//img.uscri.be/pth/0838da68e5cccf83424c6dbb6dd5fc6176d6a784
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

HAROLD PINTER

De
207 pages
"Harold Pinter, le maître de la fragmentation" analyse la présence de cette image dans l'oeuvre de Pinter. Tout est fragmenté dans cet univers : les paroles, les souvenirs, les désirs.. Entre le Théâtre de l'Absurde et celui de la Catastrophe, le Théâtre de la Fragmentation rend compte d'une période d'interrogation sur les données personnelles, scientifiques et politiques qui nous échappent.
Voir plus Voir moins

Harold Pinter: le maître de la fragmentation

BRIGITTE GAUTHIER

Maître de Conférences à l'Université de Paris X (Nanterre), Master of Fine Arts, Columbia University, N Y Ancienne élève de l'E.NS.

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HO~GRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Ouvrages du même auteur:
Livres
du cinéma américain, Paris, Hachette Supérieur, Les Fondamentaux, 1995. - Harold Pinter: The Caretaker of the Fragments of Modernity, Paris, Ellipses, Les Essentiels, 1996. - Télévision et société aux États-Unis, Paris, Ellipses, 1999. - Harold Pinter, et les dramaturges de lafragmentation, Paris, L'Harmattan, 2003.

- Histoire

Traductions Faire d'un bon scénario un scénarioformidable, Paris, DIXIT, 1997 (Trad. Making a Good Script Great, Linda Seger). Comment reconnaître, identifier et définir les problèmes liés à l'écriture de scénario, Paris, DIXIT, 2000 (Trad. The Screenwriter's Problem Solver, Syd Field) Story, Paris, DIXIT, 2001 (Trad Story, Robert McKee)

Note de l'éditeur: Harold Pinter, le maître de la fragmentation est la version française mise à jour de l'ouvrage cité plus haut publié par l'auteur en Anglais aux éditions Ellipses.

@L'Hannatian,2002 ISBN: 2-7475-3705-6

OUVRAGES DE HAROLD PINTER Édition anglaise: London, Methuen, The Master Playwrights Édition française: Paris, nrf, Gallimard Volume One The Birthday Party The Room The Dumb Waiter A Slight Ache A Night Out The Black and White The Examination Volume Two The Caretaker The Dwarfs The Collection The Lover Night School Volume Three The Homecoming Tea Party The Basement Landscape Silence 1957 L'Anniversaire 1957 La Chambre 1957 Le Motzte-plats 1958 Une petite Douleur 1959 1959 1955

1959 1960 1961 1962 1960

Le Gardien Les Nains La Collection L'Amant

1964 1963 1966 1967 1968

Le Retour Tea party Le Sous-sol Paysage Silence

Volume Four Old Times No Man's Land Betrayal Monologue

1970 1974 1978 1972

C'était hier No Man 's Land Trahisons Monologue

Other Places Family Voices Victoria Station A Kind of Alaska One for the Road The Hothouse Mountain Language

1982 1980 Voix du sang 1982 Victoria Station 1982 Une sorte d'Alaska 1984 Unpour la Route 1958 Hot-House

1988 Langue de la montagne 1991 Le nouvel Ordre The New World Order mondial Party Time 1991 Une Soirée entre amis Moonlight 1993 La Lune se couche Ashes to Ashes 1996 Ashes to Ashes Celebration 1999 Célébration Remembrance of Things Past 2000

6

The Caretaker (Clive Donner), d'après la pièce (1964) The Pumpkin Eater (Jack Clayton), d'après Ie roman de Penelope Mortimer. (1964) The Quiller Memorandum (Michael Anderson), d'après le roman Berlin Memorandum de Adam Hill. (1966) Accident (Joseph Losey), d'après le roman de Nicholas Mosley. (1967) Birthday Party (William Friedkin) d'après la pièce. (1968) The Go-Between (Joseph Losey), d'après le roman de L.P. Hartley (1971) The Homecoming (Peter Hall), d'après la pièce. (1973) Butley (écrit et mis en scène par Harold Pinter), d'après la pièce de Simon Grau. (1974) The Last Tycoon (Elia Kazan) d'après le roman de F. Scott Fitzgerald. (1976) The Proust Screenplay (non tourné), d'après A la recherche du temps perdu de Marcel Proust. (1976) Langrishe, Go Down (David Jones) d'après le roman de Aidan Higgins. (1976) The French Lieutenant's Woman (Karel Reisz) d'après Ie roman de John Fowles Sarah and the French Lieutenant. (1981 ) Betrayal (David Jones) d'après la pièce. (1981) Victory (non tourné) d'après le roman de Joseph Conrad. (1981 ) Turtle Diary (John Irvin) d'après Ie roman de Russell Hoban. (1985) The Basements (Robert Altman) d'après les pièces: The Dumb Waiter et The Room. (1987) Reunion (Jerry Schatzberg) d'après le roman de Elizabeth Bowen. (1989)

