Flora

De
Publié par

L'auteur met ici en scène une des personnalités les plus fascinantes du dix-neuvième siècle : Flora Tristan, figure exemplaire du féminisme, défenderesse énergique des étrangers et des exclus. Elle est aussi une des grandes militante de la cause ouvrière et s'est attachée à dénoncer l'horrible condition du prolétariat de son époque. Simon Yoland montre également un être mû par de très hautes aspirations, recherchant un amour presque mystique et victime, dans sa chair même, des brutalités de son mari, le peintre Chazal.
Publié le : jeudi 1 mai 2003
Lecture(s) : 288
EAN13 : 9782296322608
Nombre de pages : 110
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

VOLAND SIMON

FLORA
Pièce inédite.

L'Harmattan

<9 L'Hanuattan,

2003

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Hamlattan, Italia s.r.1. Via Bava 37 10124 Torino L'Hanuattan Hongrie Hargita u. 3 1026 8 udapest ISBN: 2-7475-4453-2

La pièce Flora est librement inspirée de la vie et de l'œuvre de Flora Tristan. Elle fut d'abord créée, en 1991, par La Comédie errante, dans une mise en scène de Bob Villette. Avec, dans le rôle titre: Agnès Dewitte et Catherine Cazorla François Gilbert Bruno Putzulu Bob Villette

Elle fut reprise par le Théâtre de la Balancelle, en 2003, dans une mise en scène de Monique Surel-Tupin. Avec, dans le rôle titre: Christine Liétot et François Cabanas Jean-Luc Debry Emmanuelle Huret Arweza L'Hermine Thierry Sauze

Personnages
Flora Chazal, mari de Flora Eléonore, amie de Flora Constant, dit Alphonse, ami de Flora Vincard, ouvrier hostile à Flora André, ouvrier, ami de Flora Dame d'Icarie, disciple de Cabet Jasmin, poète d'origine populaire Reynier, industriel Mme Reynier, sa femme L'évêque, évêque de Nîmes Deux étudiants Deux prisonniers L'ouvrier de Lyon Deux autres ouvriers
La pièce a été conçue de façon à ce qu'elle pUisse éventuellement être jouée par cinq comédiens

PROLOGUE
CHAZAL - FLORA.
Une ruelle, dans Paris, le soir.

CHAZAL

(apercevantFlora) Ah la voici! Ah te voici! Je t'ai enfin retrouvée, maintenant tu vas parler, tu sais. .. (mi-horrifiée, mi-effrayée) Partez, je n'ai rien à vous dire. Où est Aline? J'exige... Il exige! Oui j'exige, tu entends, j'exige de savoir immédiatement où se trouve ma fille. (Il la secoue.)
(tentant de se dégager) Mais laissez-moi!

FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL

FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA

Où est ma fille? Ta fille! Ma fille, oui ma fille. Ose un peu me dire qu'il ne s'agit pas de ma fille. Oh je le voudrais! Comme je voudrais n'avoir jamais eu avec vous le moindre commerce. Le moindre commerce! Oh la mijaurée, la jolie donzelle, la péronnelle! Mais tu es ma femme, tu sais, et Aline est ma fille et j'ai des droits et je le ferai savoir. (Il crie.) A la

CHAZAL

garde! A la garde! créature chez moi! FLORA CHAZAL Te tairas-tu, chien!

Qu'on ramène cette

Chez moi, au domicile conjugal, allez ma femme, au bercail, avec ma fille. Me dirastu où est ma fille, mon Aline? Allons, parle. Encore une fois, ne me touchez pas. Ah ! on me repousse. Laissez-moi, vous me faites horreur! Horreur, allons donc! Oui horreur, vous êtes un monstre, un porc! Un porc! répète un peu, voir? Un porc! Un porc! Un porc immonde. Sais-tu bien que je pourrais te faire ravaler tout ça ? Créature abjecte, vous voir seulement me répugne, me retourne, me révulse, me donne la nausée. Sais-tu bien qu'on pourrait te rentrer au fond de la gorge toutes ces insanités? Vous êtes une brute et de la pire espèce. Retire ça ! Un triste sire. 8

FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA

CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA

CHAZAL

Une dernière fois. .. Un inrnme jouisseur. Une dernière fois, retire ça ! Un pauvre raté. Tu me le paieras. Une larve, une loque, une chiffe, un déchet. Ordure! La honte de l' humanité! Une dernière fois, retire ça et excuse-toi! M'excuser! T'excuser, sale femelle! Plutôt mourir! Vipère. Oh la vipère! Sais-tu ce qu'on fait des vipères comme toi? On les écrase, comme des bêtes malfaisantes. D'un coup de talon, on écrase leur méchante petite tête pointue. Comme je vais t'écraser, t'écraser moi, éclater ta sale jolie petite tête contre ce mur. C'est ça, tuez-moi, tue-moi, assassin, gibier de potence, sinistre brute... Tais-toi! Tais-toi! Une dernière fois, je te préviens, tais-toi! Me taire? Je te l'ai dit, plutôt mourir. 9

FLORA
CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL FLORA CHAZAL

FLORA CHAZAL FLORA

CHAZAL

Mais tais-toi, saleté, te tairas-tu à la fin ?
Arrivent deux étudiants.

