Elixires

De
Publié par

Elixire et Philippe se cherchent et se perdent de scène en scène. Ils se croisent et se décroisent sans se reconnaître ; à chaque fois ils sont foudroyés... Une porte qui claque un peu trop vite comme une gifle, et Elixire oublie tout, tandis que Philippe crève de ses souvenirs. Un vélo posé contre un banc et une passante de rêve. Un accident de voiture qu'on n'a pas vu venir... Mêlant la comédie au drame, cet ensemble de sketchs et de courtes pièces est conçu comme un spectacle modulable.
Publié le : jeudi 1 novembre 2007
Lecture(s) : 261
EAN13 : 9782296184794
Nombre de pages : 100
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

ELIXIRES

2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris

@ L'Harmattan,

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan l@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-04360-2 EAN : 9782296043602

Philippe PILATO

ELIXIRES
Préface de Patrice Maniglier

L' Harl11a ttan

Remerciements

A Alexandre Papias, auteur, pour son soutien jamais démenti. A Dominique Czapski, qui accueille si chaleureusement les inconnus dans son beau théâtre rouge à Antibes. Aux Falicomédies de Françoise Ollivier et Philippe Lecomte qui, sur le promontoire de Falicon, près de Nice, soutiennent les auteurs et les comédiens de la région. A Patrice Maniglier, enfin, pour sa si belle préface.

Préface

Un jour, sur la plage de galets de Nice était-ce l'été? Nous étions-nous baignés? Il y avait

du vent, je m'en souviens, mais il me semble que

nous n'avions pas eu peur des vagues... - Philippe,
qui n'était pas encore l'être générique que vous lirez dans ces pages, mais mon ami, celui qui m'a donné une fois pour toutes la liberté absolue d'être tout ce que je puis auprès de lui, Philippe, donc, m'a dit: j'écris pour le théâtre. Je fus d'abord un peu surpris. Nous avions, certes, il y a plus de quinze ans, écrit par plaisanterie une sorte de tragédie bouffonne ensemble, sur le coin d'une table de salon et en riant de notre joie même. Mais il ne s'agissait pas de cet acte sans destinataire qu'on appelle écrire: il

s'agissait de jouer ensemble. Et si je connaissais de Philippe des poèmes, des nouvelles, des romans même, je ne connaissais point de pièces de théâtre. Alors que le vent volait au passage autant de ses paroles qu'il pouvait, et conférait à l'ensemble une vigueur aventureuse, il me raconta Elixires. J'y

reconnus immédiatement cette grâce si singulière, si propre à Philippe par ailleurs, qu'on appelle la théâtralité. Qu'est-ce que la théâtralité? Vieux problème qui traîne dans les classes de littérature. Vous me direz (pour me faire plaisir, conciliant lecteur que vous êtes) « propriété de ce qu'on voit au théâtre », et je m'exclamerai, niaisement triomphant: «Ah!

Ah ! Voilà bien les ignorants! Mais non, bien sûr, la théâtralité c'est une propriété de ce que précisément on ne verrajamais dans un théâtre! ». J'aurai raison bien sûr, c'est la loi du genre. Car la théâtralité c'est le désir du théâtre, la langueur d'une scène,

l'aspiration rêveuse de ce qui n'est pas sur une estrade, à Y venir, pour des raisons nécessaires, essentielles, internes. C'est donc une propriété de tout ce qui est ailleurs que déjà dans un théâtre. Et avant tout, bien sûr, d'un texte. Théâtral un texte qui ne peut se lire, qui ne peut se déployer comme texte, sans que se structure ailleurs un espace où il a lieu, même si cet espace n'est pas réalisé. Donc théâtral un texte qui se 10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.