7

The Handmaids Tale (Volker Schlondorff) d'après le roman de Margaret Atwood. (1990) The Comfort of Strangers (Paul Schrader) d'après Ie roman de Ian McEwan. (1990) Party Time (Harold Pinter) d'après la pièce. (1992) The Trial (David Jones) d'après le roman de Franz Kafka. (1992 ) The Dreaming Child (non encore tourné) d'après la nouvelle de Karen Blixen. (1997) The Tragedy of King Lear (non encore tourné) d'après la pièce de William Shakespeare. (2000) AUTRES OUVRAGES DE PINTER Collected Poems and Prose, 1949-1977: London: Eyre Methuen, 1978. 100 Poems by 100 Poets (anthologie), London: Faber and Faber, 1986. The Dwarfs (roman), London: Faber and Faber, 1990.

8

SOMMAIRE

INTRODUCTION ... 13 De la fragmentation 15 LES PROCÉDÉS DRAMATIQUES_DE LA FRAGMENTATION.. 21 1: Le choix d'une écriture fragmentaire. 23 1.1. La naissance d'un style 23 23 1 .1 .1 . L ' espri t de la Diaspora. 1.1.2. Limites de la comédie.. 30 1.2. Fragments d'autres et d'ailleurs... 34 1.2.1. Le caractère allusif des titres.. 34 1.2.2. L'influence de Joyce 35 1.3. Radicalisation des techniques 37 1.3.1. Ibsen, Tchekhov et Eliot 37 1.3.2. Beckett, Strindberg et Ionesco... 40 2: Une fragmentation formelle 47 2.1. L'influence du cinéma 47 2.1.1. Cinéma et théâtre 47 2.1.2. Le style séquentiel de pinter 49 2.2. Techniques cinématographiques 52 2.2.1. L'expérience des scénarios 52 2.2.2. Des techniques cinématographiques 54 2 3 L'art de la f ragmen ta t ion. . . . . . . . . . 58 2.3.1. Un art syntagmatique 58
. .

2.3.2.
3:

La métafragmentation

60

Les techniques de fragmentation 3.1. Un cadre fragmenté 3.1.1. Un espace fragmenté. 3.1.2. Un temps fragmenté 3.2. Une structure fragmentée 3.2.1. Des pièces en construction

63 63 63 68 73 73

3.2.2.
3.3. 3.3.1. 3.3.2.

Un schéma systématique? 75 La sémiotique de la fragmentation..77
Un étalage de fragments variateurs sémiotiques 77 79

9

LA FRAGMENT ATI ON LINGUISTIQUE 83 4: Humpty-Dumpty au pays de Pinter 85 4.1. Un mur linguistique 85 4.1.1. La fonction phatique 85 4.1.2. Discours autoréférentiels 88 4.2. Une chute sémantique 92 4.2.1. Chutes en tout genre 92 4.2.2. Un langage évocateur de la Chute. 95 4.3. Le langage â l'assaut du Mur 97 4.3.1. Un langage coercitif 97

5:

4.3.2. L'usage agressif du performatif. 98 Les abÎmes du silence... ...... 101 5.1. Discours fragmenté par le silence. 101
5 .1 .1 . 5 .1 .2 . Des ... « pauses »... . . . . . . . . . . . . . . . . .

101
1 0 3

aux

«

S i I en ces

»

. . . . . . . . . . . . . .

5.2. 5.2.1. 5.2.2. 5.3. 5.3.1.

