouveau capable de bouger, je vais aller lui dire tout le mal que je pense de lui et surtout que je sais qu'il n'est que le gigolo de Sarah Ackerman.



Mais… C'est quoi cette bimbo d'au moins 60 ans qui lui caresse l'épaule ? Ce sale macho ne se contente pas d'être l'amant de la milliardaire, il a carrément une petite entreprise !



Alors que je me débats entre consternation et jalousie, Alec se retourne, sans doute titillé par mes ondes vibratoires en folie. Son regard s'arrête net sur moi. Après une microseconde où il paraît surpris, ses yeux dorés s'éclairent d'une lueur animale où brûlent encore les braises du désir... Du moins c'est ce qu'il me semble. Ou ce que j'espère... Alec s'excuse auprès de la dame, pose son verre et se dirige vers moi. Il avance tranquillement, un sourire imperceptible sur ses lèvres divines, son col de chemise ouvert, il a plaqué ses cheveux, ce qui accentue ses traits sublimes.



Première étape : parvenir à fermer la bouche et avoir l'air moins ridicule.



– Bonjour, me salue-t-il simplement en s'arrêtant à ma hauteur.



Il me fixe, décontracté à l'insupportable, visiblement ravi de me voir, ni mal à l'aise ni étonné. Il attend que je lui retourne la politesse alors que j'ai juste envie de lui retourner une gifle. Est-ce qu'il se souvient qu'il m'a plaquée déjà deux fois comme une malpropre ?



Mon corps se remet en marche. Et pour quoi faire ? Je vous le donne en mille. Pour passer ma main dans mes cheveux et tirer sur ma robe !



C'est moi qui mériterais une claque !



Je décide de faire l'impasse sur le « bonjour » :



– Je vois que vous êtes en plein travail, attaqué-je sèchement avant de lancer un regard assassin à la cougar botoxée.



Loin d'être déstabilisé ou refroidi par mon accueil, le diabolique se penche vers moi et, d'une voix sensuelle et taquine qui manque de me faire imploser, il me chuchote :



– Tu me suis ?

– J'ai autre chose à faire ! réponds-je sur un ton de pimbêche. C'est le hasard, comme au poker ! Vous semblez en connaître un rayon si j'en juge la lettre que vous m'avez laissée sur l'oreiller. C'était quoi déjà ?

– Qu'il valait mieux partir avant que la reine de cœur ne se transforme en dame de pique. Il semblerait que j'avais raison. Tu es fâchée !

– Depuis quand se tutoie-t-on ?

– Depuis que tu m'as dit en soupirant : « continue, encore... »



***



On me dit vive et indépendante, et je n’ai pas ma langue dans ma poche… Mais quand j’ai croisé Alec, je suis restée sans voix. Regard de feu, petit sourire aux lèvres, aussi sexy et décontracté en jean-baskets qu’en costume trois-pièces, ce mec est le désir incarné !

Mais que me veut-il ? Quand je le cherche, il me fuit, quand je ne l’attends plus, il surgit. Alec est un mystère : tour à tour drôle, charmant, sauvage et fascinant ! Qui se cache réellement derrière toutes ces facettes ?

Une histoire avec lui est-elle seulement possible ? Quand on met autant d’énergie à cacher son passé et à dissimuler son présent, comment envisager l’avenir ?



***



Suivez Romane et Alec jusqu’au bout du monde avec la nouvelle romance d’Olivia Dean, Désir – Divine insolence !