1 étudiant CHAZAL

er

Que veut dire ceci? Allez-vous laisser...
(plutôt confus) Ecoutez, mOl vous... Messieurs, laissez-

2èmeétudiant Il suffit! Nous en avons assez vu. CHAZAL 1er étudiant
2èmeétudiant CHAZAL

Vous expliquer. Quelles sont ces mœurs?
C'est inqualifiable. N'allez pas vous méprendre! Incroyable, sans nous, vous alliez. . .

1er étudiant FLORA

Merci, merci, Messieurs, vous m'avez tirée des griffes de ce...

2èmeétudiant S'acharner ainsi!
1 étudiant
er

Contre une faible femme. (ironique) Faible femme.

CHAZAL

2èmeétudiant C'en est assez. Plus un mot! 1er étudiant CHAZAL Vous mériteriez une bonne correction. Je vous l'ai dit, je vais vous expliquer...

1er étudiant
CHAZAL

Il n'y a rien à expliquer et la cause est
entendue, vous frappiez une femme. Ma femme! 10

2èmeétudiant

Votre femme?

CHAZAL

Oui, c'est ma femme et je suis son mari.

1er étudiant
FLORA

Est-ce vrai, Madame?
C'est vrai, mais...

2èmeétudiant Mais cela change tout. CHAZAL FLORA Ma femme qui a déserté le domicile conjugal. .. et avec ma fille. Il arrange les Ecoutez-moi. choses d'une façon. . .

1er étudiant

Madame, nous ne sommes que deux
étudiants, mais nous savons notre droit. Si ce monsieur n'était votre mari...

2èmeétudiant Nous vous aurions volontiers vengée. CHAZAL FLORA Mais c'est ma femme, elle vous l'a dit. Ça suffit. J'en ai assez entendu.
Elle profite de la diversion pour partir.

CHAZAL

(à Flora) On se retrouvera, je te l'assure, tu ne t'en tireras pas à si bon compte. (Aux étudiants.) Et voilà, du coup, la belle s'est envolée. Dites donc vous, ne nous échauffez pas trop
les oreilles.

1er étudiant

2èmeétudiant Ou nous pourrions bien quand même... CHAZAL Allons, allons. Je n'ai rien dit. Je pars. Il

SCENE I FLORA - CHAZAL - ELEONORE - 2 PRISONNIERS.
Dans un lieu, Flora. Dans un autre lieu, Chazal.

FLORA

Urgence! J'écris en état d'urgence. Comme il faut vivre. Vivre, encore un peu. Vivre vite, très vite. Tant qu'il reste un peu de temps. Un peu de temps à arracher au temps. Ah Dieux! Donnez-moi encore la force et le temps. Le temps de finir ce qu'ici, sur terre, cette malheureuse terre, ce qu'ici j'ai commencé... Qu'il faut achever! Oui donnez-moi le temps d'écrire et de voir et de vivre et de parler. Parler? Crier, plutôt. Crier, crier, crier! Car je suis née pour cner. (ironique)Gueuler, je dirais. Et ce n'est pas ma faute si ce monde est ainsi fait, et la société... Ainsi faite... Quel dégoût! Allez-y voir, tiens. Ainsi faits. Bêtes à pleurer. Pleurer? Ce serait si bon. Si le temps m'en laissait le temps. Mais bon, je n'ai plus un jour, plus une heure pour ça. Et puis pleurer, bon, à quoi bon? Crier plutôt. Tout est bête à crier. Hé ! Tout est bête. Et ce n'est pas ma faute si les Dieux m'ont envoyée sur terre pour ce rôle. Cette mission plutôt, cet apostolat même. Disons les choses sans fausse modestie. 12

CHAZAL FLORA

CHAZAL FLORA

CHAZAL FLORA

Ça ! Pour crier. Crier la vérité. Pour être la vérité. Etre, de tout mon être, de toute ma foi, être l'être de vérité. Ah, la rude tâche, oui! La terrible besogne qui m'est échue pour cette affaire là. Terrible! Vrai, bien d'autres s'en seraient détournés. Comment disait-il déjà? «Eloignez de moi ce calice... » Mais ce droit je ne l'ai pas. Cette lâcheté je ne l'aurai pas. Et grâce au ciel, je suis une petite personne qui ne manque pas de volonté. (Ricanement ironique de Chazal.) Ni d'énergie. Grâce au ciel, j'ai la force et le courage... Si le temps ne m'est pas... Et la santé. Ah fichue santé! Et je suis seule, si seule. Si seulement il s'était trouvé seulement dix êtres comme moi, oui, seulement dix. .. Dix, comme elle! Dix, aussi ardents et généreux, répandus par le monde. Même cinq. Seulement cinq, imaginez-vous. Quelle phalange! Mais ne rêvons point. Seule je suis, seule je demeure. Avec la tâche à accomplir. Le livre à écrire. Car je n'ai le droit ni au repos ni au silence. Pour ça ! Bon, c'est vrai, quel courage! Et il en faut un cœur pour regarder tout ça et qui vous lève le cœur. Tout ce fumier, cette pouITÎture. Pas ragoûtant je vous assure. Pas 13

CHAZAL FLORA

CHAZAL FLORA

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.