Le pouvoir du silence Une annihilation stratégique Une annihilation psychologique.. Limites du discours Vers « l'Alaska du langage»

5.3.2.
6:

Sous-texte et fissures

Fonction poétique de la fragmentation. 6.1. Disjonctions et désarticulations.. 6.1.1. Dislocation syntaxique 6.1.2. Disjonction prosodique 6.2. Refrains internes 6.2.1. Juxtapositions et répétitions... 6.2.2. Un certain lyrisme 6.3. La pluralité des voix 6.3.1. Le naturalisme 6.3.2. Un enchevêtrement de langues

104 104 105 108 108 109 115 115 115 119 123 123 126 127 127 128

10

L'IMPACT DE LA FRAGMENTATION 7: À travers le miroir des fragmentations 7.1. Des identités fragmentées 7.1.1. Menaces extérieures 7.1.2. Indétermination psychologique... 7.2. Des groupes divisés 7.2.1. Séparation des partenaires 7.2.2. Partage des femmes 7.3. Des personnalités ambivalentes 7.3.1. Multiples facettes 7.3.2. Dichotomie psychologique 8: Une nature humaine fragmentée. 8 .1. Le sens fragmenté. 8.1.1. Absence de sens 8.1.2. Absence de signification 8.2. Absurde jusqu'à quel point? 8.2.1. Les fragments de l'absurde 8.2.2. Au-delà de l'absurde 8 .3. Existentialiste à quel point? 8.3.1. La condition fragmentée

131 133 133 133 136 142 142 144 148 148 152 157 157 157 161 164 164 169

....

1 71

171
175

8.3.2.
9:

L'inquiétude existentielle

Une perception fragmentée 9.1. L'œuvre puzzle 9.1.1. Un public déconcerté

9.1.2.
9.2. 9.2.1.

181 181 181 Les personnages contre le public 182 Le rôle du public 184 La qualité du public... 184

9.2.2.
9.3. 9.3.1.

Contre les tendances du public.. 186
Une herméneutique fragmentée Refus des catégorisations 189 189
191

9.3.2.

Une œuvre ouverte

CODA: De La Chambre à Célébration CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

195 199 201

11

INTRODUCTION

Le théâtre de Pinter est l'exemple le plus représentatif du Théâtre de la Fragmentation. Son oeuvre est une réponse à la société de l'après-guerre, marquée par l'holocauste et la menace atomique. C'est un théâtre dans lequel les paroles et les êtres ne peuvent plus se raccrocher à des repères solides. Pourtant, ses personnages ne sont pas à la dérive. Ce n'est pas l'errance ou un phénomène de déliquescence qui les caractérise. Ce sont des êtres fragmentés, incapables de rassembler les morceaux épars de leur identité ou de leur passé. La fragmentation est présente tel un motif en filigrane qui détermine de façon sous-jacente le style de cette oeuvre. Chez Pinter, on assiste à une fragmentation des mots, des êtres et des relations. Il n'y a plus que des fragments de vérité. Il s'agit d'une œuvre post-nietzschéenne et post-freudienne. Pinter crée un système dramatique en écho aux recherches des scientifiques sur la théorie du chaos qui travaillent sur les équations de l'univers jusqu'ici non encore résolues. Il fait de l'impossibilité de donner une explication univoque à nos actes le postulat à l'origine de sa dramaturgie. Harold Pinter, le maître de la fragmentation démontre comment Pinter a intégré la notion de fragmentation à la texture linguistique, dramatique et à la portée philosophique de son œuvre. Dans l'univers de Pinter, survivre n'est plus lié à une quête d'unité, mais à une conscience de chaque fragment qui nous entoure: des fragments de territoire, de propriété, d'amour ou de souvenir. Tout est voué à la désintégration,

13

absence de clôture définitive du texte. Avec Pinter, ce phénomène n'est pas confiné à la fin des pièces. L'ouverture se glisse entre deux répliques, deux mots ou même deux lexèmes. Son œuvre est en constante ouverture, car elle est parcourue de failles dramatiques construites autour de la fragmentation des êtres, des sentiments et des relations. Dans la société post-moderne, qui a rompu ses liens avec l'idée de transcendance, on ne peut plus expliquer le fonctionnement de l'univers d'après un modèle de pensée. Les scientifiques nous ont fait prendre conscience de l'existence de domaines difficiles à cerner. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi l'expression: l'Ère de la Fragmentation1 pour désigner cette période qui va des années 1960 aux années 1980, période de contradictions et de recherche de directions dans les arts et la culture. Le travail de Pinter donne les bases d'un théâtre de la fragmentation en transposant dans les procédés d'écriture cette métaphore de l'époque.

1 Cf. Brigitte Gauthier, Harold Pinter et les dramaturges de la Fragmentation, Paris, L'Harmattan, 2003. (Étude sur Antonin Artaud, Samuel Beckett, Harold Pinter, Peter Shaffer, Le Living Theatre, Bob Wilson, David Edgar, David Mercer, Tom Stoppard, Dennis Reardon, Peter Brook.)

14

De la fraamentation L'écriture fragmentaire renforce traditionnellement paradoxalement le culte de la continuité. Cependant les écrivains de la modernité fissurent leur œuvre pour transposer un monde qui a perdu toute cohérence. Après Ionesco et Beckett, les dramaturges ne peuvent plus revenir aux « pièces bien faites ». Pinter fait de la fragmentation un procédé linguistique et dramaturgique qui devient un style reposant sur l'effacement des significations toutes faites et le refus d'une linéarité. Pinter fait éclater l'écriture dramatique classique pour la rendre semblable aux hommes pulvérisés qu'il décrit. Pinter est assurément le maître contemporain de la fragmentation. Son œuvre s'inscrit dans la tradition de l'écriture de la discontinuité. La discontinuité, dont la forme littéraire, le fragment, est associé à la modernité. Le mode de pensée fragmentée a été analysé par Heyndels dans La Pensée fragmentée: discontinuité formelle et question du sens comme une forme paradoxale et trompeuse, un pouvoir de négation et d'opposition, souvent considéré comme mimétique d'un « non-sens du sens de la vie ». Dans sa description de la fragmentation, Heyndels fonde son analyse à partir des Pensées de Pascal, de Jacques le fataliste de Diderot, et des Fragments d'Hyperion de Holderlin. En 1978, Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy ont écrit L'Absolu littéraire, sur la notion de fragmentation dans le groupe romantique allemand d'Iéna, et plus particulièrement sur l'œuvre de Schlegel: Fragments critiques. Dans L'Entretien infini, Blanchot a consacré un chapitre à «Nietzsche et la pensée fragmentaire ». Les critiques contemporains continuent à placer, encore et toujours, la fragmentation au devant de la scène. Mais leurs analyses concernent des essayistes ou des

15

poètes comme René Char, auteur de La Parole en archipel. Bien que la fragmentation ait été historiquement adaptée à des formes littéraires, ce n'est qu'au XXe siècle qu'elle commence à apparaître au théâtre. La « mort de la tragédie classique» est une expression qui rend compte d'une nouvelle orientation théâtrale.2 Les tirades ampoulées et « les pièces bien faites» commencent à être méprisées. Une forme bien définie n'est plus un critère de perfection: les fragments font leur apparition dans le langage et s'infiltrent dans la mise en scène. Après les pièces de Ionesco et de Beckett, le mode de représentation continu devient obsolète. La discontinuité est à présent la nouvelle forme subversive qui s'oppose à une longue période d'intérêt pour la continuité. Dans De la Grammatologie, Derrida rappelle que le choix d'une écriture fragmentée va à l'encontre du parti pris en faveur de la continuité. Dans ses Essais critiques, Barthes rappelle que le choix du discontinu n'a été toléré que dans certains cas, en dehors desquels elle était perçue avec circonspection. Dans les recueils de fragments d'Héraclite et de Pascal, le caractère incomplet du résultat est utilisé de façon paradoxale pour corroborer l'excellence de ce qui est continu. Bien qu'ils ne consistent qu'en une seule phrase, les aphorismes représentent aussi une petite continuité, une sorte d'assertion de l'horreur du vide. Mais les fragments qui ne font pas partie de ces catégories ne sont pas facilement acceptés. La fragmentation est à la fois inscrite dans une tradition et elle fonctionne comme un trait spécifique à la modernité. Harold Pinter revendique le mode fragmentaire, en
2 Cf. George Steiner, The Death afTragedy, New York, Hill and Wang, A Drama book, 1961.

16

faisant du silence la marque reconnaissable de son style. La plupart des critiques n'ont cessé de raconter les intrigues de ses pièces. Ils ont tenté de reconstituer un sens au lieu de reconnaître l'existence des failles et des fissures qui traversent son œuvre. Pinter introduit entre les mots une certaine proportion d'inquiétante étrangeté, anéantissant ainsi toute tentative de trouver une interprétation simple. Pinter joue avec une signification fragmentée parce qu'il est convaincu que chaque fait possède plus d'une explication et que les individus sont divisés par leurs propres tendances aux conflits intérieurs. Ses personnages font penser aux créatures pulvérisées dont parle Julia Kristeva. L'individu qui, comme en témoigne spectaculairement l'art moderne, est désormais une notion éclatée, pulvérisée. « L'individu» en tant qu'être parlant témoigne en permanence d'une crise radicale, il est donc moins une identité, comme le laisserait croire l'étymologie, qu'une constellation contradictoire.3 En effet, de nombreux personnages de Pinter se rendent compte un matin au réveil que leur moi intérieur est fissuré et ils commencent à avoir des doutes sur leur identité. Cette étude sur Pinter en tant que maître de la fragmentation n'est pas une approche thématique supplémentaire de son travail. Elle plonge au cœur de l'écriture dramatique pinterienne et en démonte les mécanismes. Elle fait voir dans quelle mesure cette œuvre est portée par une vision philosophique, la fragmentation n'est pas dans cette œuvre un
3 Julia Kristeva, « La Reine des signes », in De Sartre à Foucault, Paris, Hachette, 1984,p. 147.

17

simple thème. C'est un concept qui détermine la structure, la langue et la dimension philosophique de cette oeuvre. Pinter fait de la fragmentation un processus organique qui informe tout le système d'images et de mots en accord avec les courants intellectuels et artistiques de l'époque. Dans Anger and After, John Russell Taylor mentionne que ce choix d'écriture fragmentaire est délibéré chez Pinter. Il décrit L'Amant comme une exploration de la nature humaine dans sa forme «irrévocablement fragmentée» et précise que Pinter revendique le plus clairement ce mode d'écriture fragmentaire dans Les Nains où il démontre que: La chute de l'homme ressemble plus à celle d'Humpty-Dumpty qu'à celle d'Adam et Eve, ce qui a pour conséquence une situation où personne, ni soimême ni un autre, ne peut espérer réunir à nouveau les morceaux pour former un tout cohérent et parfait.4 En effet, les pièces de Pinter semblent suivre le rythme de cette comptine anglaise: Humpty-Dumpty, tombé du haut d'un mur, Humpty-Dumpty s'est cassé la figure. Ni les chevaux du roi, ni les soldats du Roi,
4 [The Lover represents to date Pinter's further exploration of human nature in its irrevocably fragmented form; his most wholehearted acceptance of the ideafirst clearly formulated in The Dwarfs that the Fall of man is more like Humpty-Dumpty's than Adam 's and Eve 's, resulting in a situation where nobody, oneself or another, can hope to put all the pieces together again into a perfect and coherent whole.], John Russell

Taylor,Anger andAfter, London:Methuen, 1st ed.. 1962 ; 2nded. 1969,
pp. 350-351. Trad. de l'auteur.

18

N'ont pu soulever Humpty-Dumpty pour le remettre droit.5 D'après Ie Dictionary of Phrase and Fable de Brewer, Humpty-Dumpty est un petit nain déformé. C'était aussi une boisson composée de bière bouillie avec du cognac. Mais l'on pense surtout à cette ancienne comptine qui parle d'un œuf, et par conséquent de tout ce qui est ou pourrait être irrémédiablement anéanti. Ceci correspond parfaitement au destin d'un grand nombre de personnages et d'objets chez Pinter. C'est le cas du Bouddha, dans Le Gardien, dont les morceaux éparpillés à la fin de la pièce donnent une représentation visuelle de l'état psychologique d'Aston mais aussi de Davies. Aston ne sera jamais capable de relier ses idées, ni de construire son abri, ni même de réparer les prises qui traînent dans l'appartement. Quant à Davies, il se sert d'un pseudonyme et sa procrastination à aller chercher ses papiers d'identité nous suggère qu'il ne parviendra peut-être jamais à reconstruire sa propre identité. Les personnages de Pinter s'efforcent en vain de se fabriquer un cocon en se dissimulant avec des mots. Mais leurs adversaires parviennent immanquablement à démolir ce mur linguistique protecteur grâce à leur habilité à en saisir la moindre faille.
5 [Humpty-Dumpty sat on a wall, Humpty Dumpty had a great fall, All the king 's horses and all the king 's men, Couldn 't put Humpty-Dumpty together again. Lewis Carroll, De l'autre côté du miroir, dans Tout Alice, Trad. Henry Parisot, Paris: GF-Flammarion, 1979, p. 276.

19

La fragmentation est présente à tous les niveaux de l'œuvre comme s'il s'agissait d'une contrainte d'écriture dramaturgique destinée à permettre aux spectateurs d'être sensibles aux forces qui régissent l'univers contemporain.

20

LES PROCÉDÉS DRAMATIQUES DE LA FRAGMENTATION

Cette première partie présente la notion de fragmentation en relation avec l'œuvre de Pinter. Le choix d'une écriture fragmentaire peut s'expliquer par l'atavisme de Pinter mais également par l'influence de certains auteurs qui ont privilégié l'idée de rupture à la fois dans leur thématique et dans leur langage. D'autre part, Pinter emprunte au cinéma une approche fragmentaire afin de forger son propre art de la fragmentation.