//img.uscri.be/pth/ebe75bc539762bacf18cb78245e07ecd4d784edd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

El Matador 3

De
116 pages
De son envie folle de départ, les choses s'étaient mises en place autour d'un axe, celui de découvrir les nouveaux pays d'Europe de l'Est, et d'une curiosité, celle d'en savoir un peu plus sur cette race confidentielle qu'elle en était presque énigmatique, celle du cheval Lipizzan. Alors, la première étape marquante de ce voyage serait pour Lipica en Slovénie, ce pays si petit que nul ne savait où le situer sur un planisphère, puis Sâmbata de Jos au coeur de la Roumanie et enfin sur le chemin du retour, Vienne et sa mythique école. Lyne vient de terminer ses études, mais avant de se lancer dans le monde du travail, elle prend le temps d'une année sabbatique, apte à une réflexion dont elle semble avoir bien besoin. Sellant El Matador, elle part en sa compagnie arpenter des chemins qui l'emmèneront jusqu'au bout de l'horizon et peut-être plus loin encore... On retrouve avec plaisir notre cavalière préférée qui nous entraîne cette fois dans un long périple au-delà des frontières: un rafraîchissant cocktail d'aventures et de romance, où l'auteur partage tout son amour de l'Est.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

El Matador 3
Du même auteur
Le journal de Lorelei, éditions Publibook, 2014 La Citadelle des Dragons, éditions Publibook, 2014 El Matador 2 – le Retour de la Bête, éditions Publibook, 2013 Journal personnel et intime d’une nouvelle Zingara, éditions Publibook, 2007 De lettres en lettres… Année 1912,2006 El Matador, éditions Publibook, 2006 Un train peut en cacher un autre, éditions Publibook, 2006 La fleur bleue, éditions Publibook, 2006 A l’aube du soleil vert, éditions Publibook, 2006
Isabelle Morot-Sir El Matador 3 La Quête
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120247.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles.
Oscar Wilde
Chapitre 1 Repoussant d’un geste machinal une mèche trop longue de ses cheveux blonds, qui lui battait à présent les yeux, Lyne soupira en regardant sa carte pour la énième fois. Il n’y avait pas à douter, un chemin pour l’heure inexistant devait se trouver là. Pour l’instant, ce « là » n’englobait qu’une hardie et impénétrable brousse, ronces et bardanes mêlées en un enchevêtrement inexpugnable. Son GPS, comme à chaque moment stratégique, les avait abandon-nés sur un « perte des satellites » des plus énervants, les laissant en vrac au beau milieu des bois. Son compagnon, agacé par ses atermoiements, la pous-sa d’une bourrade à l’épaule, la faisant maugréer. — Et bien tiens, puisque t’es si malin, dis-nous où nous devons passer ! La fixant de son œil gauche pétillant d’une lueur amu-sé, il secoua sa lourde encolure faisant voler son épaisse crinière blanche, tout en grognant sourdement. Il gratta d’un antérieur et repoussa un peu plus fort sa jeune cava-lière, qui bougonna derechef, en ce retenant cependant de rire. — OK, c’est bon, je monte, t’as gagné. Fourrant sa carte inutile dans une de ses fontes, Lyne attrapa la longe du mulet qui, profitant de la halte inopi-née, broutait avec entrain toutes les pousses à sa portée, avant de se hisser souplement en selle de l’étalon blanc. — Allez les gars, on y va. Les rênes posées sur le pommeau de sa selle, elle laissa sa monture décider de leur direction, amusée malgré tout par la répartition des responsabilités au sein de leur petit
9
groupe : El Matador les sortaient de toutes les situations embarrassantes, Castor le mulet débonnaire, portait les bagages et elle, ma foi… profitait du paysage sans doute ! Elle qui avait voulu faire ce voyage afin de grandir un peu en s’autosuffisant, cela semblait mal parti ! Dans le silence de cette forêt Italienne, elle éclata d’un rire clair, qui effaroucha un écureuil brun, et fit s’envoler quelques oiseaux. Si son père la voyait il n’aurait pas eu tant de ré-ticences à la laisser aller ! Pour l’instant il est vrai, sa longue randonnée à la re-cherche d’elle-même ressemblait plus à une agréable promenade qu’à un austère apprentissage spirituel. La traversée des Alpes avait été rude, c’est vrai, mais El Matador conscient des ravins et des éboulis sur les che-mins escarpés, n’avait jamais failli. Quitte à mordre l’arrière main imposante du mulet de bât afin de le décider à s’aventurer là où seule une chèvre souhaiterait poser ses sabots, il leur avait permis à tous trois de franchir chaque difficulté presque en toute sécurité. Il était hors de ques-tion qu’il arrive quoi que ce soit à Lyne, et rien ni personne ne la mettrait en danger. Cette longue randonnée était pour lui une découverte, certes il avait déjà fait quelques sorties sur plusieurs jours en compagnie de Lyne, mais jamais ils n’étaient partis si loin et si longtemps. C’était une expérience qu’il appré-ciait à sa juste valeur et qui en fin de compte comblait totalement sa nature. Il n’avait après tout besoin que d’herbe, d’eau fraîche, d’air vif ainsi que de la main de Lyne nichée dans la tiédeur de son épaule. L’expérience était donc fort heureuse. Traversant quelques futaies d’un pas assuré, El Matador les oreilles pointées vers l’avant, les guida d’un pas sûr ; Ils sortirent finalement du bois en quelques minutes, re-trouvant une petite route goudronnée, route qui n’aurait, aux dires de la carte, jamais dû se trouver là.
10