Désir – Divine insolence, volume 2 sur 6
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

1. La galerie
– Accusée Romane Gentillac, qu’avez-vous à dire pour votre défense ?
Je reste pétrifiée et fixe le bout de mes pieds. La voix autoritaire du magistrat aux accents familiers me tire de ma torpeur et me fait relever la tête.
Maman ! Mais qu’est-ce que tu fais là ?
Ma mère trône devant moi, assise dans un fauteuil bulle, toute vêtue de noir et coiffée d’une ridicule perruque blanche. À sa droite, Sarah Ackerman, en paréo, me toise du regard tout en picorant des araignées vivantes. À sa gauche, Aude Lussac, ma patronne, tend vers moi un doigt accusateur.
– Rien ! J’ai failli à mon devoir professionnel. Je devais convaincre Sarah Ackerman de signer avec Woolf et au lieu de ça, j’ai couché avec Alec, un Américain que j’ai rencontré dans l’hôtel particulier de la milliardaire. J’ai d’abord cru qu’il était un simple employé de maison, mais il semblerait que ce soit une erreur !
Fatale !
– Mais madame le juge, continué-je, ce sale type m’a envoûtée ! La preuve : une fois qu’il a obtenu de moi plusieurs orgasmes en chaîne et l’assurance que j’étais dingue de lui, il a disparu alors que je faisais la queue à la boulangerie. Mr Brico-sexy ne m’a laissé qu’un vague mot sur l’oreiller en guise d’adieu !
C’est quoi ces rires gras derrière moi ?
– Hier ma patronne m’a demandé de retourner chez la milliardaire. Une dernière tentative pour obtenir l’exclusivité de ses mémoires et sauver Woolf de la faillite. Alors que j’avais tenu héroïquement six jours sans contacter Alec, obligée de me pincer chaque fois que je pensais à lui, j’ai imaginé que j’allais le revoir. Je me suis préparée mentalement pendant tout le trajet en métro. J’étais partagée : me jeter à ses pieds ou lui donner une gifle ? Mais en définitive, c’est moi qui ai pris la claque de ma vie. Mais pourquoi suis-je venue pieds nus à mon procès ?
– À peine arrivée chez Mme Ackerman, je me suis rendu compte qu’Alec n’y était pas. Premier choc. Le deuxième : la découverte d’une photo qui ne laissait aucun doute quant à la nature des relations qu’Alec entretenait avec la milliardaire. Ils posaient tous les deux en petite tenue sur le clavecin !

Horreur ! Moi, je suis carrément à poil !
Je me réveille en sueur avant que la sentence ne tombe, consternée d’avoir confié à ma mère – même en rêve – les détails de ma vie personnelle.
Tout va bien, je suis dans mon lit ! Ce n’était qu’un cauchemar.
À bien y réfléchir, ça ne va pas si bien que ça. Mais on dirait qu’il fait beau, il est 10 heures, c’est samedi et je ne travaille pas. Je vais bien trouver un centimètre carré de pelouse libre dans le parc pour y poser une moitié de fesse. Ce sera l’occasion de sombrer dans la déprime en contemplant le bonheur des amoureux.
Allez, debout ! Objectif : atteindre la machine à café.

– Hello ! me salue Lucas, d’innombrables bouquins ouverts devant lui sur la table.
– Bonjour ! Ça va ? demandé-je en me faisant couler un expresso.
– Désolé, j’ai encore squatté la cuisine. Il faut croire que c’est mon élément, je suis fait pour être un chef étoilé ! Waouh ! Tu as une sale tête.
– C’est bien que tu n’aies pas d’ambition diplomatique, je t’en aurais dissuadé.
– Ce n’est pas ce que je voulais dire ! s’excuse Lucas. Tu as l’air triste.
– Non ! Toi en revanche, tu as l’air complètement dépassé… C’est toujours tes cours de rattrapage ?
Technique ninja ancestrale : retourner la force de l’adversaire contre lui et éviter de répondre.
– Je suis nul ! Déjà l’anglais, c’était pénible, mais alors le chinois ! C’est, paraît-il, la langue incontournable des affaires !
Il s’interrompt, me regarde droit dans les yeux.
– Mais qu’est-ce qui ne va pas, Romane ? C’est encore le type du 14 juillet ?
– Qui ?! m’étranglé-je en toute mauvaise foi avant d’exploser en sanglots.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin