Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Grinini

De
126 pages
Depuis plus de trois décennies, le peuple du village Gatata, situé sur le continent Ifrik, n'a plus de centre médico-social. Kossitsè, le cousin du roi Grinini, va alors faire des pieds et des mains pour obtenir uen aide financière d'une femme généreuse étrangère qui va lui permettre d'en mettre un en place. Contre toute attente, le roi va s'y opposer de façon péremptoire, lui qui prétend pouvoir donner la mort au soleil.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Koshi Akoubia
GRININI Pièce en trois actes
Préface de Joëlle Ogutome
GRININI
Théâtre des 5 Continents Collection dirigée par Robert Poudérou et Fanette Vandeville Dernières parutions 329 – Nicky ATTIKI,Le sculpteur, 2014. 328 – Serge BOUCHET DEFAREINS,Avis de recherche,2014. 327 – Juliette SPERANZA,Elektra La Rienne, 2014. 326 – Jules MOREAUX,Notre-Dame-de-la-Mer, 2014. 325 – Dominique ZINS,Une femme enquête.Suivi de Auseuil de la pesanteur, 2014. 324 – Girish Raghunath KARNAD,Les fleurs,2014. 323 – Jean-Luc JEENER,Pédophilie, suivi de Sensualité,2014. 322 – Robert POUDEROU,Le Choc, 2014. 321 – Léo KOESTEN,Les peintres, 2014. 320 – Hubert AUQUE,Médée de retour en Colchide, 2014. 319 – Gonzague PHELIP,La Mine, 2013. 318 – Monique LANCEL,La Signature, 2013.317 – N’GWAMOUEDIABATE,Voyage aux sources, 2013. 316 – ARRIZ-TAMZA,Salam (La soif), 2013. 315 – Daniel DANZI,Pour ma terre…, 2013.314 –Benoit MARBOT,Journal d'un imbécile, 2013. 313 –Jean-Luc MINGOT,Médée, 2013. 312 – Koshi AKOUBIA,Djagugu, 2013. 311 – TOHBITIEEmmanuel,Salomé, 2013. 310 – Régis BORDET,Hippocampe, 2013. 309 – Régis BORDET,Tarpeia, 2013. 308 – Hjalmar SÖDERBERG,Basculement, 2013. 307 - Bernard H. RONGIER,Elégance des naufragés, 2013. 306 – Pascal HOLTZER,Foum, 2013. 305 – France GROS,Camille ad honores, 2013. 304 – France GROS,À l’orée du monde, 2013. 303 – Gérard LEVOYER,Les p'tites gens (de 1814),2013. 302 – Hasan ERKEK,Le Seuil,2013. 301 – RuggieroDELPONTE,Mémorial de Chartres. Le drame de 1940 en noirs et blancs, 2013. 300 – Ghislaine BIZOT,Premières fois, 2013. 299 – Gilbert SOUSSEN,Dans la loge de Marie Dorval,suivi de La plus noble conquête de la femme, 2013. 298 – Emmanuel LAMBERT,Faire exister les anges, 2013. 297 – Bernardo SANTARENO,La confession, 2013.
Koshi Akoubia
GRININI
Pièce en trois actes
Du même auteur Djagugu, L’Harmattan, 2013. Nigrigudja, L’Harmattan, 2013.
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03029-6 EAN : 9782343030296
Préface La bonne gestion des affaires de la cité donne encore l’occasion à l’auteur Koshi Akoubia de s’illustrer au travers de la pièce de théâtre en trois actes intitulée Grinini, laquelle complète les deux premières à savoir NigrigudjaetDjagugu. Ainsi, la trilogie libre que forment ces trois pièces enrichit-elle sans nul doute l’univers de l’art dramatique. Grininien fait une création dramatique qui se est singularise par son originalité et sa thématique. Elle se présente comme un élément indispensable qui contribue à corriger les mœurs par le rire comme on le dit en latin en ces termes «castigare mores ridendo». Elle s’adresse à tous et en particulier au pouvoir narcissique qui ignore ou fait semblant d’ignorer les bonnes pratiques en matière de gestion des affaires de la cité. Comme on peut s’en rendre compte, le roi Grinini « pactise »avec les ténèbres en estimant que la lumière, symbolisée par le soleil, a assez fait de brûler le peuple Gatata. Pour cette raison, il prétend donner la mort au soleil afin de vivre dorénavant dans les ténèbres. Du coup, pour pouvoir détourner l’attention de l’opinion mondiale, le royaume des Gatata, par une simple décision, devient spontanément une république et il est baptisé république du royaume des Gatata. Cela se justifie d’ailleurs dans son budget taillé sur mesure et couronné par un obscurantisme total. Ce budget, c’est Trésorier le chargé des finances qui l’a élaboré. Trésorier étant l’un des fidèles serviteurs zélés de la cour royale.
7
Djokpata, le conseiller, est un autre zélateur qui ne peut se départir des profits qu’il tire de ses activités. Tout comme Trésorier, il est l’un de ceux qui ne veulent pas qu’un centre médico-social soit réalisé dans le village des Gatata. Alors qu’aucune structure sanitaire n’y existe depuis plus de trois décennies. Ainsi, Djokpata et Trésorier encouragent-ils le roi à refuser d’accorder l’autorisation de construire le centre à Kossitsè, cousin du roi. Mais, tout cela semble ne pas entamer la détermination de Kossitsè à vouloir coûte que coûte mettre en place le centre médico-social. En dépit du refus du roi et de ses acolytes de voir le centre construit, Kossitsè se montre très entreprenant. L’acte posé par Kossitsè, en bravant la décision du roi, est considéré comme un crime de lèse-majesté et par conséquent lui vaut un bon séjour dans « l’anaglomé » ou prison. A la fin, il est libéré grâce à l’intervention de Mme Vantz, une femme étrangère et généreuse qui a eu l’amabilité de financer gratuitement la mise en place du centre médico-social. L’action humanitaire de cette femme étrangère se confond, de nos jours, avec celles qui se déroulent souvent dans les milieux en développement. Mme Vantz est également le personnage qui a pu faire libérer aisément Kossitsè. Tout cela en dépit des tentatives courageuses mais vaines de son épouse Yawa. Là, se dévoilent les faiblesses d’un souverain ivre de ses excès libidinaux en regard de la beauté irrésistible d’une femme séduisante. Les abus du roi Grinini dus à ses fantasmes démesurés finissent par détériorer la confiance que le peuple avait en lui. Cette situation pousse alors le peuple à le désavouer. Il n’aura le salut que par l’évasion. C’est un phénomène d’actualité qui s’observe dans nos sociétés où on constate dans la réalité que le souverain autocratique prend la clé
8
des champs suite à une prise de conscience agissante du peuple qui s’exprime par la voie pacifique. A ce sujet, l’auteur ne fait nullement l’apologie du désarroi social. En revanche, il évoque simplement, au travers d’une fiction, un constat qui doit interpeller les gouvernants à réfléchir sur la bonne conduite à tenir en matière de gestion des affaires de la cité. Car la priorité aurait dû être accordée plutôt au peuple et non aux intérêts personnels de ceux qui ont la charge de son développe-ment. Ces gouvernants pourraient même travailler avec abnégation pour bâtir une société modèle. En cela, ils feraient œuvre utile et s’immortaliseraient ! Chaque personnage est imaginaire et unique dans son rôle. Le décor est simple de sorte que la latitude est donnée au metteur en scène éventuel d’exploiter à sa guise, non seulement l’espace scénique mais également les autres accessoires, en respectant juste le minimum requis. Au travers des personnages incarnés par Kossitsè et son épouse Yawa, l’auteur montre la détermination de véri-tables représentants du peuple à vouloir s’occuper des problèmes de ce dernier en dépit de toutes les difficultés qu’ils rencontrent. Face à un pouvoir rude, égoïste, autocratique et ignorant les aspirations du peuple, ils se montrent plus tenaces pour défendre, jusqu’au péril de leur vie, le bien-être public et cela avec abnégation. La pièceGrinini estune tragi-comédie qui s’inscrit dans la dynamique non seulement des abus de pouvoir au travers de l’obscurantisme mais également du manque de bâtisseurs. Elle dénonce la mal-gouvernance en étant très proche de l’essence de la réalité. Dans ce contexte, l’auteur pose implicitement la problématique de la néga-tion du développement ainsi que de l’éthique politique. En somme, la littérature de Koshi Akoubia se situe dans la «délégitimation »de la mal-gouvernance établie sur le modèle du manque délibéré de volonté politique qui
9